| Retour

La scène artistique israélienne s’expose au salon Arte Monaco

Présents pour la première fois à Monaco, au Grimaldi Forum lors du Salon Arte Monaco huit artistes
majeurs de l’art contemporain israélien seront présentés au public. Ruven Kuperman, Amnon David Ar,
Baruch Elron, Mika Drimer, Roy Pajurski, Helen Francis Attar, Daniela Orvin, et Doron Dahan sont des artistes
contemporains de grande renommée. La plupart ont été exposés au Musée d’Art Moderne de Tel Aviv
et au Musée de Haifa.

Ces artistes sont réunis sous l’égide de Art Connections Israël, dont le siège est à Tel Aviv. Son fondateur,
Raphaël Barbibay, souhaite faire découvrir et faire connaître ces artistes sur la scène internationale. La
promotion de l’Art israélien est donc la force motrice qui anime l’association « Art Connections Israël » dont
le siège se trouve à Gebo’s Art Space, un « Studio-Galerie » créé en 2007. Raphaël Barbibay est le directeur
artistique et curateur de la galerie. Le principe de Gebo’s Art Space est d’offrir à des artistes venus de la
périphérie la possibilité d’exposer dans le centre de Tel Aviv, au coeur du monde de l’Art Israélien avec
l’intention de créer un dialogue entre l’Art et le Design.
Raphaël Barbibay travaille également avec des galeries d’Art à Paris, Barcelone, Moscou et Berlin. Il
organise des expositions d’Art Contemporain où il présente des artistes israéliens internationaux. Durant
les vingt dernières années, il a travaillé dans différents domaines artistiques. Directeur du Musée ARAD, il a
participé à de nombreux projets tels que le Festival d’Israël et a créé la Biennale des Sculptures de la Mer
Morte. Il a présenté l’Art Israélien au Salon du Livre de Paris, ou Israël était le pays invité et pour les 60 ans
de la création d’Israël, Raphaël a produit avec les Editions Caractère de Paris, un livre remarqué sur l’Art
Israélien. Raphaël Barbibay est aussi le directeur artistique international du magazine d’art international,
« La Gazette des Arts », qui est publié à Paris.
Art Connections Israel. Gebo Gallery, Tel Aviv

-  Salon Arte Monaco. Grimaldi Forum- Stand n° I.1 et I.2
www.gebogallery.com
b.b.art@netvision.net.il

Baruch Elron

L’Art de Baruch Elron est composé de différents langages,
celui du monde visible et celui du monde inconscient, le
monde du rêve, la source même de la créativité. Son art est
non seulement une réflexion de ses connaissances culturelles
riches et variées, mais il reflète également l’intuition profonde
que l’on appelle la créativité d’associations.
« LES QUATRES SAISONS »
Baruch ELRON s’est investi dans la franc-maçonnerie depuis
de longues années et les enseignements ésotériques qu’il
a reçus, l’usage des symboles, la spiritualité sont des fils
conducteurs qui ont amené l’artiste à créer les « Quatre
Saisons » dans la réflexion, l’ordre des choses, de la vie et
des saisons.
Les saisons permettent à Baruch ELRON de s’exprimer
en symbolique sur les différentes étapes de la vie et le
développement spirituel de l’être humain. Le printemps
c’est la naissance, l’apprentissage de la vie, l’été on vit,
on travaille, on s’investit, l’automne, le travail terminé, on
a appris, mûri, ri, pleuré, on récolte, l’hiver le sommeil nous
attend, l’aboutissement de la vie, nous allons passer de
l’autre côté du miroir
Elron exprime l’approche spirituelle de sa vision du monde,
son ressenti que chaque chose appartient à chaque
chose, qui s’entre mêle et devient inexorablement un
tout, Elron essaie de le construire en imaginant des ponts
entre des opposés de toutes sortes, entre les mythes et
coutumes occidentales et orientales, entre les cultures
et les religions, à la manière des poésies de William Blake
« All religions are one ». Son approche est universaliste et
unique.

- Né à Bukarest en Roumanie (1934 – 2006). M.A. de
l’Académie des Arts de Bukrest. Il a participé à de
nombreuses expositions collectives à San Paulo, Moscou
et Dresden et a donné des one man shows en Israël et
à l’étranger (Paris, Basel, Dusseldorf, New York, Cologne,
Bruxelles,etc.). En 1958, il obtient le Prix d’Excellence a
l’exposition internationale de Sao Paulo. En1959 il participe
à Moscou au Festival de la jeunesse et obtient le Prix
pour l’illustration du livre à Dresden Book Fait en 1960.

