| Retour

Les romans en lice pour le 25e prix Nice Baie des Anges

Ce lundi 2 mars 2020, huit romans ont été sélectionnés par les membres du jury du prix Nice Baie des Anges réunit dans l’écrin muséal de la Villa Masséna pour un incontournable rendez-vous annuel, celui du prix littéraire de la Ville de Nice dédié au roman. Parrainé et doté par la Ville de Nice, ce prix récompense un roman paru dans les douze mois précédant son Festival du Livre. Le lauréat sera désigné à la mi-mai 2020.

La sélection

- Nos rendez-vous, Eliette ABECASSIS (Grasset)
Le mot du jury
Nos rendez-vous, par Eliette ABECASSIS (Grasset) : « Je suis tombé par hasard sur ce roman et je n’ai pas pu le lâcher. Léger en apparence, il est en fait très profond. Pourquoi est-on passé, un jour à côté du grand amour ? Un retard peut suffire, parfois, pour qu’il meurt avant même de commencer. Eliette Abécassis nous raconte des rendez-vous manqués (ou réussis) sur une trentaine d’années. Il est difficile de ne pas se retrouver dans ce livre émouvant et puissant. » Franz-Olivier GIESBERT, Président du Jury.

- Tu seras un homme, mon fils, Pierre ASSOULINE (Gallimard)
Le mot du jury Tu seras un homme, mon fils, par Pierre ASSOULINE (Gallimard) : «  On croyait tout savoir sur le grand Kipling qui a été le mentor de notre enfance et sur son inoubliable poème SI qui nous a habité et servi de route morale. Biographe et romancier, Pierre Assouline rebat les cartes et nous dévoile que le meilleur peut reposer sur le pire avec la rigueur du biographe et la finesse du romancier. » Paule CONSTANT, de l’académie Goncourt.

- Les oiseaux rares, Hugo PAVIOT (Seuil)
Le mot du jury Les oiseaux rares, Hugo PAVIOT (Seuil) : « Ce roman est la chronique des invisibles. D’un côté, des migrants hantés par un passé d’oppression et de violence. De l’autre, leur double inversé : des Français eux-mêmes anonymes qui tentent de leur offrir un avenir sur le sol français. Les voici face à face dans le microcosme d’une école. Un beau roman choral écrit d’une plume alerte et sobre. Mille fois mieux qu’une savante étude sociologique, il met à nu les enjeux et les impuissances du monde où nous vivons. Mais aussi l’attrait irrépressible de la liberté et un rêve qui finit par s’incarner : maintenir soudée, quoi qu’il arrive, la tribu des humains.  » Irène FRAIN.

- Big Bang, Irène JACOB (Albin Michel)
Le mot du jury Big Bang, Irène JACOB (Albin MICHEL) : « Ce livre, touchant, nous parle de l’invisible, du mystère de la vie et de la mort. Irène Jacob, merveilleuse comédienne, nous livre ici son premier roman et évoque une époque de sa vie où elle vient de perdre son père tant aimé, Maurice Jacob, grand chercheur en physique quantique, celui qui lui racontait des histoires d’univers infiniment grand et de particules infiniment petites. C’est la période aussi où elle s’apprête à accueillir une nouvelle vie, elle est enceinte. Ces deux évènements apportent autant de bouleversements que d’émotions contradictoires, et c’est avec beaucoup de sensibilité et de poésie, en mêlant souvenirs et rêves, qu’elle nous ouvre les portes de son univers à elle, bienveillant et généreux. » Aurélie de GUBERNATIS.

Tu seras un homme, mon fils, le roman sélectionné de l’auteur Pierre ASSOULINE (DR)


- Le réveil des sorcières, Stéphanie JANICOT (Albin Michel)
Le mot du jury Le réveil des sorcières, Stéphanie JANICOT (Albin Michel) : « Ai-je provoqué la mort de ma meilleure amie en la tuant dans un roman ? ». C’est l’angoissante question que se pose la narratrice du Réveil des sorcières, lorsque Diane, guérisseuse bretonne, décède brutalement au volant de sa voiture. Le sentiment de culpabilité qu’elle développe l’amène à se rapprocher de Soann, la fille de la disparue, une adolescente d’aujourd’hui dépassée par les pouvoirs psychiques dont elle semble avoir hérité. Un roman sensible et puissant où l’imaginaire et la médiumnité se conjuguent pour le meilleur et pour le pire. » Didier van CAUWELAERT.

