| Retour

Manuel Ruiz Vida et son objet de peinture (3/3)

Réservoir 2002

Manuel Ruiz Vida, Réservoir, 2002
huile et laque sur toile 200 x 160 cm

DESCRIPTION / INTERPRÉTATION

Cette œuvre met en présence une forme géométrique qui occupe presque toute la surface du tableau, et la signification immédiate est révélée grâce au titre « Réservoir » dans le but d’ôter toute ambiguïté à la représentation. Car celle-ci n’est pas tout à fait évidente : les effets de coulures, les ruptures de contours et les superpositions d’épaisseurs picturales ne facilitent pas la reconnaissance de l’image ! Un « réservoir », dans l’esprit de celui que Picasso a peint en 1909 à Horta de Ebro pendant ses recherches Cézaniennes du Cubisme analytique, probablement, puisque les modulations de surfaces et les dégradés semblent s’y référer ; mais la forme est là, présente et prégnante, autonome et majestueuse. En effet, les principales lignes du volume, l’enveloppe générale et les différents éléments qui structurent cet énorme réceptacle contribuent à la compréhension du sujet. La rotondité du cylindre est suggérée par les ombres et les reflets, tandis que la matérialité se traduit par les équivalences picturales du métal et de la rouille.
Ce Réservoir, élément d’une série qu’a réalisé l’artiste sur les gazomètres du nord de la France, pourrait s’inscrire dans la tradition des thèmes en rapport avec le monde ouvrier comme aurait pu l’interpréter l’artiste Gromaire au début du vingtième siècle ; mais également comme partie d’un ensemble propre à illustrer la réalité d’un constat à la manière des châteaux d’eau de Bernd et Hilla Becher. Le constat existe à l’évidence ici, fortement appuyé pour exagérer les méfaits de la rouille et l’imposante lourdeur de ces constructions anciennes, magnifiée par la légère contre-plongée qui accentue l’effet du hors d’échelle.

MORPHOLOGIE

Les lignes principales soulignent l’élévation de l’édifice, parallèles aux cotés du tableau et reprises en écho par les multiples verticales qui rythment l’ensemble de l’œuvre. De larges courbes participent à la compréhension du volume cylindrique tout en réalisant un certain nombre de compartiments géométriques, véritables fragmentations d’une peinture abstraite qui prendrait ses sources dans le néoplasticisme.
Mais les véritables signes d’une abstraction probable se situent davantage dans le geste et les coulures irrégulières, références à l’expressionnisme abstrait américain, ou même à la peinture informelle puisque l’artiste opère une véritable dissolution des formes : les contours ne sont plus explicites, et la séparation entre le fond et la forme pratiquement inexistante lorsque l’interpénétration s’effectue entre le sol et le réservoir.
Cette osmose tend à intégrer la construction humaine à la nature, à unifier le métal et le décor naturel, reliés par les mêmes coups de pinceaux et les découpages irréguliers ; les formes des nuages ne sont ils pas repris par les fragments du métal caché – ou révélé - par la rouille ?
Tout ce jeu d’équivalences formelles contribue à la perte de sens du réservoir, à sa probable disparition dans un contexte prêt au changement ; une page se tourne, le constat d’un univers éphémère se referme sur un machinisme désuet et rongé par la nature.

CHROMATISME

Le rapport des couleurs apporte le même constat. La dominante de couleurs froides, avec ses gris bleutés tirant quelquefois sur le violet de cobalt ou le gris souris se positionne à la fois sur le réservoir et dans l’espace extérieur ; le sol et le ciel ne forment qu’une même identité, comme les reflets irréguliers qui recouvrent les grandes surfaces.
La couleur complémentaire, qui oscille entre l’orange et le safran illumine cet ensemble terne pour magnifier la présence de la rouille, véritable cancer d’un édifice en voie de disparition… mais en contre partie, cette nouvelle vie très colorée papillote sur toute la surface et semble même se propager à l’extérieur de l’édifice puisque les reflets ne permettent plus de distinguer ce qui lui appartient véritablement.
Quelques blancs très lumineux se propagent sur la zone médiane verticale en semblant se liquéfier vers le bas du réservoir sous le poids de la pesanteur, tandis que les zones latérales, les plus sombres, créent un effet de clair obscur comme si un éclairage mystérieux venait nous renseigner sur le cœur de l’édifice… toutefois le blanc le plus pur, situé en haut à droite, n’est-il pas là pour apporter une lueur d’espoir dans la tristesse de ce ciel embrumé par les fumées d’usines ?..

