| Retour

Musées nationaux du XXe siècle des Alpes Maritimes : Le dialogue se poursuit

Plus de 150 000 visiteurs en 2017 : les trois musées nationaux du XXe siècle des Alpes Maritimes – Chagall à Nice, Léger à Biot, et Picasso à Vallauris pour la chapelle “La Guerre et la Paix“ - affichent une belle santé. Leur succès de fréquentation est dû à la réputation de ces adresses, mais aussi à la manière agréable dont les conservatrices, chapeautées par Anne Dopffer, remplissent leur vocation pédagogique. Et les expositions de l’été se poursuivent encore dans le calme retrouvé de l’automne.


Au musée Chagall


Au musée Chagall, jusqu’au 15 octobre, se poursuit l’aventure d’un grand cycle peint sur 10 ans : il s’agit de la préparation de la décoration de la chapelle du calvaire à Vence - qui n’a pas été réalisée mais dont on on retrouve la trace au musée à travers d’exquises esquisses. Au même endroit, une nouvelle exposition du 3 novembre au 29 avril présentera d’étonnantes céramiques, pour la première fois exposées au public.
Les musées nationaux des AM ne s’endorment pas sur leur chefs-d’œuvre. Qui, souvent, s’en vont au bout du monde pour y être exposés, comme ces céramiques de Chagall, tout juste de retour du Japon.
Selon une définition de György G. Rath, un intellectuel est « une personne curieuse ».

Danse chez Chagall/ carte blanche à Mimoza Koïke.

Le directeur artistique de l’Opéra de Nice est l’un des premiers à adhérer à cette politique très ouverte : « Musiques d’aujourd’hui à demain » offre une série de concerts servis par des musiciens de l’opéra qui viennent jouer dans l’auditorium du musée Chagall. A leur programme des œuvres de compositeurs contemporains de notre région mêlées à celles de Philippe Glass, de György Ligeti et d’autres... Le partenariat avec les Ballets de Monte Carlo s’y poursuit également avec succès, ainsi que les conférences gratuites.
Les plasticiens du XXIème siècle sont invités à dialoguer avec ceux du XXème, avec cette année le photographe et vidéaste Clément Cogitore qui montrera des installations, photos et films de mai à octobre 2019.

A Vallauris


Jusqu’au 22 octobre, on peut retrouver « Picasso et les années Vallauris » qui se déploie dans le village des potiers.

Au Musée Fernand Léger


Pendant ce temps, on décroche chez Fernand Léger à Biot pour laisser une large place au photographe Stéphane Couturier. Il poursuit le dialogue inédit avec le maître sur la thématique de la ville en mouvement. Alors que s’achève le deuxième volet de Fernand Léger et ses ami.e.s, on peut déjà en annoncer un nouveau (et dernier) du 1er juin au 23 septembre prochains. Le public trouve à chaque saison de nouvelles raisons pour franchir les portes de ces lieux sur les pas de musiciens, danseurs et de circassiens vêtus aux couleurs de Fernand Léger, en jaune, bleu et rouge (photo de Une).
Annick Chevalier

Toutes photos de l’article DR Musées Nationaux

Artiste(s)