Mika Drimer

La technique utilisée par Drimer pour créer ses
sculptures céramiques est unique et le résultat artistique
est incroyable. Vu de chaque angle, ses oeuvres
étonnent par la virtuosité du mouvement, la délicatesse
des plis, l’ingéniosité qui transforme la céramique en
un tissu qui a toute l’apparence du réel. Les plis du
tissu nous rappellent l’Art hellénique dans la qualité et la
sensation des tissus sculptés dans la pierre ou le marbre.
Lorsque l’on fait l’expérience des céramiques de
Mika Drimer, on est confronté à des figurines géantes,
imposantes mais aussi délicieuses et délicates, dans
lesquelles on a envie de glisser son corps pour y
découvrir les différentes identités cachées à l’intérieur
de chacune d’elles. Les créations de Mika Drimer sont
certainement uniques dans l’art céramique. On les
associe immédiatement au monde de la mode et du
textile avec ses couleurs, ses plis, ses formes délicates,
généreuses et stylées qui donnent envi d’étirer, de
défroisser ce tissu imaginaire. On aimerait pouvoir les faire
valser, en prendre possession, les habiter, s’en revêtir.

- Née en 1953, cette artiste autodidacte a exposé à
l’Opéra de Tel Aviv, au musée de Beit a Tfoussot,
au musée Eretz Israel, au musée du Judaïsme en
Italie et au festival du film israélien à Beverley Hills.

Roy Pajursky

Roy Pajursky explore les différentes formes de la
condition humaine généralement à travers le portrait.
Un à un, les portraits sont exposés au spectateur à
travers un moyen d’acte forcé, les séparant de leur
environnement naturel, toutefois, cet acte laisse une
terrible trace sur l’image, une marque. Cela apparaît
à un moment spécifique, un instant photographique
où le sujet est conscient. L’image reste nue, flottant
dans l’espace. Dévoilé, il est présenté comme un tissu
vivant nettoyé de tout résidu culturel. Son expression
est la dernière et la seule attache à la réalité.

- Né à Natanya en Israel en 1976, Roy Pajursky a étudié
à l’académie des arts de Jérusalem, Betzalel. Il a
exposé à New York, à Valence en Espagne et dans
différentes galeries ainsi qu’au musée de Haifa.

Ruven Kuperman

Les portraits de Ruven Kuperman forment une autre
tentative contemporaine à l’intérieur de l’histoire de
l’art, une tentative de capturer l’insaisissable, d’offrir
une réflexion de l’âme.
Un des aspects de l’auto-portrait de Kuperman, exécuté
en 2003 lorsqu’il a atteint ses 40 ans, semble correspondre
au dernier auto-portrait de Dürer à 28 ans. La pose
symétrique, le regard pénétrant, éloigné, la chevelure
ascétique flottant contre un arrière-plan détaché et
anonyme, tout cela atteste de l’envie de conceptualisation
du visible, du désir de l’emmener au-delà du
modèle physique.
L’origine photographique qui forme le point de départ
de la série de portraits de Kuperman peut être retrouvée
au 19ème siècle dans les archives de photos utilisées
par les criminologues et pathologistes pour l’étude
objective et la classification.

- Né en 1964 à Kishenev en URSS. Il a obtenu son BA en
Art et Philosophie à l’Université de Haifa (1986-1989).
Il poursuit un cursus en Photographie aux USA et est
diplômé en études de photographies GWU à Washington
DC puis d’un TSU à Towson (1990-1991), d’un MFA en Arts,
Ecole Visual Arts de New York (1992-1993). Il enseigne à
l’Académie des Arts à Betzabel en Israël depuis 1997.
- Expositions
2008 : Galerie Rosenfeld Tel Aviv
2006 : « Portraits », Musée d’Art, Tel Aviv
1994 : “Body and Soul”, Centre d’Art Arlington, Arlington,
Virginie.
1993 : “Decadence”, Galerie Compression, Phoenix,
Arizona.
1992 : “Armageddon”, Salon Time Art, Washington DC.

Amnon David Ar

Né en Israël en 1973, Amnon David Ar vit et travaille
actuellement dans son atelier studio au sud de Tel Aviv.
Inondé de lumière son atelier est rempli d’objets qu’il
a collectionné au cours des années et qui l’inspirent
dans son travail.
Les modèles et objets qu’il choisit de peindre viennent
de son entourage, et comme les peintres baroques
et impressionnistes qui l’influencent, Ar dessine et
peint ce qu’il observe utilisant la lumière naturelle qui
est omniprésente dans ses peintures.