Prochaine exposition

Manuel Ruiz Vida, Masnières, 2005 / 2007 huile et laque sur linoléum marouflé sur bois 140 x 181 cm

Expositions : "Variation indicible" peintures de Manuel Ruiz Vida
Alpes-Maritimes Du 07/12/2013 au 11/01/2014
Vernissage le samedi 07 décembre 2013 à 16h.
Lieu : Galerie Depardieu art contemporain

Contact : Christian Depardieu
18, avenue des Fleurs
06000, Nice
Tél : +33 0 493964096
En savoir plus : http://www.galerie-depardieu.com

.
Contact

manuelruizvida@yahoo.fr
ruizvidamanuel@hotmail.fr

Site

http://manruizvida.over-blog.com/

Manuel Ruiz Vida, Halabja, 2007 huile et laque sur carton 17, 2 x 15, 2 cm

(1) voir note bas de page

Expositions personnelles et collectives (sélection)

2013
« Variation indicible » exposition personnelle Galerie Depardieu, Nice

2012
« Matèria primera » exposition personnelle La Casa Elizalde, Centre Cultural. Barcelone.

2011
« Attraction du vide » exposition personnelle Espace Saint-Cyprien Toulouse
Lancement de l’artothèque de Rome au travers de sa collection Espazio Torre Argentina, Roma.
25 ème Grand Prix de Peinture de la ville de Saint-Grégoire- 35 Voies de l’art - parcours d’art contemporain (Fondation Plage pour l’Art) Musée des Augustins, Hazebrouck-59

2010
Maison de la Culture de Tournai Belgique
Musée départemental de Flandre (collections permanentes) Cassel-59
« Escape’(s) in Shanghai » Diffusion de vidéos au Pavillon Lille-Europe, Espace Lounge. Exposition Universelle de Shanghai, Chine
2009
Résidence à Rome, atelier Wicar de la ville de Lille, Rome
« Escape(s)in/ from Beijing » Centre d’arts plastiques et visuels, Lille

2008
Résidence à Pékin, Chine ville de Lille, CULTUREFRANCE
« Jenseits Des Realen / Au-delà du réel » expositions personnelles Kunsthalle Rostock (Musée d’art contemporain), Institut Français Rostock
Exposition personnelle Galerie Fred Lanzenberg, Bruxelles
« Escape(s) » Beijing Today Art Museum. Pékin

2007
« Ici et Maintenant » Abbaye de Vaucelles -59 dans le cadre des résidences d’artistes
« Trajectoires » Galerie Raison d’Art avec Stéphane Johannes, Lille

2006
Exposition personnelle Centre des archives du monde du travail dans le cadre de la sortie de la revue « Cultures en chantier » Roubaix
« Pas si loin, but so close » Chapelle Saint Mathieu, Morlaix- 29
« Paysages de Flandres, de l’infiniment petit à l’infiniment grand » exposition hors les mursdu Musée départemental de Flandre, Centre d’Architecture d’Urbanisme et d’Environnement du Nord, Lille

Manuel Ruiz Vida, Sculpture n°4, 2006 huile et laque sur toile 150 x 110 cm
collection Crossing Museum, Sulaimany, Kurdistan d’Irak

2005
Exposition personnnelle Galerie Frédéric Storme, Lille
« Surface » Maison de l’art et de la communication, Sallaumines-59

2004
Letzebuerger Artisten Center, salon d’art contemporain, Luxembourg
Huntenkunst, biennale d’art contemporain, Doetinchem ,Pays-Bas
« Die franzen kommen » galerie Bij de Boeken, Ulft, Pays-Bas

