| Retour

Denis Brihat poète de l’image

Denis Brihat, photographe de renommée internationale et poète de l’image, soufflera ses quatre vingt printemps à l’occasion du trentième anniversaire du Photo Ciné Club de Biot.
En hommage à l’artiste qui a séjourné et travaillé à Biot dans les années 50, le Photo Ciné Club en partenariat avec la ville de Biot, organise une exposition du 19 septembre au 15 novembre au sein de l’Office de Tourisme de Biot, qui présentera des clichés retraçant un pan de l’histoire du village et des oeuvres récentes.

C’est après un bref passage à l’école de photographie de Vaugirard que Denis BRIHAT exerce son métier à travers plusieurs disciplines comme l’architecture, l’industrie, le portrait. Lors d’un reportage sur la côte d’Azur, il tombe sous le charme de Biot. Immédiatement séduit, il décide de s’y installer au printemps 1952 pour trois années d’images exceptionnelles qui auront une résonance quelques décennies plus tard.
Cet événement sera rythmé par des conférences, des animations dans le village et au Musée National Fernand Léger. Une rencontre exceptionnelle à l’occasion des journées européennes du Patrimoine qui fera revivre à chacun Biot au temps des années 50.

Bio de l’artiste inspiré

- C’est à Bonnieux, en Provence, que Denis Brihat photographe de renommée internationale, est installé depuis 1958. Dans sa quête solitaire, il cultive depuis plus de quarante ans son jardin dans le Luberon et met tout son savoir faire au service de la nature, son thème de prédilection. En poète de l’image, il la cueille, la révèle avec humilité et la transcende en une forme singulière. Sous son regard, de simples oignons deviennent des oeuvres d’art.

- C’est sur ces terres du Vaucluse baignées de lumière, que l’artiste connaît si intimement, qu’il va construire peu à peu son oeuvre, avec une obstination qui est la marque des grands, afin de « pénétrer et vivre la nature, en révéler toute la complexité et la beauté » et souvent aller au-delà.

Aubergine
©Denis Brihat

Il réalise dès la fin des années cinquante des « tableaux photographiques ». Il explore ainsi le monde familier en quête d’une photographie « d’auteur » et revendique son statut d’oeuvre d’art. Sur ce principe, il enrichie la matière photographique en réalisant des tirages aux formats non conventionnels gardant à l’esprit que la photographie n’est pas seulement une image destinée à l’illustration et à la reproduction mais peut être destinée au mur. Après avoir retenu une forme idéale qu’il veut unique, il explore la couleur.
Il va donc chercher, dans les années 70, à créer lui même sa palette colorée par le biais des virages métalliques et sur un procédé de gravure de la gélatine ; cette technique complexe devient sa touche personnelle.
Il traite ainsi de nombreux sujets avec un lien évident et récurent :
« une étude systématique des formes, des structures de l’architecture de la nature (Denis Brihat) ».

Pavot
©Denis Brihat

Biot, une source d’inspiration.

- Denis Brihat doit cette identité artistique et cette vie consacrée à la reconnaissance de la photographie à quelques voyages et rencontres qui vont propulser l’artiste vers cet univers.
Après un bref passage à l’école de photographie de Vaugirard, il fait son apprentissage sur le terrain et exerce son métier à travers plusieurs disciplines comme l’architecture, l’industrie, le portrait. Il pratique la photographie de reportage et d’illustration.

C’est au cours d’un séjour sur la côte d’Azur qu’il découvre Biot.

Village de Biot, source d’inspirations multiples
©Denis Brihat

Immédiatement séduit par les paysages et l’effervescence du village, il décide de s’y installer au printemps 1952. Encouragé par Robert Doisneau c’est à cette période que Denis BRIHAT commence à travailler avec l’agence Rapho, la plus vielle agence de photojournalisme en France réputé pour ces clichés humanistes. Noël 1952 sera marqué par sa première exposition à Biot qui annonce les prémisses d’un travail photographique lié à l’expression de la nature
Le village vit alors de l’agriculture et de l’activité ancestrale des potiers. Les terrasses sont plantées d’oeillets, d’anémones, d’oliviers et d’orangers. Denis Brihat a son atelier au bout de la place des Arcades. Très vite, il va prendre plaisir à fixer sur sa pellicule la vie et l’histoire du village. « C’est l’époque ou Mimi et Dédé Brothier s’installent Place des Arcades dans le tabac de Madame Ratazzi ; un peu plus loin Monsieur et Madame Ghibaudo ont leur boulangerie épicerie. Souvent Denis Brihat croise Monsieur Hans Hedberg qui vient travailler dans son atelier à Biot.

- Tout est prétexte à photographie : le facteur, la construction du four en pierre, le déjeuner pris en commun par les verriers chez les MONOD (1956), la procession à Saint-Julien, la fête du village, le ferronnier, le sculpteur Michel Chauvet, le mariage de Jacqueline et François DE Chabanex le peintre Pierre Faniest, Mimi, Marco et son grand-père revenant de la chasse, les jarres, le paysage admirable des terrasses d’oliviers, le docteur Henri Carpentier maire d’alors (…) ».

Tout est prétexte à photographie : le facteur, la construction du four en pierre...
©Denis Brihat

- Sans le savoir, Denis Brihat, amoureux de ce village, immortalise les instants des villageois dans leur activité quotidienne créant à la fois un témoignage précieux et une oeuvre de tout premier plan. L’explosion artistique de la région et de Biot à cette époque va enrichir son travail des portraits de Fernand Léger Pablo Picasso, Jean Cocteau.
Après une année de reportage en Inde, ces travaux d’illustrations pour l’édition lui valent le prix Niepce en 1957. Son installation définitive à Bonnieux lui permet de se consacrer à son oeuvre tout en exposant régulièrement en Europe et aux Etats-Unis. Il édite également plusieurs portfolios dont un obtient la mention du prix Nadar en 1963. L’année 1965 est marquée par sa première grande exposition personnelle au Musée des Arts Décoratifs à Paris. Charles Estienne l’encourage dans sa démarche en préfaçant le catalogue de l’exposition.
Denis Brihat ne cesse d’explorer et de perfectionner sa technique qu’il fait partager en organisant à Bonnieux, durant l’été 1969, des stages de photographie expérimentale. Il créé également l’association « Etudes et Recherches d’Art Photographique du Lubéron » et un stage destiné à la formation de futurs professionnels qu’il propose durant huit années.

- Ces photographies font aujourd’hui parties de grandes collections publiques et privées que l’initié peut retrouver notamment à Paris au Centre Pompidou, à la Bibliothèque Nationale, au Fond National d’Art Contemporain et à la Maison Européenne de la Photographie. Divers fonds régionaux contemporains possèdent des oeuvres de l’artiste comme le Museum of Modern Art à New York ainsi que le Center for Photography à Tuscon aux U.S.A.

La nature, dans toute sa complexité et sa beauté, continue à porter Denis Brihat dans un univers d’expérimentation. A l’aube de ses quatre-vingt printemps, il cultive toujours activement en jardinier serein l’art photographique.

Infos pratiques :

Le vernissage de l’exposition aura lieu le vendredi 19 septembre, à 18h00, à l’Office de Tourisme de Biot.
Renseignements :
Photo Ciné Club de Biot
Monsieur Bertaina
06 27 55 94 68
pccbiotois@free.fr

infos@biot.fr EXPOSITION « Denis BRIHATRIHAT » Du 19 septembre au 15 novembre Biot – Office de Tourisme
Office de tourisme
04 93 65 70 00
tourisme@biot.fr

pub