| Retour

Fin de cet événement Novembre 2014 - Date du 6 novembre 2014 au 6 novembre 2014

Café 3D !

Dans quelques jours, un nouveau type de café ouvrira ses portes rue Biscarra à Nice. Un café 3D !! Encore peu connus en France, les cafés 3D font pourtant fureur à l’étranger, que ce soit en Angleterre, au Japon ou encore en Espagne.Tous ont un objectif commun : faire découvrir l’impression 3D et la rendre accessible à tout le monde.

Nicolas Secretan et sa femme Melissa, deux niçois ont décidé de relever ce défi et de s’imposer sur le marché français. La rédaction d’Art Côté d’Azur a eu le plaisir de les rencontrer et de partager leurs impressions sur cette nouvelle révolution.

Art Côte d’Azur - D’où vous est venu ce projet du café 3D Le Comptoir de l’imaginaire ?

Nicolas Secretan - C’est une idée que j’ai depuis très longtemps maintenant, car l’impression en trois dimensions existe depuis 20 ans. J’ai construit toute ma carrière en me disant qu’un jour tous les foyers seront équipés d’une imprimante 3D. J’ai donc souhaité apprendre la 3D. J’ai acheté ma première machine professionnelle il y a 3 ans. Maintenant la technologie s’est développée parce que les brevets sont tombés dans le secteur public, les machines à dépôt de fibres se sont considérablement développés et les objets que l’on fabrique sont propres. Alors je me suis dit « c’est bon, la technologie est enfin prête pour développer quelque chose autour de ça  ». Du coup, lorsque j’ai rencontré ma femme, Melissa, nous avons eu envie de nous lancer dans ce projet ensemble !

Pourquoi alors avoir voulu conjuguer l’idée d’un café avec la technologie ?

Ma belle-mère étant Chef cuisinier, je me suis dit pourquoi ne pas proposer un peu de cuisine, car les impressions demandent un peu de temps : sachant qu’il faut compter environ 1h -1h30 par exemple pour l’impression d’une pièce de taille moyenne.
Le plus de ce café se trouvera ainsi dans l’assiette des clients ! Avec des produits uniquement de saison et locaux, c’est une cuisine naturelle qui sera au menu chaque jour. Rien ne sera surgelé. Alors si un jour les aubergines ne sont pas bonnes chez notre producteur, ou si les tomates ne sont pas de saison, ne vous attendez pas à en trouver dans votre assiette ! (Rires)
Il y aura un plat du jour différent chaque midi. Nous avons décidé de ne pas faire de carte prédéfinie. Il y aura en plus des tapas sucrés et salés en moyenne à 6€.

Du coup, allez-vous imprimer vos assiettes et ustensiles en 3D ?

Non pas vraiment (Rires !. C’est vrai qu’on pourrait le faire, mais on se retrouverait avec de la vaisselle en plastique… Cependant, nos limonadiers (ouvre-bouteille), dessous de verres, et même le panneau des toilettes seront fabriqués par nos soins !

Quels vont être les tarifs pour l’impression ?

Cela va fonctionner comme un cybercafé avec un forfait à l’heure. Pour vous donner un ordre d’idée, une coque Iphone coûtera entre 5 et 25 € selon la personnalisation et la qualité d’impression. Notre idée n’est pas de faire flamber les prix parce que nous sommes les premiers mais d’avoir des prix cohérents. Les clients ne seront pas obligés de rester et de consommer au café, ils pourront vaquer à leurs occupations et revenir une fois la pièce terminée. Même chose pour les touristes qui ne peuvent pas rester, nous pourrons leur envoyer la pièce par courrier, car ce ne sont pas des objets fragiles.

Quel(s) regard(s) souhaitez-vous que les clients portent sur votre café ?

C’est une bonne question ! (Rires) Il est vrai qu’on aurait pu faire une décoration blanche avec des leds bleus pour avoir un aspect très High Tech et moderne mais justement nous avons voulu faire totalement le contraire et instaurer une ambiance plutôt grand-mère. Nous avons pris des publicités Singer qu’on a détournées par exemple en remplaçant la machine à coudre par une imprimante 3D. Nous avons deux architectes qui chinent un peu partout dans la région les meubles, chaises, accessoires au look vintage. Quand le client rentrera dans le café, il doit se sentir chez lui ou chez sa grand-mère. Nous voulons donner l’impression que l’imprimante 3D existe depuis cent ans, et presque que nos grands-parents l’utilisaient ! Ce n’est pas réservé à une infime proportion de professionnels ou de "geeks". C’est vraiment cela que nous souhaitons mettre en avant.

Cela ne vous fait pas peur que l’on puisse tout fabriquer avec une imprimante 3D ?

Au contraire, je trouve ça génial. Nous revenons à des valeurs symboliques avec du fait maison et de l’originalité. Aujourd’hui, il faut avouer que plus personne n’est original, lorsque vous allez chez votre voisin ou chez des amis, vous êtes sûr de retrouver une dizaine d’objets similaires. Ça, ça me fait peur par contre ! On ne peut qu’être admiratif de cette avancée technologique. Imaginez avant, même si vous aviez l’idée d’une pièce hyper intelligente, révolutionnaire, mais pas les moyens pour faire le prototype, cet objet restait enfoui sans jamais voir le jour, maintenant c’est différent.

A noter que chaque mois des artistes exposeront leurs œuvres dans le café. Une soirée d’inauguration aura lieu le jeudi 6 novembre à 18h30. Confirmez votre par mail lcdli.nice@gmail.com ou en vous inscrivant à l’événement Facebook

Ulti-evening : January 2013. from Ultimaker on Vimeo.

Le projet a fait appel au financement participatif KissKissBankbank, pour comprendre toute la réalisation de ce projet de Café 3D, n’hésitez pas à cliquer ici !

Photo de Une : Nicolas Secretan, fondateur du Café 3D à Nice prêt à accueillir ses premiers clients après plusieurs mois de travaux. Crédit photo : Paola Di Luca

Toutes photos : Paola Di Luca

Artiste(s)