| Retour

Fin de cet événement 30 avril - Date du 6 avril 2022 au 30 avril 2022

Contes du hasard et autres fantaisies, de Ryüsuke Hamaguchi

Comme il y a des livres de nouvelles, « Contes du hasard et autres fantaisies » de Ryüsuke Hamaguchi est un film qui raconte successivement trois histoires totalement indépendantes les unes des autres pour parler avec une grande liberté du hasard dans toute sa malice. Selon le modèle d’Eric Rohmer, le réalisateur japonais a imaginé sept contes dont voici les trois premiers, les quatre autres seront réunis dans un film à venir.

Les contes décriraient moins ce que font les gens que ce qui se passe dans leur tête quand ils le font. Donc, un cinéma qui dépeint les états d’âme, les pensées, les paroles surtout, plutôt que les actions. Alors que chez Rohmer il s’agissait de « Contes moraux », le réalisateur et scénariste japonais laisse le hasard manipuler ses personnages qui vont de surprise en surprise. Et chaque spectateur tout autant.

Le film est réjouissant, sans cesse déconcertant et formidablement interprété par des acteurs fort bien dirigés

De plus, la beauté plastique de ces contes reste incomparable. Décidément Ryüsuke Hamaguchi prouve, après « Drive my car » (prix du scénario au dernier Festival de Cannes), la confirmation d’être un metteur en scène majeur.

Dans le premier des Contes intitulé « Magie ? », la plus longue scène se passe à l’arrière d’un taxi où deux amies se parlent le temps d’un trajet. L’une confie à l’autre qu’elle est en train de tomber amoureuse d’un homme qui est – par le plus grand des hasards ! – l’ex de l’autre, celle qui écoute en gardant un visage de marbre et en ne disant rien pour laisser le spectateur dans l’ignorance. Jusqu’à ce qu’elle aille voir – ou plutôt revoir – l’homme dont il est question : c’est alors que le spectateur comprend la complexité de la situation et découvre qu’il a gentiment été manipulé par le réalisateur, qui de plus lui offre deux fins possibles, l’une succédant à l’autre. Serait-ce cela la magie du titre ?

Le deuxième conte s’intitule très justement « La porte ouverte » : un professeur de Fac ne ferme jamais la porte de son bureau. Tout ce qui se passe dans la pièce peut être vu et entendu de tous ceux qui circulent sans cesse dans le couloir : la transparence doit être totale. A la demande de son petit ami qui veut se venger d’avoir été recalé à un examen à cause de ce maître, une jolie étudiante cherche voluptueusement à le séduire. Pour cela, elle lui fait la lecture d’un passage très érotique d’un livre que ce prof a écrit et qui vient d’être primé. Mais il reste imperturbable. Cependant, ce récit pornographique laisse imaginer le trouble provoqué par cette lecture dite sensuellement.

Dans le troisième conte, « Encore une fois », deux amies se croisent dans un escalator à la sortie d’une petite gare, alors que l’une descend et l’autre monte. Toutes deux manifestent leur joie de se retrouver après une multitude d’années depuis le temps du lycée où elles étaient toutes deux seules à faire de la musique. Elles ne se sont donc pas vu depuis quelque 20 ans, disent-elles... Et finalement, elles découvrent qu’elles se sont trompées toutes les deux, qu’elles ne sont pas celles qui étaient amies. Mais, alternativement, elles vont faire semblant d’être celle dont l’autre a gardé le souvenir et jouer le rôle de l’adolescente d’alors. La mémoire est parfois défaillante. Faut-il s’en satisfaire en réinventant ses souvenirs ?

De surprise en surprise, Ryüsuke Hamaguchi nous mène par le bout du nez avec ses talentueux portraits de femmes et il le fait si bien qu’on applaudit et qu’on en redemande.

« Contes du hasard et autres fantaisies » a obtenu le Grand Prix au Festival de Berlin, en 2021, et récemment l’Oscar du meilleur film international a été donné à « Drive my car ». Des récompenses bien méritées !

Caroline Boudet-Lefort

Sortie en salle le 6 avril 2022 / 2h 01min / Drame Romance
Visuel de Une : © 2021 Neopa/Fictive

Artiste(s)