| Retour

Fin de cet événement dans 3 jours - Date du 26 août 2020 au 26 septembre 2020

"Effacer l’historique" de Gustave Kervern et Benoît Delépine

A la réalisation et au scénario, Gustave Kervern et Benoît Delépine nous offrent leur nouvel opus, « Effacer l’historique », un film qui fait un bien fou sur trois paumés dans un monde pourtant de plus en plus prospère et équipé d’intelligence, certes, artificielle.

Un film complètement cinglé !

Complètement dingue, maboul, farfelu ! Un film insensé qui ose se moquer de façon loufoque des technologies actuelles auxquelles chacun est confronté à longueur de temps. Ces réseaux sociaux, ces géants d’Internet qui, chaque jour, nous aliènent.
Nous voilà entraînés dans un monde futuriste proche, deux ans après les Gilets Jaunes, nous dit-on dans une allusion nostalgique. Trois voisins affrontent les nouvelles technologies et réseaux sociaux qui envahissent leur vie quotidienne. Bien sûr, toutes les aventures qui leur arrivent sont complètement absurdes, puisque, en décidant de faire la guerre à ce capitalisme galopant, ils ont déjà perdu la bataille... Mais on peut bien délirer !
S’entraidant comme ils peuvent, ces voisins, Marie, Bertrand et Christine, vivent dans un décor hyperréaliste d’un lotissement de province, dont les maisons identiques et sagement alignées prouvent l’uniformisation du monde actuel. Un monde actuel où les nuits sont faites d’insomnies, où chacun ne pense qu’à ses assurances, ses mutuelles et autres contrats impossibles à décrypter pour les non-initiés.

Chacun est aliéné à son portable véritable prolongement du corps au point de ne pouvoir s’en détacher. On peut aussi se « droguer » aux séries télévisées, comme Christine (Corinne Masiero). « Je suis tombée dedans, j’ai décroché, maintenant je suis clean... », chauffeuse de VTC, tant obsédée par le rendement que le pétage de plombs est inévitable. Bertrand (Denis Podalydès, parfait), lui, est accro aux messages publicitaires et souffre de voir sa fille être harcelée au lycée. Enfin, Marie subit un chantage à la sextape, suite à un moment d’égarement. C’est Blanche Gardin, émouvante avec sa bouille et sa tchatche irrésistibles. Tous trois s’échangent un peu de philosophie – poétique et politique – celle de l’univers de Kervern et Delépine qui nous est devenu indispensable, car tonifiante malgré son désespoir.
Au trio s’ajoute une bande d’acteurs habitués des deux réalisateurs ne serait-ce que pour une mini scène. Benoît Poelvoorde, en livreur exténué qui pleure quand du café est renversé sur son bon de livraison. Vincent Lacoste s’improvisant maître-chanteur pour payer ses études, Michel Houellebecq avec son look inénarrable, Philippe Rebbot à mourir de rire,...
Dans cet univers quadrillé par des procédures immuables avec l’obsession de la rentabilité, les jeunes prennent la suite : l’un a choisi de vivre avec son père pour pouvoir se payer des baskets à 700 euros alors que sa mère n’a pas assez d’argent et s’il bouquine un livre, c’est « Comment bien choisir son portable »,...

« Effacer l’historique » n’est pas un chef d’oeuvre, mais un film à crever de rire tant le duo Kervern -Delépine sait pointer avec verve et humour noir ce qui a déjà fait la réussite de leurs précédents films (Aaltra, Louise Michel, Mammuth, Le Grand soir,...)

Pour s’attaquer à l’Intelligence Artificielle, les deux auteurs ont choisi des idées reçues que tout le monde connaît. Mais ce film décapant déborde de vie et de trouvailles désopilantes et, en définitive, leur dénonciation des « allumés du portable » est un régal.

Caroline Boudet-Lefort

Sortie nationale 26 août 2020 / 1h 46min / Comédie, Drame
De Gustave Kervern, Benoît Delépine
Avec Blanche Gardin, Denis Podalydès, Corinne Masiero
Photo de Une : Copyright Les Films du Worso - No Money Productions

Artiste(s)