| Retour

Fin de cet événement dans 3 semaines - Date du 11 octobre 2017 au 11 novembre 2017

"L’atelier" de Laurent Cantet

Dans « L’Atelier », Laurent Cantet dresse un surprenant et réaliste portrait de la France contemporaine. Seule comédienne professionnelle, Marine Foïs est entourée d’une bande de jeunes acteurs inconnus choisis au cours de castings sauvages. Elle campe une célèbre auteure de polars chargée d’animer un atelier d’écriture pour des ados en échec scolaire à La Ciotat, avec le but de produire collectivement un roman noir.

Il suffit d’un atelier organisé par la mission locale pour que des adolescents, en mal d’avenir, se trouvent une bonne raison d’écrire, bien que ce soit difficile et laborieux pour ces jeunes du coin qui n’ont jamais appris à se valoriser dans un environnement économique sinistré depuis la fermeture du chantier naval, devenu un décor fantôme qu’on ne regarde plus.

La confrontation est parfois rude entre cette romancière à succès pleine de bonne volonté et ses élèves déclassés dont elle ne maîtrise pas tous les codes de langage.


Avec ses discussions libres, l’atelier devient une chambre de résonances sociales et politiques. Provocateur, un garçon (Matthieu Lucci, une révélation !) se désolidarise du groupe par son discours ultranationaliste. Sans amis ni travail, son rapport au monde passe par les jeux vidéos et une certaine attirance pour l’extrême droite, jusqu’à être tenté par le passage à l’acte. Son besoin de reconnaissance se manifeste avec une radicalité telle que plane le risque de basculer dans le terrorisme. La présence d’armes crée le suspens.

Dans l’atelier, chacun prend la parole de façon informelle, mais l’écrivaine, solidifiée par son statut, mène son groupe entre décontraction et fermeté.

Marina Foïs est remarquable en « prof » qui ne se laisse pas démonter par ces jeunes qui la testent, et particulièrement face à celui qui cherche à la faire vaciller.

Elle est un personnage tout à la fois révulsé et fasciné par ce jeune homme vibrant de colère rentrée. Et attiré sensuellement aussi. Une ambiguïté qui sort le film du cadre limité de l’atelier. Chacun est pour l’autre l’incarnation d’un autre monde. Elle a le langage et lui un corps qui comble son idéal narcissique. Outre le sport, il s’adonne aux jeux vidéos, seule ouverture pour nourrir son imaginaire. Il ne trouve sa place nulle part et, sans être en accord avec les idées de l’extrême droite, il est attiré pour y avoir été pris en compte. Il ne fait pas de différence entre la violence littéraire d’un roman noir et la violence réelle. La confusion entre la réalité et la création est constante.

Le film témoigne de la mutation radicale d’une société, d’une culture, qui ne se reconnaît plus dans le monde, tel qu’il était et tel que les « vieux » voudraient le maintenir.

Les jeunes de l’atelier pensent que cette histoire n’est pas la leur et sont confrontés à d’autres problèmes dans une société violente, déchirée par des enjeux sociaux et politiques inquiétants, entre précarité et terrorisme.
Exceptionnel directeur d’acteurs, Laurent Cantet reprend la même formule que dans « Entre les murs » (qui lui valut la Palme d’or en 2008) : il réunit à nouveau des non-professionnels auxquels il a donné des dialogues à titre indicatif en leur laissant toute liberté d’utiliser leur vocabulaire. Ce qu’ils disent ne leur est pas inconnu et ils s’appliquent à un rythme qui semble improvisé.

Collaborateur de longue date, Robin Campillo (réalisateur de « 120 battements par minute ») a participé au scénario et au montage.

On retrouve l’oscillation entre le collectif et l’individuel de ses films, tout autant que de ceux de Cantet dont le cinéma est engagé sans en avoir l’air, même si, dans « L’Atelier », il est question de politique, de rapports de force et de dynamique de groupe. Totalement d’actualité, ce film est un clignotant d’alarme pour dire combien il faudrait savoir s’intéresser à ces jeunes sans place qui souffrent d’ennui et leur proposer un but, un idéal.
Caroline Boudet-Lefort

Sortie nationale en salles le 11 octobre 2017 - Photo de Une DR

Artiste(s)