Suite des « Enfants du Borinage » de Paul Meyer (1958) Ce film admirable déploie un espace et un temps énigmatiques où apparaissent des visages inoubliables, celui de l’adolescent dont le père est mort à la mine, et qui, tapi dans la nuit, envie la place de l’autre dont le père caresse la tête - il (...)

- Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère ? Je n’ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère. Tes amis ? Vous vous servez là d’une parole dont le sens m’est resté jusqu’à ce jour inconnu. Ta patrie ? J’ignore sous quelle latitude elle est située. La (...)

Rituellement, depuis plus d’une dizaine d’années, l’Association « Les Amis du CIAC » organise autour de chaque exposition un événement intitulé « Les samedis de Carros », et qui se compose généralement d’une projection de film, d’une conférence, et d’une visite guidée en compagnie de l’artiste ou de tout (...)

L’œuvre est d’une telle richesse qu’on ne sait où donner de la tête, d’autant plus que le peu d’éclaircissements que donne Bernard Reyboz est à la fois lumineux - si je peux me permettre ce pléonasme - et producteur de mystère. Entre les « Matrices » et les « Chrysalides » comme phases majeures, se (...)

Bernard Reyboz a suivi un fil conducteur invisible, étant dans le labyrinthe à la fois Ariane et Thésée. Car, il l’a souvent dit, ce n’était pas intellectuel, rationnel. C’était une logique à lui, la logique de la recherche. Il est passé tout naturellement d’un objet à un autre, explorant chacun d’entre (...)

Les murs du Château de Carros vibrent de matières minérales, végétales et autres productions humaines réinventées par Bernard Reyboz, mais aussi de ses commentaires sensibles. En voici la suite : Accompagnant les Chrysalides Un jour, afin de l’occuper on offrit à un enfant une chrysalide de (...)

« Sans titre » s’intitule l’exposition de Bernard Reyboz au CIAC (Centre international d’Art Contemporain, Château de Carros), du 3 mars au 10 juin 2012. Dans l’une des salles, face à des « Monolithes bleus », une phrase de lui est inscrite sur le mur : « La vie existe, je l’ai vue, j’y étais ». Dans (...)

Suite du texte de Barbara J. Santarossa dans le catalogue de l’exposition 2009 « MADI INTERNATIONALE » au Valmore studio d’arte : Mirella Forlivesi, artiste MADI ductile et fuyante, à partir de 1999 expérimente continuellement de nouvelles techniques opérationnelles. Mirella Forlivesi, « (...)

Jean Mas est aussi dans le chapitre 17 (avec le film sur son exposition à la galerie Alexandre de la Salle « Fermez-moi doucement »), en compagnie de Jean-Pierre Mirouze et Arman à New-York et le film « Sanitation ». Cages à mouches DR Le documentaire du vernissage de Jean Mas (17 mai 1996), (...)

Durant l’exposition, il était offert au visiteur de formuler sur un bout de papier ce qu’il considérait être « son plus beau symptôme », et de glisser ce papier dans une urne. Parmi les 165 réponses, le Quartel choisit la proposition « juive errante », qui devint le thème du film « Errance », exercice (...)