| Retour

THEATRE EN APPARTEMENT : Comme si tout avait un sens - LA GAUDE - centre culturel La Coupole le vendredi 11 février 2011à 21h15.

Un appartement, un lieu non identifié, rempli de post-it, de courbes, de statistiques, des
bouts de phrases au mur, bref des restes incompréhensibles de la mémoire du monde…

Bienvenue dans notre Lab Oratoire Abri, donc dans notre Laborabri, de Ludologie
appliquée (nouvelle science pour retrouver la mémoire du monde)… Ici, on y fait des
expériences sur l’homme, on y tire des conclusions, on y met dans des cases ; ça rassure !
Trois « savants- philosophes- psychanalystes- comédiens », donc des « Saphysidiens »
Ludologues ( !) accueillent les « cobayes- spectateurs », les cobayateurs, en leur
annonçant que suite à la « catastrophe » (?), la mémoire du monde a disparue… Ou
presque. Il va donc falloir tous ensemble : expérimenter, tirer des conclusions, établir un
nouvel ordre du monde, avec, pourquoi pas, une nouvelle philosophie, une nouvelle
langue et autres possibles…Les Ludologues examinent, notent, retirent des points sans
que cela n’ait (apparemment) aucun sens ! !!!...

- Personnages : Casimir, Nicolas et Pimprenelle : 3 savants ludologues.
- Le public (jauge maximum de 50 personnes) entre dans un lieu indéfini qui ressemble à un
laboratoire. Des post-it au mur, des bribes de journaux, un tas d’objets insolites posés ici ou
là. Le groupe de spectateurs est tout d’abord scindé en
trois, puis chaque groupe est pris en charge par un
ludologue.
Désormais, les expériences peuvent commencer.
Avec pour toile de fond la manipulation et le libre-arbitre,
les Ludologues et les Cobayateurs vont enchaîner les
expériences absurdes et les démonstrations improbables.
Comme par exemple faire passer le permis de lever la
jambe droite, donner des cours de langue de bois,
distribuer des bons et des mauvais points de la manière la
plus injuste qui soit, ou bien encore faire brûler un mimi
dessin d’enfant sous prétexte que c’est l’heure du
Schmurtz !! …
Le public est invité à participer mais surtout à regarder ; nous sommes au théâtre que
diable !!
Partant du principe que « cela s’est déjà vu donc ça existe », ou bien que « ça existe puisque
ça c’est déjà vu », les Ludologues vont interpréter un nouvel ordre du monde, une nouvelle
mémoire et montrer aussi « ce qu’ils ont appris ».

Tout avait un sens comme si

Recevoir du papier d’aluminium parce qu’on a les yeux bleus ou accepter de casser une
assiette pour la recoller dans la minute et, très vite, tout le monde se demande quel est le
sens de cette mascarade…
Quel est le sens de notre société ? Pourquoi rentrons-nous si facilement dans les cases ?
Alors que nous ne savons rien (ou pas grand-chose), pourquoi agissons-nous comme si
tout avait un sens ?
La forme est loufoque. Le contenu l’est moins.
Sans donner de leçon et se positionner en juges, les Ludologues dénoncent, par le biais
de l’absurde et du non-sens, certains travers de nos attitudes. Que ne ferait-on pas sous
la pression d’un groupe

Pourquoi avons-nous élu parfois la passivité comme art de vivre ? Et pourquoi parce
que trois hurluberlus décident qu’à « l’heure du cheval » tout le monde doit faire « hihan
 », pourquoi le faisons-nous ? …
Pourquoi enfin sommes-nous là : « Venir pour repartir » c’est une belle saloperie, non ?
Et est-ce qu’on nous demande notre avis ? Alors puisque tout ça n’aurait pas de sens :
profitons. C’est ce que nous nous sommes dit. « Pour cette dernière heure », rions,
inventons-nous un nouveau monde, montrons nos plus belles dents, jouons pour de
faux…

La Ludologie, nouvelle philosophie et base de savoir !
Pour partir, nous avons trouvé notre solution : inventer.

