| Retour

Fin de cet événement il y a 1 semaine - Date du 14 juin 2017 au 15 septembre 2017

Nice est aussi belle sous la pluie avec les photos de Jean-Jérôme Orsini

L’artiste Jean-Jérôme Orsini expose au Comptoir2Nicole à Nice quelques-uns de ses plus beaux clichés qui dévoilent une ville intime et tendre : cette expo « Riviera » est à découvrir jusqu’au 15 septembre.

Dans ses grandes photos imprimées sur alu dibond, ce n’est pas la cité flamboyante, ensoleillée, scintillante (celle des touristes) que nous présente Jean-Jérôme Orsini, mais une Nice secrète, intimiste, en noir et blanc, et sous des temps incertains.

La coulée verte à l’heure bleue (photo JJOrsini)

Avec l’eau omniprésente sous toutes ses formes : mer, pluie, nuages, jets d’eaux, flaques, il nous dévoile une Nice plutôt sombre, à l’envers et humide.

La Promenade et ses attributs comme les célèbres chaises bleues sont montrés sous des angles inattendus : des vieilles chaises renversées (au dessus d’une entrée de plage), d’autres bien alignées mais vues dans les reflets d’une flaque d’eau, une pergola en contreplongée sous un ciel menaçant, des fractions de statues, des bouts de maisons, de rues, toujours aperçus à partir d’originaux points de vue.

Nice en roue libre, un regard tendre sur la ville porté par l’artiste Jean-Jérôme Orsini - (Photo JJorsini)

Deux photos seulement sont en couleurs : le Négresco vu à travers les vitres mouillées d’une voiture, comme un regard d’enfant posé sur une réalité floue, et une vue, ou plutôt une « vision » très matinale (à 7h15) de la rencontre du ciel, de la mer et de la ville (juste sous le Château).

Le Negresc’eau - Photo Jean-Jérôme Orsoni

Le ciel est encore hésitant, quelques lumières résistent, la mer est d’huile et l’espace infini.

Dans les photos de Jean-Jérôme Orsini, il y a peu d’humains : un rêveur à la tête perdue entre mer et ciel, des marcheurs pressés, des étendues désertes. Une solitude émane de ses espaces vides et de ses personnages isolés.

Ses cadrages particuliers nés d’un œil nourri de cinéma nous plongent comme dans un film noir où la caméra s’attarde sur une image comme pour créer un suspens, une attente, un répit, juste avant le plan suivant.

La vue vers le port n’a jamais été aussi belle ! (Photo Jean-Jérôme Orsini)

Alain Amiel

Photo de Une : les chaises bleues de la Promenade au clair de lune, saisissant ! (photo détail Copyright JJOrsini)
À découvrir au Comptoir2Nicole, 20 rue Saint François de Paule.

Artiste(s)