- Né à Ertzélia en 1973
1993 – 1994 Il étudie l’Anatomie pour les Arts avec le
peintre Oswald Adler. En 1995 il étudie à Betzalel, à
l’Academie des Arts et du Design, Jerusalem.
- Expositions
2009 : Exposition individuelle au Musée de Tel Aviv
2004 : Amnon David Ar –Peinture, Exposition et catalogue,
Musée d’Art israélien, Ramat Gan
2005 : Dessins et Peintures, Exposition et catalogue,
Galerie Bernard, Tel Aviv
2007 : Exposition et catalogue, Galerie Vieleers,
Amsterdam, Pays bas.
2009 : Exposition, seul, Musée d’Art, Tel Aviv, Israel.
2009 : Solo exposition – L’ Association des Peintres et
Sculpteurs – Jerusalem Artists, Jerusalem, Israel.

Helen Francis Attar

Les peintures d’Helen Francis Attar nous transportent
à l’époque du romantisme, en plein XVIII siècle, dans
une Europe aristocrate, des grands bals et des réunions
de salons où l’art et la culture se mélangent.
L’art d’Helen Francis Attar est une métaphore. Les
femmes peintes par l’artiste pourraient très bien être
des actrices hollywoodiennes, des « barbie dolls », car
ses femmes sont peintes dans des situations similaires aux
héroïnes télévisées d’aujourd’hui, féminines, frivoles,
modernes. Pour Francis Attar, la toile est un théâtre
où la noblesse et la richesse des vies de ses héroïnes
s’étalent sur des scènes en évolution constante.
Francis dit « ce que j’essaie d’exprimer est une illusion,
une fantaisie, des femmes dans une autre réalité »,
« ce que je peints c’est la féminité, la douceur, la
sensualité, le romantisme ». C’est cela même que le
spectateur ressent devant les peintures de l’artiste,
les images multiples de la femme d’aujourd’hui, de
demain et de nos rêves…

- Née en Irlande et résidant actuellement en Israel, cette
artiste a largement exposé en Europe et aux USA.

Daniela Orvin

Née à Berlin en 1973, Daniela Orvin vit et travaille à
Tel Aviv et à Munich. Artiste et pharmacienne elle
est actuellement propriétaire de la galerie d&a de
photographies contemporaines à Tel Aviv.

- Etudes :
2002-2005 : “Midrasha”Collège d’Art, Beit Berl, Israel
2000-20015 : Photographie and Art Digital. Université
de Westminster, Londres Angleterre.
1996-20005 : Ecole de Pharmacie, Faculté de Médecine
à l’Université hébraïque, Jérusalem, Israël
1994-19955 : Biologie, Faculté de Biologie, Université de
- Tel Aviv, Israël.
Expositions individuelles
Juin Juillet 20065 : Dislexie Disgraphie, La Maison des
Artistes. Tel- Aviv, Israël.
- Expositions collectives
Novembre - Decembre 20075 :
- Exposition collective, Galerie MFK , Berlin Allemagne
Juillet- Août 20075 : « Extasy on » Lecce Italie.
Janvier 20075 : A little Further- . Pyramide . Haifa, Israël.
Mars-Juin 20065 : “Journey “- Galerie Tal .Kfar Vradim,
Israël

DORON DAHAN

Doron Dahan est née en 1973 à Jérusalem. Elle a étudié
la poterie à l’Académie d’Art de Jérusalem. Au début
de sa carrière, Doron a dessiné et créé des plats utilisés
aujourd’hui dans les grands hôtels luxueux, en restauration
et à l’usage ménager. Très vite Doron décide de se
lancer dans la sculpture.
Le monde de la poterie influence son travail, les volumes,
les courbes et la tendance vers l’existence première.
Doron se nourrit de l’héritage classique de la sculpture
combinée d’un regard moderne et d’un clin d’oeil
humoriste.
Les images de femmes nues, sculptées par Doron,
incorporent l’image du mythe de la femme et de
la maturité. L’artiste est à la recherche de multiples
images de la femme, sensuelle, procréatrice, intime,
rêveuse, terrienne, séductrice et « femme fatale ».

- Doron Dahan a exposé seule et en groupe en Israël et
à l’étranger. Ses sculptures sont exposées actuellement
dans les galeries Smelik et Stokking à Amsterdam,
Rotterdam et Den-Hague. Certaines de ses oeuvres
ont été acquises par des Collectionneurs d’Art en
Israël et en France.

pub