2003
« La peinture et son objet » exposition personnelle Galerie de l’atelier 2 / Espace Francine Masselis Villeneuve d’Ascq-59
« Passage » Université de Courtrai, Belgique
« Zu hause » Château de Rhoon, Pays-Bas
« 2000 et 3 tableaux... » Musée des Beaux-Arts de Tourcoing

2002
« Entre amis, Among friends » Alliance Française Rotterdam

1997
« Les trophées de la couleur » Cirque d’hiver, Paris

1996
« Exposition du visage » (avec Bruce Nauman et Philippe Bazin) Entrepôt des tabacs, Dunkerque

Bibliographie

Sandrine Vézilier, in catalogue des oeuvres choisies, collections du Musée départemental de Flandre, Cassel 2010
Sandrine Vézilier, les pertes, in catalogue de l’exposition Par sacrifice, Cassel 2008
Ulrich Ptak, une visite d’atelier, in catalogue de l’exposition à la Kunsthalle, Rostock 2008
Aude Cordennier, au-delà du réel, in catalogue de l’exposition à la Kunsthalle, Rostock 2008
Laurence Boitel in plaquette pour l’exposition au groupe Vauban Humanis, Lille 2006
Sandrine Vézilier in catalogue de l’exposition Paysages de Flandre, de l’infiniment petit à L’infiniment grand, Lille 2006
Anne Giraud, in catalogue de l’exposition surface, Sallaumines 2006, Catalogue Watch this space 3, 2006
Tristan Trémeau, in plaquette de l’exposition à l’espace lumière, Hénin-Beaumont, 2004
Laurence Boitel, La peinture et son objet, in plaquette pour l’exposition à l’atelier 2, Villeneuve d’Ascq, 2003

Revues

G. P.U n°4, éditions INI, Marseille 2009
Collect Arts Antiques Auctions, n° 388 fév 2008, Belgique
Cultures en chantier, revue artistique et culturelle n°1, texte de Olivier Cena, Roubaix 2006
Watch this space, in 50° nord n°4, juin 2004
Watch this space, in hors-série 50° nord, octobre 2002

Articles

M.V. in Le courrier de l’Escaut.L’avenir, Tournai nov 2010
Guy Gilsoul, un univers industriel, in le vif express, pour l’exposition à la galerie
Fred Lanzenberg, Bruxelles fév 2008
Claude Lorent puissance picturale, in la libre Belgique, pour l’exposition à la galerie
Fred Lanzenberg, Bruxelles fév 2008
Yves de Vresse lourde menace in agenda n° 1113, pour l’exposition à la galerie
Fred Lanzenberg, Bruxelles (Bel) décembre 2007
Olivier Cena, Le temps à l’œuvre, in Télérama n° 2868, jan 2005
Olivier Cena, L’oeuvre du temps, in Télérama n° 2813 pour l’exposition à l’atelier 2, déc 2003
Françoise Objois, Manuel Ruiz Vida de la peinture avant toute chose, in sortir Lille, pour L’exposition à la galerie Frédéric Storme, fév 2005
Le phare, Dunkerque, janvier 2003
VRAC N°3, in Sortir Lille n°489, juin 2000

Multimédia

Edition d’un cd rom Huntenskunst, Doetinchem Pays-Bas, 2004
Participation artistique dans le moyen- métrage Plateau avec Jackie Berroyer, 2003

Editions, vidéos

60 ans de Télérama. Edition de carnets, Paris 2010
Beijing subway, Vidéo 12 mn 20 réalisée durant la résidence à Pékin, Chine 2008
Masnières, vidéo 19mn, réalisée durant la résidence dans la vallée du haut-Escaut, 2007
Lithographie originale (tirage : 100 exemplaires) Atelier Franck Bordas, Paris, déc 2004
Edition d’une carte postale, in V.R.A.C n°8, Roubaix 2003
Festival de la nouvelle, Illustration d’une nouvelle de l’écrivain Jean Paris, Saint-Quentin, Picardie, 1991

