| Retour

Fin de cet événement il y a 1 mois - Date du 20 septembre 2022 au 30 octobre 2022

Scène 55 ouvrira sa saison par une exposition d’Elian Bachini intitulée "Osmoses Minérales 2"

Dès le 26 septembre 2022, Scène 55 ouvre sa saison en dévoilant une nouvelle exposition consacrée à l’artiste italien Elian Bachini intitulée « Osmoses Minérales 2 ».

Dure vie. D’après Black Spring de Heddy Maalem ©DR

Depuis 1980 il photographie la danse, le théâtre et les événements culturels dans la région SUD Provence-Alpes-Côte d’Azur et ailleurs. Ses images partent à travers le monde avec les compagnies et font l’objet de plusieurs expositions.
Également curieux de nature, il explore de nouveaux champs avec le plaisir que peut prendre un photographe à découvrir des terrains nouveaux. Les éléments du monde minéral, de l’eau, de la nature dans son ensemble, prennent de plus en plus de place dans ses images. Et dans ses derniers travaux, corps et matière s’unissent.
C’est en 2018 que naissent les premières Osmoses minérales 2 en couleur.
Dans cette série, les danseurs, les comédiens, les amis en seront la part humaine. La roche, les vieux bois, les murs fissurés, les crépis des façades en seront la matière.
Ses créations photographiques sont une façon de garder la trace des hommes et des femmes qu’il a photographiés, ces personnes qu’il a aimées et qui ont rempli ses photographies de leur art.
Sans oublier la corrosion du temps qui passe.

Elian Bachini

Elian Bachini, né en Toscane (Italie), dessine, peint, fait des études de Lettres Italiennes à Aix-en-Provence, avant de se passionner pour la photographie.
Attaché en tant que photographe pendant plus de vingt ans à Châteauvallon, scène nationale de Toulon (Var 1980-2000), accrédité au festival de danse contemporaine Les Hivernales d’Avignon (de 1991 à aujourd’hui) et dans d’autres lieux de création et de culture, il photographie la danse, le théâtre et les événements culturels. Ses images partent à travers le monde avec les compagnies et font l’objet de plusieurs expositions (Mémoire de Danse, Archives subjectives, Donjon Soleil...).
En 1997, pour ses expositions, il sort du papier glacé traditionnel et crée son propre support : toile de jute ou de lin, artisanalement sensibilisée dans son labo.
Les tirages argentiques grand format sur toile, accompagnés d’un aspect non finito volontaire, rapprochent la photographie du dessin ou de la peinture par le relief obtenu. Ainsi naissent deux séries : Picturales de danse, et Silences écrits de danse (qui sera exposée au FEPN d’Arles en 2013).
En 2002, une commande de l’association Palimpseste l’oriente vers le monde minéral. En collaboration avec le calligraphe Bernard Vanmalle nait une exposition appelée Pierre(S) dont les tirages argentiques sont réalisés sur papier aquarelle sensibilisé, et d’autres sur pierre plate.
Ses recherches sur le corps et la roche lui ont inspiré Osmoses minérales, une série de créations photographiques numériques dans lesquelles la matie ?re minérale et l’humain s’unissent.
En 2015, il expose à Arles, dans le cadre du FEPN, la série Amours premières dans laquelle la photographie évoque aussi le dessin, la peinture ou la sculpture.

L’exposition se termine le 11 mars 2023.

Découvrir la saison de Scène 55 PAR ICI

Visuel de Une : (détail) D’après Pas de deux de D. Dupuis. ©DR

Artiste(s)