| Retour

Fin de cet événement il y a 1 semaine - Date du 1er avril 2019 au 14 avril 2019

Quatre sculpteurs niçois à la chapelle des Pénitents à Falicon

Très marquée par vingt-huit ans d’expositions dédiées aux Arts Singuliers - un genre dont un passionné du nom de Gérard Ellena aimait révéler chaque année tous les aspects - la salle de la chapelle des Pénitents blancs à Falicon change de cap.

Sont réunis jusqu’au 14 avril quatre sculpteurs niçois marquants, davantage sous la bannière de l’étrangeté que sous celle des Arts Singuliers dans le sens que Jean Dubuffet lui donnait.

Ces sculptures abstraites ou figuratives n’ont pas grand-chose à voir avec l’art des marginaux que Dubuffet mit sur le devant de la scène, mais on peut trouver qu’elles en suivent la trace.

Pati, René Galassi, Michèle Vincent et Béatrice Dedomenico ont été réunis dans un même lieu et dans un même esprit, celui de l’éclatement des codes picturaux.

Ils travaillent avec des matériaux ordinaires : fil de fer, pâte à papier et éléments trouvés dans la nature.

René Galassi (DR AC)

On ne tentera pas de définir ce qui n’est pas... définissable. René Galassi se dit hostile à toute pensée programmée et ne s’inscrit dans aucun mouvement. Pourtant ses œuvres sont en mouvement perpétuel, et il réussit à donner corps à ce mouvement par le biais de la pâte à papier monochrome qu’il malaxe pour composer des bas reliefs souvent recouverts de couleur primaires monochromes.

Michèle Vincent se présente à chaque œuvre là où on ne l’attend pas : elle se déroute elle-même au sens fort du terme. Chez elle, la pâte à papier prend un tour précieux, voire sensuel. Elle aime perturber nos regards et raconter une autre histoire. Se penchant sur la matérialité d’un objet, elle en détourne le sens.

Pati présente des sculptures animalières en céramique et des bronzes à la cire perdue. Cet engouement pour le règne animal renvoie sans doute à la position de tout un chacun dans l’environnement. Feuilles et graines entrent dans la composition de ce bestiaire fantastique et lui offrent une vie aussi puissante, qu’adorable et singulière.

Béatrice Dedomenico célèbre le dessin à travers la sculpture et l’inverse. Pour elle, il n’y a pas de frontière entre les deux. D’ailleurs elle clame sa détestation des frontières, en composant des paraboles en fil de fer galvanisé ou coloré de résines qui projettent sur les murs une deuxième œuvre faite d’ombres encore plus distordue que l’originale. Elle ouvre les fenêtres et rafraîchit nos consciences.

Une oeuvre en céramique de Pati (DR AC)
Des gants de boxe en dentelle de Michele Vincent (DR AC)

Annick Chevalier

Exposition de quatre sculpteurs niçois chapelle des Pénitents à Falicon.
Jusqu’au 14 avril. Visites de 14 à 18 heures.
Organisée par l’Association Municipale Touristique et Culturelle de Falicon

Photo de Une : Détail d’une oeuvre de l’artiste Dedomenico (DR AC)

Artiste(s)