Bourses, Résidences et Prix

Résidence à Rome, Italie. Atelier Wicar de la ville de Lille, juil/ sept 2009
Bourse d’aide à l’installation et à l’équipement, D.R.A.C Nord- Pas-de- Calais 2008
Résidence à Pékin, Chine (CULTURESFRANCE, Lille Métropole Communauté Urbaine, la région Nord- Pas- de- Calais) 1er oct/ 10 nov 2008
Résidence à Masnières dans la vallée du Haut-Escaut, (la Chambre d’Eau, les Scènes du Haut-Escaut) fév/ Juin 2007
Voyage d’études à Rostock, Allemagne. Institut français de Rostock, août 2005
Prix de peinture Hoppeland, Poperinge (Bénélux / Nord – Pas- de- Calais) 2003
Bourse du F.I.A.C.R.E, D.R.A.C Nord-Pas-de-Calais, 2002

Collections publiques et privées/ Acquisitions

- "Réservoir" 2002 collection privée, Londres (Ang)
- "Sculpture n°3" 2006 collection particulière, Bruxelles (Bel)
- "Masnières" 2005/2007 collection particulière, Bruxelles (Belg)
- "Sombra y luz" 2011 collection particulière, Bruxelles (Belg)
- "Sans titre" 2011 collection particulière, Bruxelles (Belg)
- "Sans titre" 2011 collection particulière, Bruxelles (Belg)
- "Récipient" 2002, "Récipient" 2005 lythographe Artothèque de Rome (Ita)
- "La salle d’exposition" 2004 Télérama , Paris
- "Sans titre" 1998 collection particulière, Paris
- "Passage"2005, série de trois peintures collection particulière, Paris
- "Récipient bleu" 2003 collection privée, Bordeaux
- "Récipient jaune" 2003/2004 collection privée, Bordeaux
- "planeur survolant l’atelier" 2003 collection particulière, Toulouse
- "Sculpture n°4" 2006 la pluie d’oiseaux , Crossing Museum, Museum of contemporary Arts Sulaimany (Kurdistan Irak)
- "Passages" 2005/2007 Musée départmental de Flandre, Cassel
- "Sculpture n°9" 2009 ville de Lille
- "Passage" 2005 Artothèque de Lasécu, espace d’art contemporain. Lille
- "Passage" 2001/2002 Groupe Rabot Dutilleul, Lille
- "Récipient" 2002 collection particulière, Lille
- "Récipient" 2002 collection particulière, Lille
- "Récipient" 2003 collection particulière, Lille
- "Passage" 2002 collection particulière, Lille
- "Passage" 2005 collection particulière, Merignies (59)
- "Passage" 2005 collection particulière, Mers Les Bains (80)
- "Récipient n°2" 2002 Goupe Evin, Avelin (59)
- "Récipient" 2006 - "Structure (esquisse)" 2005 Vermeulen S.A,Tourcoing
- "Récipient" 2002 collection particulière, Tourcoing
- "Passage" 2005, "Sans titre" 2007 collection particulière, Roubaix
- "Passage" 2002 collection particulière, Roubaix
- "Sans titre" 1998 Galerie Sergiane Cauwel, La Colle sur Loup (06)

Les auteurs André Giordan et Alain Bianchéri, photographiés dans une Cage à Mouche géante de Jean Mas

(1) La destruction de Halabja est un massacre par arme chimique de la population civile de la ville kurde de Halabja, dans la province d’As-Sulaymaniya (Kurdistan irakien). Il a eu lieu du 16 au 19 mars 1988, pendant la guerre Iran-Irak, après la chute de la ville le 15 mars 1988 aux mains des peshmergas (maquisards) de l’Union patriotique du Kurdistan (UPK) de Jalal Talabani. Il y eut 182 000 morts civils et 90% des villages Kurdes détruits) perpétrées sous l’ordre d’Ali Hassan al-Majid (dit « Ali le Chimique ») par des chasseurs-bombardiers MiG et Mirage de l’armée irakienne.

Pour accéder à "Nice Arts 2000+ : mode d’emploi", cliquez ici

pub