Avait un sens comme si tout

Un espace de jeu différent

Divers essais sont proposés actuellement dans la production théâtrale pour « casser » le
rapport classique « scène- salle ». Ils sont motivés par une recherche ludique, esthétique
nouvelle et déconcertante, rejoignant ainsi les propositions notamment du nouveau cirque,
des arts de la rue, de la danse contemporaine, de l’art vivant en général.
Cette recherche permet à nos yeux une plus grande activité du spectateur, évitant ainsi la
simple consommation passive de ce dernier et d’explorer des formes de récit différentes.
Wouahh c’est vachement sérieux comme tu causes !!!
Nous pensons que le théâtre à tout à gagner dans cette exploration des possibles, cette
recherche de nouveaux espaces de jeu, créant ainsi une intimité avec le public, une proximité
anormale et ludique, des spectacles originaux qui constituent des moments privilégiés pour le
spectateur.
Ici, l’occasion nous est donnée de
jouer dans un appartement vide, là
dans une salle de réunion
d’entreprise, là dans le C.D.I d’un
collège, lieux qui deviennent notre
contrainte de jeu et d’espace.
Une création donc, se mettant en
place et s’écrivant pour un lieu
interactif et ludique, s’astreignant
et se jouant des codes théâtraux
classiques pour un public réduit et
proche, pour un moment à part et
festif.

- poil au tif !
- ça va pas bien non ?!
- ben quoi c’est rigolo
- y’a des jours j’te jure
- Gna gna gna

Un sens comme si tout avait

6 Pierre Blain :
Comédien professionnel depuis 1996, il a été formé au conservatoire de région de
Bordeaux puis à l’école nationale supérieure de Saint -Etienne. Il a joué essentiellement
dans la région stéphanoise et la région lyonnaise, dans les centres dramatiques nationaux
et les compagnies indépendantes de la Région Rhône-Alpes. Il a également travaillé au
CDN de Besançon, Saint-Etienne, Lyon et Nice.
Il alterne les rôles dans les pièces classiques (Molière, Shakespeare, Hugo…) ainsi que
dans des pièces contemporaines (Azama, Yendt…) Il a participé à des expériences de
recherches théâtrales, notamment avec les metteurs en scène Robert Cantarella ou Roland
Fichet.
Il est formateur auprès du CDN de Nice et dans différents établissements scolaires de la
région PACA.
Il est également le directeur artistique et le metteur en scène de la compagnie théâtrale La
Berlue.
Pierre Blain vit depuis 2004 à Cannes.

- Jonathan Gensburger
Il a suivi huit années de cours de café-théâtre au sein du théâtre de la Marguerite. Il a
participé à de nombreux stages sur la formation d’acteur et a également validé une année
de conservatoire d’art dramatique de Nice.
Comédien professionnel depuis 2002, il joue parallèlement dans les spectacles de la
compagnie Les Xomils, spectacle d’humour musical créé en 2000 et joué plus de 200 fois
en France. Il est l’un des deux créateurs du festival « les nuits carrées », à Antibes.
Depuis 2 ans, il joue régulièrement dans les productions du théâtre de Nice (« une nuit
arabe », « dissonances Mozart » …)

- Fabrice Talon
Comédien professionnel depuis 1989 dès sa sortie de l’école dramatique de la Comédie
de Saint-Étienne.
Il a joué entre autres, au théâtre, Molière, Shakespeare, Feydeau, Labiche, Edgar Poe… Il
tourne beaucoup pour la télévision (« Louis la Brocante », « Docteur Sylvestre »,
« L’instit », etc.) et le cinéma (« un crime au paradis », « un fil à la patte »,
« mademoiselle », etc.)
Il est l’auteur de « Camino » spectacle solo créé au théâtre de Valbonne qu’il joue depuis
avril 2005.
Fabrice Talon vit actuellement à Paris.

La Coupole le vendredi 11 février 2011à 21h15.

Entrée 12€

Renseignements et réservations au 04 93 24 49 81

Création collective de et avec : Pierre Blain
Jonathan Gensburger
Fabrice Talon
Une production : Compagnie La Berlue / Ville de Valbonne- Sophia-Antipolis.

Contacts et renseignements
Centre Complètement dramatique – La Berlue
5 rue de Suffren
06400 Cannes
Siret : 421 234 170 00049
N° de licence de spectacle : 2 – 143697
N° de téléphone : 04 93 38 60 41
06 86 78 16 31
Mail : blain.pierre@neuf.fr

Artiste(s)