| Retour

Fin de cet événement Janvier 2015 - Date du 15 octobre 2014 au 25 janvier 2015

Maroc contemporain

Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir l’exposition Maroc contemporain à l’Institut du Monde Arabe jusqu’au 25 Janvier 2015.

Sur le parvis, une immense frig (tente en poils de chèvres) sahraouie nous accueille, abritant un petit souk traditionnel, un restaurant et un espace réservé aux spectacles, lectures poétiques, conférences, etc.

Elle rappelle l’importance du désert dans l’histoire particulière du Maroc dont l’unité s’est forgée depuis les romains par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie » et « nourrie et enrichie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen ».

Najiha Mehadji, Mystic danse, 2011 © Alain Amiel

Jean-Hubert Martin, Commissaire de l’exposition, montre la vitalité de l’art contemporain marocain à travers ses différentes disciplines artistiques. De la redécouverte des pionniers aux talents émergents, l’exposition est riches de formes et de matériaux originaux.

Passage protégé 1, Nour Eddine Tilsaghani, 2014, © Nour Eddine Tilsaghani

Différents thèmes ponctuent l’exposition : Fantasmer, Déchiffrer des images ambiguës, Organiser, détruire et combiner, Traduire, Émigrer, etc., tous illustrés par des œuvres originales souvent non dénuées d’humour.

Tel ce moteur de Mercedes revisité par le savoir faire des artisans du cuivre ou ce travail de Belkahia sur des peaux d’agneaux mêlant, dans un vocabulaire de signes, l’héritage saharien, l’érotisme et l’abstraction.

Eric Van Hove V12 Laraki, 2013, installation © Alain Amiel

Un thème "autour du soufisme" a inspiré certains artistes comme Younès Rahmoun et ses fleurs-lampadaires brillantes ou Farid Belkahia et Najia Mehadji jouant avec des volutes et des spirales évoquant les derviches tourneurs, ou encore Yamou, qui, inspiré par l’art africain sub-saharien, qui allie l’artefact au végétal avec une subtilité remarquable.

Younès Rahmoun, Zahra Zoujaj, 2010, Installation © Alain Amiel

Le thème "Interroger les conventions" présente des artistes acteurs de la critique sociale : satire de l’information, peintures oniriques, portraits extravagants et travestis, traitant avec humour ou violence des errements des intégrismes islamiques et des difficultés des individus à faire entendre leur voix.

Aux espaces thématiques succèdent parfois des espaces consacrés à des personnalités d’artistes tels Laatiris qui puise dans le répertoire de l’imagerie populaire et des objets pour élaborer ses installations.

Installation pains de sucre © Alain Amiel


L’exposition est ponctuée de "salons marocains" aménagés avec le concours d’artisans et de designers marocains proposant aux visiteurs de s’y reposer ou de consulter des documents, de voir des vidéos, voire d’y rêver.

Vue de l’exposition © IMA

Photo de Une : Frig © Alain Amiel

Artiste(s)