| Retour

Yves HAYAT

(...) Yves Hayat intervient pour remodeler les vieux schémas de composition du message, élaborer les mécanismes de la formalisation de la représentation, re-signifier le vécu du signe, l’investissant de provocation, d’humour, de désenchantement. Face à une réalité qui devient de plus en plus téléréalité, à une démocratie sur le point de devenir une télécratie, comme l’écrit Paul Virilio, Yves Hayat semble se demander et demander aux destinataires de ses oeuvres et de son message si les signes retrouvent vie au contact du corps (sémiologie) ou si le corps s’efface de façon irréversible sous les signes (semiosis).

Il ne sélectionne pas uniquement les icônes de l’Histoire qui sont entrées dans la mémoire collective, mais joue de manière radicale sur le mode d’apparition d’une icône, comme s’il s’agissait d’un sujet extrait du terrain cultuel et transféré sur celui du quotidien, comme un sujet sacré transposé dans le profane : c’est dans cet espace que doit se lire son travail.(...)

Yves Hayat, au coeur du mythe de l’image numérique pour une Réécriture du Corps
par Viana Conti (extrait - Gênes 2008 - Traduit de l’italien)

PIETA - 2009 Tirage argentique collé sur dibond format : 120 x 75 cm (édition de 3 + 2EA)

Yves HAYAT avoue s’intéresser plus à la manipulation du réel et à ses images « imaginées ». Véritable consommateur visuel, il photographie, télécharge, retouche, recadre… bref il met en scène. Par un jeu de superpositions, de décalages, de détournements, il met en confrontation le passé et le présent, la beauté et l’horreur, l’indifférence et le fanatisme, le réel et l’imaginaire. Il essaie de concevoir, à travers un questionnement sur les rapports art / politique / médias, des oeuvres critiques où transparaît une attirance plastique pour la culture des médias, du cinéma et de la publicité. Grâce aux avancées technologiques (internet, le numérique, l’impression sur plexiglas,..), il tente d’élaborer une sorte de constat de notre histoire, de notre société dans ce qu’elles ont conçu, transformé, détruit. Il lui semble cependant important de garder à l’esprit que lorsqu’une oeuvre nous met face à notre monde, elle est là aussi bien pour poser une interrogation que provoquer un sourire ou créer un malaise… C’est alors qu’elle échappe au lieu commun.

Madone barrée (2009) - Impression numérique sur Fine Art watercolor Paper - 100 x 150 cm - Edition de 6 + 2 ea et tirages argentiques 70 x 100 cm - Edition de 6 + 2 ea

Yves HAYAT

Yves Hayat est né en Egypte. Là, sans doute, sont nés les premières sensations esthétiques, les premières adhésions,
les premiers refus. En 1956, il découvre la France et le déracinement. Pendant cinq années il va suivre
les cours de l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Nice.
A partir de 1973, Yves Hayat s’oriente vers la publicité, métier en pleine effervescence créatrice.
Il va retenir de cette vie de créatif la fascination pour l’image et l’importance du message. Ces années “ Pub ” vont
lui permettre de découvrir les nouvelles technologies et de maîtriser sa technique.
En 1990, il revient à l’art. Il redécouvre les grands maîtres anciens. Parallèlement à sa vie de publicitaire, il photographie
les gens, la rue, les tableaux de musées, récupère des images de magazine ou du net qu’il classe
soigneusement. Car Hayat est un artiste bien de son temps. un esprit ouvert sur la rue, la société, les médias ou
le net.
2004 - Attribution de son nouvel atelier par la ville de Nice (au coeur des anciens entrepôts Spada ; 28 plasticiens,
peintres, sculpteurs, photographes, 2 compagnies de théatre,...)
2006 - Organisation de l’exposition “Revisitation à sainte-Réparate” en tant que commissaire d’exposition

Informations pratiques :

Pauline Seiller, ART SEILLER Galerie
28, rue Grande 06570 Saint-Paul-de-Vence
Tél. 0033 (0) 493 32 10 93 - e-mail : pauline@artseiller.com

Site de l’artiste : www.hayat-art.com
www.artseiller.com

pub