- L’histoire de Sam ou l’avenir d’une émotion, Jean-Marc PARISIS (Flammarion)
Le mot du jury L’histoire de Sam ou l’avenir d’une émotion, Jean-Marc PARISIS (Flammarion) : « L’histoire de Sam est un conte moderne et un roman classique qui nous plonge dans les méandres lumineux et les affres tourmentés des amours adolescentes. Le roman nous offre des parfums de l’enfance, l’arrière-goût amer des premiers émois amoureux, l’apprentissage de l’échec, de la solitude, de l’éloignement et de l’absence. Roman d’apprentissage d’un étonnant voyage où se forgent une éducation sentimentale et l’amour des livres, où se confondent quête de l’amour perdu et du temps passé. Jean-Marc Parisis a écrit un livre simple comme l’on dit d’un cœur qu’il est simple, à la forme et au format d’une nouvelle et à la virtuosité subtile d’un grand roman.  » Laurent SEKSIK.

- Papa, Régis JAUFFRET (Seuil)
Le mot du jury Papa, Régis JAUFFRET (Seuil) : « Papa, c’est l’histoire (autobiographique ?) d’un fils à la recherche d’un père absent, brutalement apparu menotté entre deux gestapistes dans un documentaire sur la police de Vichy ». Un père insaisissable : « Ce n’était pas un papa, c’était de la dentelle de papa avec des fils, avec de l’absence tout autour. » Jean-Luc GAGLIOLO

- La soustraction des possibles, Joseph INCARDONA (Finitude)
Le mot du jury La soustraction des possibles, Joseph INCARDONA (Finitude) : «  Nous sommes en suisse, fin des années 80. Le pays est l’eldorado des mallettes de billets et de la finance carnassière. Aldo, prof de tennis et gigolo rencontre Svetlana, une jeune financière. Ensemble, ils vont monter le coup qui va leur permettre de se mettre à l’abri et de prendre leur revanche. Avec La soustraction des possibles, Joseph Incardona mêle à merveille le roman noir, le thriller haletant et le roman d’amour… Pour en faire une charge en bonne et due forme contre l’argent roi. » Nicolas GALUP.

Rendez-vous

Mi-mai : proclamation du lauréat à l’issue des délibérations qui se tiendront à la Villa Masséna à Nice.

Vendredi 29 mai : le prix du livre Nice Baie des Anges sera décerné par le maire de Nice en ouverture de la 25e édition du Festival du Livre de Nice (29 au 31 mai).

Composition du jury 2020

Franz-Olivier Giesbert, Président du jury
Paule Constant, de l’académie Goncourt
Irène Frain
Aurélie de Gubernatis
Didier van Cauwelaert
Laurent Seksik

Jean-Luc Gagliolo (Conseiller municipal délégué à la littérature)
Nicolas Galup
Un jury populaire de dix lecteurs, amoureux des livres et des mots, est également associé aux délibérations.

Le saviez-vous ? Depuis sa création en 1996, ce prix littéraire a couronné les romanciers :

1996 – Patrick RENAUDOT CX (Editions du Rocher). 1997 – Raoul MILLE Le paradis des tempêtes (Albin Michel). 
1998 – Franz-Olivier GIESBERT Le sieur Dieu (Grasset). 1999 – Gérard de CORTANZE Les vice-rois (Actes Sud). 2000 – Claude IMBERT Le tombeau d’Aurélien (Grasset). 
2001 – Jean-Noël PANCRAZI Renée Camps (Gallimard). 2002 – Paula JACQUES Gilda Stambouli souffre et se plaint (Mercure de France). 2003 – Vénus KHOURY-GHATA Le moine, l’Ottoman et la femme du Grand Argentier (Actes Sud). 2004 – Richard MILLET Ma vie parmi les ombres (Gallimard). 2005 – Eric FOTTORINO Korsakov (Gallimard). 2006 – Jean-Paul ENTHOVEN La dernière femme (Grasset). 2007 – Didier van CAUWELAERT Le père adopté (Albin Michel). 2008 – Saphia AZZEDINE Confidences à Allah (Léo Scheer) et René FREGNI Tu tomberas avec la nuit (Gallimard). 2009 – Daniel CORDIER Alias Caracalla (Gallimard). 
2010 – Laurent SEKSIK Les derniers jours de Stefan Zweig (Flammarion). 2011 – Aurélie HUSTIN de GUBERNATIS Les gardiens du temps (Plon). 2012 – Romain SLOCOMBE Monsieur le Commandant (Nil). 2013 – Valérie TONG CUONG L’Atelier des miracles (JC Lattès). 2014 – Sylvain TESSON S’abandonner à vivre (Gallimard). 2015 – Jérôme GARCIN Le Voyant (Gallimard). 2016 – Akli TADJER La Reine du tango (JC Lattès). 2017 – Barbara ISRAËL Saint-Salopard (Flammarion). 2018 – Jean SICCARDI L’auberge du gué (Calmann-Levy) – 2019. Daniel PICOULY Quatre-vingt-dix secondes (Albin Michel).

Retrouvez toute l’info sur le site dédié

Photo de Une : Régis Jauffret a été sélectionné pour "Papa" DR Astrid di Crollalanza

Artiste(s)