| Retour

Fin de cet événement dans 1 mois - Date du 14 août 2019 au 29 septembre 2019

Sortie ciné : ONCE UPON A TIME IN ... HOLLYWOOD de Quentin Tarantino

Il était une fois à ... Hollywood. S’agit-il d’un conte ? Un conte à la sauce Tarantino !
Programmé en dernière minute, son nouveau film était très attendu au dernier Festival de Cannes pour sa première projection mondiale. Afin de le terminer dans les temps voulus, Tarantino l’aurait-il un peu bâclé sur la fin ? Toujours est-il que « Once upon a time in... Hollywood » laisse un petit goût de déception, malgré son luxueux casting : Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, Margot Robbie, Al Pacino...

Reliés par une amitié indéfectible, deux pathétiques comédiens ne parviennent pas à suivre l’évolution d’Hollywood.

Le premier (Leonardo DiCaprio) se trouve obligé de jouer dans des séries de seconde zone. Le second, cascadeur, (Brad Pitt), lui sert de doublure et aussi de nounou quand il pleure entre deux scènes.

Brad Pitt, Leonardo DiCaprio |Copyright Sony Pictures

L’histoire de chacun est racontée grâce à des flashes back et à une scène de tournage avec une gamine prétentieuse et narcissique qui tient tête à la simili-vedette.
En parallèle, Tarantino revient sur l’assassinat de Sharon Tate par les sataniques hippies de la secte de Charles Manson, il y a tout juste 50 ans. Coincé entre les deux histoires, le cinéaste ne réussit pas à faire le choix d’un sujet essentiel. Sans doute désire-t-il évoquer des souvenirs qui se sont imprimés dans sa mémoire infantile - il avait alors 6 ans - pour raconter l’été 69. Son regard d’aujourd’hui serait-il resté fixé sur son âge d’alors ?
Car, qu’est-ce qui nous déçoit dans ce film ? Peut-être sa manière d’aligner les scènes comme des sketches sans lien entre eux, sans scénario défini. Diverses situations sont enchaînées les unes aux autres pour raconter la fin de l’âge d’or d’Hollywood, alors que le public se détourne du cinéma pour la télévision. Tarantino a lui-même déjà revisité cette période, comme l’ont fait les frères Coen, Tim Burton, et d’autres qui ont pour habitude de faire des clins d’oeil au public.

La première partie du film fonctionne. Elle montre avec un humour tarantinesque divers aspects de l’univers hollywoodien où DiCaprio incarne une médiocre star sur le déclin qui s’est fait un nom dans le western, Brad Pitt, son fidèle complice, semble plus sympathique malgré un passé douteux, Al Pacino excelle à camper son agent devenu ventripotent.... Et, bien sûr, Margot Robbie en radieuse Sharon Tate, vedette montante qui se rend à la projection d’un film dans lequel elle joue. Bel hommage à l’un des derniers rôles de l’actrice, regardée par elle-même dans une curieuse mise en abîme. Avant que ne soit filmé son meurtre, par les illuminés du clan Manson, qui a eu lieu alors que son mari Roman Polanski était en Europe. Fallait-il montrer ce drame qui a signé la fin du mouvement hippie ? La fin de « peace and love » ?

Tarantino a inventé un style, son style, avec des risques esthétiques truffés de références cinéphiliques et avec une violence souvent tournée en dérision.

Il aime revisiter l’Histoire grâce au cinéma, comme on l’a constaté dans « Inglourious Basterds » ou dans « Django Unchained », mais là, dans cet univers de carton-pâte, il semble rester en marge, avec des détours narratifs. Peut-être était-il trop envahi par sa propre nostalgie d’une époque où un mouvement cinématographique enterre le cinéma hollywoodien jusqu’alors bridé par le Code Hays.

Même si ce n’est pas la meilleure oeuvre de Tarantino, son talent lors de certaines scènes de « Once Upon a Time in... Hollywood » permet de voir son nouveau film avec un plaisir réjouissant.
Caroline Boudet-Lefort

Photo de Une Brad Pitt, Leonardo DiCaprio |Copyright Sony Pictures
Date de sortie 14 août 2019 (2h 41min)
De Quentin Tarantino
Avec Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, Margot Robbie plus
Genres Drame, Comédie

Artiste(s)