| Retour

Fin de cet événement il y a 1 mois - Date du 5 octobre 2022 au 30 octobre 2022

Ciné : "Tori et Lokita" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Tori et Lokita sont les noms de deux jeunes migrants africains vivant en Belgique. A leur arrivée dans ce pays, ils ont été encadrés par une structure d’accueil pour mineurs étrangers éloignés de parents restés au pays. Cependant, d’accueil, il n’y en a guère et c’est la loi de la débrouille... Ils ont déclaré être frère et soeur, quoiqu’ils ne le soient pas, mais leur lien d’amitié, aussitôt solide, a ainsi été soudé.

Lokita, adolescente sans papiers, est de nature inquiète, tandis que Tori conserve l’insouciance de ses 10 ans et s’agite sans cesse tel un feu follet. Ils ont des rêves qu’ils se racontent en espérant les réaliser...
En fait, ils travaillent ensemble pour un pizzaïolo qui les exploite et les oblige à prendre des risques en traficotant de la drogue. Les quelques billets gagnés sont aussitôt donnés au passeur auprès duquel reste une dette. Si on ajoute les tentatives sexuelles auxquelles est confrontée Lokita, leur vie n’a rien de réjouissant... Quelles que soient les circonstances, tous deux ne se sentent à leur place nulle part, mais le lien de leur forte amitié les aide à tout supporter.
Dans ce monde de débrouille, ils ont gardé une forme d’innocence et un sens du bien et du mal, aussi restent-ils purs face à la difficile et néfaste réalité. Ils vont pourtant être rattrapé par l’horreur de la vie, une fatalité à laquelle il est difficile d’échapper...

En fait, les réalisateurs savent parfaitement ce qu’il en est de la dureté de l’existence et rien n’est rose dans leur cinéma.

Ils ont construit un film qui circule entre sensibilité et tension, presque un polar social. Bien sûr, « Tori et Lokita » est autant engagé que bouleversant et, si on souhaite que le film nous délivre un message d’espoir qui nous toucherait en plein coeur, il n’en est rien ! Pas de salut dans cet émouvant témoignage de souffrance et d’injustice !

Pour donner la parole à l’enfance, il fallait sélectionner les bons interprètes.

Si Luc et Jean-Pierre Dardenne ont rapidement trouvé Lokita en la personne de Joely Mbundu, d’origine camerounaise, ils ont, par contre, cherché longtemps avant de découvrir leur Tori, qu’il voulait malicieux et explosif, ce qu’est parfaitement le petit Pablo Schils.

Un palmarès de Cannes ne serait pas un palmarès sans les frères Dardenne.

Les frangins ont déjà obtenu par le passé deux fois la Palme d’or, pour « Rosetta » en 1999 et pour « L’enfant » en 2005. A laquelle s’ajoutent le prix du meilleur scénario pour « Le silence de Lorna » en 2008, le Grand Prix du Jury pour « Le gamin au vélo » en 2011, et le prix de la mise en scène pour « Le jeune Ahmed » en 2019. Cette année, ils ont décroché le Prix Spécial du 75ème anniversaire pour « Tori et Lokita ». Ce Prix aurait-il été inventé exprès pour qu’ils ne repartent pas les mains vides ?

Caroline Boudet-Lefort

Photo de Une : Pablo Schils, Joely Mbundu © Christine Plenus

Artiste(s)