| Retour

Fin de cet événement il y a 1 mois - Date du 27 février 2019 au 30 mars 2019

Les éternels (ash is purest white) de Jia Zhang-ke

« Les Eternels » propose une méditation sur le sens de la loyauté et du sacrifice. Ce film noir, qui évolue en dérive sentimentale et existentielle, est le treizième long-métrage de Jia Zhang-ke, auteur majeur du cinéma chinois. Il retrace un itinéraire féminin dans le monde de la pègre, où les personnages mènent une vie chaotique faite de petits trafics.

Jia Zhang-ke aime les longs récits qui s’étalent sur plusieurs années.


Ainsi « Les Eternels » suit sur une dizaine d’années une jeune femme, Qiao, éprise du chef d’une petite bande mafieuse locale, pour lequel elle se met en danger en se sacrifiant lors d’un règlement de comptes : elle tire un coup de revolver en l’air pour le sauver. Cet acte d’amour l’enverra en prison d’où elle sort cinq ans plus tard, privée de son travail et de la reconnaissance de celui pour lequel elle s’est sacrifiée. Durant sa captivité, beaucoup de choses ont changé et les codes propres à ce milieu sont à respecter.
Après une émouvante scène charnière où le couple s’affronte dans une minable chambre d’hôtel entre lâcheté masculine et scintillant éclairage de néons, Qiao tente d’abord de survivre, puis de vivre de mieux en mieux en ouvrant sa propre maison de jeux. Celles-ci sont nombreuses en Chine dans les arrière-salles de café en marge des casinos. Beaucoup plus tard, l’homme qu’elle n’a cessé d’aimer l’appelle à l’aide, au moment de sa chute, due en partie à l’alcool et à l’épuisement.

Dans ce thriller sur fond d’histoire d’amour contrarié, Jia Zhang-ke offre à Zhao Tao, son épouse et actrice fétiche, l’un de ses plus beaux rôles : une femme qui n’hésite pas à « trinquer » à la place de l’homme qu’elle aime. Il est allé puiser dans des rushes inutilisés de ses films antérieurs ( « Plaisirs inconnus » où elle a 20 ans et « Still Life » 25 ans) afin de montrer dans sa jeunesse celle qui est sa muse depuis « Platform » (en 2000) et en respectant ainsi les changements physiques durant le temps passé au cours de ce film se déroulant sur trois époques.

Comme toujours remarquable, Zhao Tao est ici bouleversante en rendant les émotions authentiques sur son visage qui est de tous les plans.

Depuis près de vingt ans, elle interprète tous les films de son mari. Complices dans leur collaboration, ils ont en commun le désir d’un cinéma idéal qui parle d’hommes et de femmes ordinaires, trop rarement portés à l’écran jusqu’alors en Chine.
De « Xiao Wu, artisan pickpocket » à « Au-delà des montagnes », les fictions et les documentaires de Jia Zhang-ke s’attachent à des personnages récalcitrants à un monde en perpétuelle mutation. L’origine du XXIe siècle est depuis ses débuts son grand sujet. Ainsi il revient à nouveau sur le barrage des Trois Gorges qu’il avait déjà largement filmé dans « Still Life » et prouve encore ici combien il reste hostile à cette construction cause de destruction de villages entiers et de déplacements de population.

En compétition au dernier Festival de Cannes, « Les Eternels » est reparti sans prix, ce qui a surpris l’ensemble de la Presse emballée tant par le scénario et l’interprétation que par les qualités techniques du film grâce à Eric Gautier, chef opérateur français renommé.
Bref, un excellent film !
Caroline Boudet-Lefort

Photo de Une : Copyright 2018 Xstream Pictures (Beijing) - MK Productions - ARTE France Cinéma

Artiste(s)