| Retour

Fin de cet événement il y a 5 jours - Date du 5 octobre 2020 au 18 octobre 2020

Fête des théâtres : entrez dans la transe !

La Fête des Théâtres revient du 5 au 18 octobre. Deux semaines d’occasions quotidiennes de sortir de chez soi dans vingt-cinq salles de Nice et des environs, avec une cinquantaine de spectacles de tous les genres à l’affiche : du boulevard, du classique, de la comédie, du café théâtre, du clown, de l’humour, des matchs d’impro, de la commedia dell’arte, du théâtre contemporain, musical, une conférence table ronde lecture et concert…

Le plus difficile sera de faire son choix dans ce vrai festival. Les plus jeunes sont particulièrement soignés. Théâtre musical, contes, marionnettes où l’humour qui règne en maître ne laissera pas indifférents les parents. Neuf pièces où l’on croise un magicien maladroit, un Barberousse malheureux, le Corbeau de Jean de La Fontaine, une Madame Patate et un Monsieur Clémentine, des arbres magiques et des fées, le Chat Botté, le conte Dracula, une princesse qui s’ennuie et une Méli qui lit… Magie, rêve et réflexion.

Le Niçois Patrick Mottard propose au théâtre de l’Eau Vive sa fantaisie "La Facel Véga et le Ruhl". DR

Une création du TNN

Pour se repérer dans cette offre pléthorique, voici quelques repères esquissés d’un point de vue subjectif. Un seul en scène de Romane Bohringer sur un texte d’Annie Ernaux "L’Occupation". Une conversation intime avec Ariane Ascaride organisée par Muriel Mayette-Holtz, directrice du TNN. Les "Quatre Barbues" au théâtre Francis Gag. Parmi les auteurs, signalons cette pièce de Pinter, un spectacle lors duquel Victor Hugo sera interviewé.
Joël Pommerat dans une création libre des élèves du département d’Art dramatique du Conservatoire de Nice. Shakespeare dans une adaptation atypique et drôle du "Songe d’une nuit d’été". Une création du TNN "Bande-annonce Goldoni" d’après une œuvre où entrent les thèmes de la jalousie, de la lutte des classes et des sexes, sur l’histoire d’un héritage mal ficelé.
Du côté de chez Marcel
Enfin une joyeuse fantaisie proustienne orchestrée par le Trio Devernantes et le Nice Guitar Duet. Dans "Marcel Proust et la belle époque", Laurent Blanquart et Claude di Benedetto réinterprètent les airs qui réjouissaient l’écrivain, mélange de mondanité et d’esprit canaille apparaissant dans "L’Éloge de la mauvaise musique", "Rire de M. de Charlus", "Cris de Paris" ou "Le Café-concert".
Surtout, n’oubliez pas vos masques, et bonnes soirées !

Voir programme en ligne sur LE SITE

Visuel de Une (détail) Romane Bohringer, le 18 octobre au Broc. DR

Artiste(s)