| Retour

Fin de cet événement il y a 5 mois - Date du 12 janvier 2018 au 13 janvier 2018

Peer Gynt revient au TNN les 12 et 13 janvier !

Le retour du hit culte ! Peer Gynt revient enchanter le public niçois pour deux soirées exceptionnelles avant la grande reprise parisienne aux Bouffes du Nord.

Délirant et poétique, « Peer Gynt » offre à Irina Brook la possibilité d’une mise en scène d’une richesse théâtrale exceptionnelle.

L’amour qu’elle a pour le chef d’oeuvre d’Henrik Ibsen remonte à son adolescence, alors qu’elle le découvre, étudiante à New York totalement imprégnée de la musique d’Iggy Pop et de David Bowie. Ainsi, dans son imaginaire, a-t-elle associé les chanteurs aux principaux personnages de ce drame, transformant Peer Gynt en rocker immature qui rêve de gloire et de pouvoir.

Le texte très ouvert justifie toute adaptation, son originalité tient à l’ambiguïté entre rêve, imaginaire ou réalité, qualité romanesque estimée primordiale. Irina Brook s’est lâchée dans cette tragi-comédie malicieuse, véritable machine à fantasmes dont elle fait un opéra rock. Elle ose des kyrielles d’hallucinations époustouflantes, tirant parti de toutes les surprises de ce voyage initiatique.

La pièce tient d’un cauchemar éveillé que fait Peer Gynt en l’explorant pour se chercher lui-même.

Aussi sa quête d’identité indéfinissable lui procure-t-elle la sensation trouble de ne plus appartenir au monde, de l’observer avec une distance étrange où l’altérité s’est logée à l’intérieur de lui, l’identité du groupe (les trolls du folklore norvégien) l’englobant pour éliminer sa propre identité.

Fabulateur et mythomane, Peer Gynt est ambigu, incapable de choisir entre les grands idéaux et le bonheur individuel, il entend incarner la meilleure idée qu’il se fait de lui-même et refuse de se plier à toute contrainte.

Victime de son impertinence, il devient incapable de se colleter à la vie avec laquelle il joue, se délectant de mensonges sans tenir compte des valeurs de l’authenticité.
En ne trouvant jamais le véritable noyau de sa conscience, son propre imaginaire fait de lui le roi de l’illusion, entre veulerie et égoïsme. Ni son charme, ni sa fantaisie pimentée d’innombrables allusions au folklore norvégien, ne le sauvent, et il ne sera racheté que grâce à l’amour profond et sincère de la fidèle Solveig.

C’est avec « Peer Gynt » qu’Ibsen devient un écrivain reconnu et c’est grâce à l’opéra qu’en fera Grieg que la pièce connaîtra une popularité jamais démentie depuis lors.

Dans cette sorte de rêverie poétique, on trouve déjà les prémices du théâtre contemporain, confirmés dans ses pièces postérieures. Avec audace, Irina Brook présente le texte norvégien interprété en anglais par des comédiens de toutes nationalités. Des surtitres viennent au secours dans ce spectacle tellement visuel que peu importe si une réplique s’échappe. Rarement mise en scène de théâtre a été aussi somptueuse et bluffante. Le rythme endiablé ne laisse aucun répit dans ce monde d’artifices et d’illusions où règnent les trolls, la neige, la boisson à l’excès et les ripailles festives, dignes des contes scandinaves.

Également musiciens, tous les comédiens sont parfaits dans leurs multiples rôles, avec des mentions spéciales pour Ingvar Sigurdsson, jouant un Peer Gynt d’une trempe exceptionnelle et à la délicate Shantala Shivalingappa (Solveig) que nous pourrons revoir, dès mars, dans « Play » avec Sidi Larbi Cherkaoui. Des poèmes de Sam Shepard et de nouvelles chansons toniques d’Iggy Pop ajoutent à la modernisation de la pièce.

12.01 > 13.01
Salle Pierre Brasseur
durée 2h45 avec entracte
SPECTACLE À PARTIR DE 14 ANS
janvier
VEN 12 20H30
SAM 13 20H00

Réservation en cliquant ici

Artiste(s)