| Retour

Fin de cet événement il y a 4 mois - Date du 29 avril 2017 au 20 mai 2017

Six jeunes créateurs invités par l’École municipale des Beaux Arts Céramique de Vallauris

Inscrite au cœur d’un village consacré à la céramique, dans un lieu de tout temps dédié à la céramique : l’espace Grandjean souffle et brûle d’une vie intense. Et porte au plus haut degré les productions de l’art du feu. Concours, échanges, résidence d’artistes, sont autant d’occasions pour inviter les créateurs les plus exigeants à s’épanouir, à rencontrer le public. La section des Jeunes Créateurs qui expose jusqu’au 20 mai, le concours 980° qui aura lieu en juin en sont deux manifestations.

Une vue de l’exposition avec en face Nude de Carole Simon et fond une série de Melissa Benachour (photo AC)

La section Jeunes Créateurs de l’École municipale des Beaux Arts Céramique de Vallauris signe son acte de naissance en 2006.

Il s’agit d’inviter les jeunes créateurs provenant d’autres sphères, de les accompagner dans leurs projets et de leur offrir l’éclairage qu’ils méritent. C’est en quelque sorte un tremplin vers la vie professionnelle. En même temps l’école s’offre le luxe d’ouvrir ses portes sur les talents les plus singuliers et les plus prometteurs de la jeune génération, invitant le public à les rencontrer.

Cette année six étudiants ont été invités à s’installer « à résidence » entreprenant un projet plastique lié à la céramique, accompagnés par les professeurs Karyn Baron, Alain Durenne, Edmond Guizol.
Ce sera pour eux une première étape à la gestion d’un atelier, avant d’effectuer le grand pas dans la vie professionnelle, même si la plupart affichent, de ce point de vue, malgré leur jeune âge, une formation souvent pluridisciplinaire. Plasticiens, céramistes, designer et stylistes, français, russe et chilien, armés d’un diplôme d’architecture, ou provenant d’école d’art comme la villa Arson ou l’école supérieure d’art de Toulon, de Genève, ou bachelière archi douée, comme Joséphine Hasselin s’approprient la terre comme matériau ductile qui s’adapte à l’intellect à la culture, et à l’imagination de chacun.

Ce qui donne lieu à une exposition pleine d’intérêt à l’espace Grandjean jusqu’au 20 mai.

Les méditations de Melissa Benachour sur la notion de série l’amène à composer un mur de céramiques en clair obscur, un jeu d’ombres gris, noir et blanc projeté par ses « Nymphéacées », une référence aux Nymphéas de Monet.

Un propos qui trouve son écho dans la musique sérielle que Mélissa compose sur son téléphone portable !

Mélissa Benachour et ses compositions céramiques en série - (photo AC)

Pour l’ingénieur design Yulia Garcia-Skrebneva, la céramique est une découverte, qui la ramène vers les sujets qu’elle affectionne : l’objet du quotidien détourné en objets hybrides, minimalistes et graphiques.

Yuia Garcia Skebneva détourne les objets du quotidien et leur donne une nouvelle vie (photo AC)

Avec ses 20 ans Joséphine Hasselin est la benjamine, les formes surréalistes joliment colorées qu’elle invente matérialisent ses rêves.

La benjamine Joséphine Hasselin travaille la terre et les couleurs libérant des oeuvres invitant au rêve (photo AC)

Également pour le chilien Vadim Strika, si le rêve devient matière, c’est à la manière de Christian Boltanski dont les scénographies représentent la principale source d’inspiration.

Vadim Strika a un maître à penser, Christian Boltanski marque de son empreinte ses créations (Photo AC)


Carole Simon est une enfant du pays, chaque pièce de Nude se présente « comme un écrin habité d’une âme », insaisissable beauté, tendre, intense, lumineuse et…instable.

Carole Simon, l’enfant du pays de Vallauris (Photo AC)


Parmi eux la présence émouvante de Catherine Doux. Les professeurs ont souhaité mettre en valeur le travail de cette architecte de formation, ses fragments de visage, son carnet de travail. La jeune céramiste récemment disparue méditait dans les derniers mois de sa vie sur la disparition du corps.

Catherine Doux, jeune créatrice disparue récemment, en laissant un travail émouvant sur la question de la disparition des corps. (photo AC)

Voilà les raisons pour lesquelles on entre dans ce lieu qui a tout d’une galerie d’art avec infiniment de respect et pourquoi on en ressort ébloui.

Le souci de scénographie qui préside à la présentation des œuvres en est une des raisons. Elle éclaire de bien singuliers talents qui n’ont de cesse de réinventer les formes et les usages du matériau terre. Ce sera une manière pour le public de jeter un coup d’œil sur les ateliers où s’activent céramistes en formation professionnelle et amateurs, de s’informer sur les projets en train de germer.

Comme le concours Vallauris 980° sur lequel ont planché une soixantaine de postulants de 17 à 26 ans, qui pourra faire l’objet d’une seconde visite en juin prochain.

Le lauréat Yohann Simonot présentera un modèle de repas séquencé autour d’une table, en réponse à une réflexion sur nos habitudes liées à l’alimentation. Un thème de réflexion de nature...alimentaire à travers leurs contenants qui donnent lieu à composer des sortes de paysages de table...
Annick Chevalier

École Municipale des Beaux-Arts Céramique, Espace Grandjean, boulevard des 2 Vallons.
Les Jeunes Créateurs du 29 avril au 20 mai.
Concours Vallauris 890°, les lauréats exposeront en juin 2017. Les dates d’expo sont encore à préciser.

Photo de Une : Au centre, en chemise orange, Carole Simon, est de Vallauris. Cette élève de la villa Arson est entourée des quatre autres Jeunes Créateurs et de leur professeur Karyn Baron.(AC)

Artiste(s)