| Retour

Fin de cet événement il y a 6 jours - Date du 17 août 2022 au 18 septembre 2022

Sortie ciné : BURNING DAYS d’Emin Alper

Intègre et idéaliste, un jeune procureur ((Selahattin Pasali) est muté dans une contrée reculée de Turquie dans la petite ville de Yaniklar, qui n’existe pas dans la réalité.

Lors de sa première enquête sur un meurtre, il se trouve lentement entraîné dans un conflit politique et doit faire face à la corruption des notables locaux (parmi lesquels un maire très autoritaire). Ceux-ci sont très déterminés à défendre leurs privilèges d’une autre époque par tous les moyens même les plus excessifs, et ils en font baver à ce nouveau venu en le ridiculisant ou en l’humiliant.
Dans cette opposition, le seul soutien à ce procureur progressiste va être le propriétaire du journal de la ville, Murat (Ekin Koç), dont il s’est rapproché et avec lequel il développe une relation équivoque, mal ressentie par les habitants. Ainsi, cet idéaliste se retrouve isolé sans possibilité d’intégration face à des provocations quotidiennes.

Dans cette histoire trouble et inquiétante, la menace n’est jamais précisée, mais une peur prégnante s’instaure de plus en plus.


Entre plaisirs pervers, hallucinations et incidents plus ou moins réels, une atmosphère de malaise se dégage. Dans un univers où l’ordre social repose sur des simulacres, la perfidie des notables est aussi nocive que leurs actes extrêmes. Chaque personne trimballe son lot d’ambiguïtés et de rancoeurs. Le danger rôde, mais lequel ?
La mort menaçante se confond même avec la vie. La vie du jeune procureur ne cesse d’être un suspense mental et c’est la réussite du film.
Emin Alper captive par la maîtrise de sa mise en scène. Ce cinéaste turc prouve un goût évident pour les itinéraires non balisés et un talent indéniable pour instiller des malaises pesants.
Déjà dans « Derrière la colline » - sorti en 2013 et primé à Berlin – il insinuait une paranoïa très suggestive. De plus, outre son don pour des atmosphères vénéneuses, ce réalisateur turc, diplômé en histoire moderne, montre les maux actuels d’une certaine population turque maintenue dans la misère en faisant jouer, à son encontre, une peur qui lui est insufflée. La perfidie des notables est aussi nocive que leurs actes extrêmes.
Ainsi, le film est loin d’être neutre, avec ce personnage intransigeant qui refuse d’aller contre ses principes moraux et qui ose s’engager pour la démocratie turque en suivant ses valeurs idéalistes. Le journaliste est également un personnage fort, entier, qui a une conviction : il est un parfait antidote au cynisme des notables et à leur manque de sincérité.

Aucun doute, ce film coup-de-poing valorise l’engagement sans calcul malsain. Il méritait bien d’avoir été présenté dans la section Un Certain Regard au dernier Festival de Cannes.

Caroline Boudet-Lefort

Visuel de Une : Copyright Memento Distribution
Sortie en salles le mercredi 17 août 2022

Artiste(s)