| Retour

NIMES : Isa Melsheimer, Michael Raedecker Line-up

Michael Raedecker et Isa Melsheimer traitent de la vie courante ou de la grande histoire en mixant la peinture et la photographie à une technique décalée : la broderie, habituellement lue comme témoignage de la culture populaire.

Michael Raedecker

Isa Melsheimer, Umzug (détail), 2008. Six matelas brodés. 90 x 140 x 100 cm.
Courtesy Galerie nächst St. Stephan Rosemarie Schwarzwälder, Vienne, © Isa Melsheimer.

Né en Hollande en 1963 et depuis installé à Londres, Michael Raedecker revisite dans sa peinture les genres traditionnels : natures mortes, paysages, fleurs. Le traitement très fluide de la peinture, dans des camaïeux de gris, sur lesquels interviennent des rajouts de laine et de fil, désigne une figuration épuisée, mélancolique où abondent le thème de la ruine et les marques d’usure, en contraste avec les titres souvent provocateurs.

Ces points très libres structurent la surface des œuvres comme les coulures et les touches. Par ses sujets domestiques repris de vieux catalogues, magazines ou de films, Raedecker interroge la validité de la peinture à traiter du quotidien à l’époque contemporaine en dehors d’images déjà codées choisies sur internet. Cette exposition qui réunit une vingtaine d’œuvres de ces cinq dernières années sera la première présentation de cet artiste en France.

Isa Melsheimer

Pour Isa Melsheimer, la broderie est aussi une technique de dessin et d’écriture. Son exposition est conçue comme une installation spécifique dans le bâtiment de Norman Foster pour laquelle elle réalise de nouvelles tentures brodées portant des citations du roman de l’écrivain japonais Kobo Abé, L’Homme-Boîte. Elle s’appuiera aussi sur un choix d’œuvres plus anciennes, vingt-quatre environ, datées de 2002 à 2009, qui expriment également cette idée d’un espace autre, caché, d’où viennent des regards que nous ignorons et qui nous observent.

Très intéressée par l’architecture, Melsheimer développe une réflexion autour de l’espace à vivre tel qu’il a été identifié par l’architecture moderniste et se rencontre au quotidien dans la maison, mais aussi les galeries marchandes et les lieux intermédiaires utilisés par les sans-abris. Certaines œuvres récentes créées d’après les images de presse prises lors de l’effondrement du bâtiment des Archives de la Ville de Cologne ou d’autres faits divers traiteront les thèmes de l’instabilité et de la disparition dans notre monde occidental étroitement organisé. Ce thème renvoie aussi au fort intérêt de l’artiste pour les questions d’environnement et de responsabilité collective.

Informations pratiques :

Carré d´art
Place de la Maison Carrée
Musée d&´art contemporain
30000 Nimes
T. 33 4 66 76 35 70
F. 33 4 66 76 35 85
info@carreartmusee.com

Mardi-Dimanche : 10h-18h

pub