| Retour

SAINT OUEN : Grazia Capri, Sofia Fitas... "Soirée composée" !

Une soirée composée des pièces de trois chorégraphes en résidence. Des apparitions fantomatiques de Grazia Capri aux métamorphoses de Maxence Rey et de Sofia Fitas, Mains d’Oeuvres se charge d’une intense charge imaginaire.

Horaires : à partir de 20h

— Sofia Fitas, Experimento 2

La pièce cherche à inventer un corps dans lequel ne se définit pas un territoire, mais où se découvrent et se déplient des trajets réels et virtuels, qui se croisent, s’éloignent, se superposent, se renversent... Créer ainsi un être de fuite, singulier, inorganique et imperceptible, qui met en jeux des articulations, désarticulations, oppositions, contractions, torsions, distorsions, conflits, inquiétudes, qui module des forces, crée des images.
Il s’agit donc d’ouvrir le corps à l’imaginaire, le débarrasser de constructions habituelles. Un corps qui se reforme, se restructure et se ré-élabore constamment, qui se rend nomade et rêve de soi-même…

— Grazia Capri, On Being an Angel

Intimement inspiré de l’univers poetique de Francesca Woodman, On Being an Angel est un travail sensible qui s’appuie sur la figure de l’ange, figure suspendue entre la vie et la mort.
Le point de départ du travail est le silence du corps, sa condition dans l’espace, dans un vide qui prend vie doucement. Une attente qui donne la possibilité de vivre très simplement un espace émotif. A ce calme s’opposent des séquences de mouvements presque frénétiques, répétitions, rotations, courses, comme dans un essai de dépassement physique, comme dans une hypothèse de vol, à la recherche d’un moi originel, d’une réalité autre.
Apparition, fantôme, ange. Grazia Capri donne vie ici à ces corps mystérieux, silencieux, qui existent entre le vol et la chute, qui se débattent pour décoller, qui veulent être des anges, peut-être un peu trop…

Grazia Capri, On Being an Angel, 2010. Présentée dans le cadre d’une résidence à Mains d’Oeuvres.
Courtesy Mains d’Oeuvres © Jérôme Delatour

— Maxence Rey, Les Bois de l’ombre

A travers ce premier travail, Les Bois de l’ombre , Maxence Rey cherche à être au plus près de l’humain dans sa fougue à être en vie, dans sa vulnérabilité et fragilité face à la mort, et à explorer le périssable qui nous constitue. Corps brisé, corps entravé, corps absurde, corps frénétique, corps fragile, corps végétal, corps vibratoire, corps aberrant, corps en perte, corps monstrueux, corps en tension…
Explorer ces différents états de vie à travers un corps de femme en perpétuelle mutation. En perpétuelle oscillation entre rêve et cauchemar, entre amusement et obscurité, entre terreur et étonnement, entre étincelle de vie et anéantissement, entre humour et oppression, une femme se débat et louvoie dans ce marasme qu’est la vie.

Mains d’Oeuvres
1, rue Charles Garnier
93400 Saint Ouen
- Tel : 01 40 11 25 25
- Fax : 01 40 11 25 24
- Mail : info@mainsdoeuvres.org
- http://www.mainsdoeuvres.org

pub