| Retour

Fin de cet événement il y a 1 mois - Date du 14 juillet 2017 au 10 septembre 2017

La Cité Interdite : petites et grandes merveilles au Grimaldi Forum

Cette année encore, le Grimaldi Forum déploie d’importants moyens pour son exposition d’été. Longtemps après l’avoir visitée, on restera sous l’emprise du charme de cette Cité Interdite dans laquelle il sera permis d’entrer à Monaco jusqu’au 10 septembre.

Le parcours s’organise autour de quatre séquences scénographiées de manière grandiose : « Les Mandchous », « Ciel terre, homme » « la Cité Interdite Palais », et « le Jardin ».

On reste surpris par la démesure de ce projet voulu par le grand sinologue Jean-Paul Desroches. Les relations privilégiées qu’il entretient avec la conservation de la Cité Interdite et la confiance dont il jouit ont permis le prêt d’œuvres infiniment précieuses que l’on ne reverra pas de si tôt si l’on ne se donne pas la peine de se rendre un jour à Pékin ou dans les différents musées français, belges, suisses, britanniques ou américains d’où beaucoup de ces œuvres proviennent.

Au Grimaldi Forum, on entre dans les 3 200 mètres carrés de l’espace Ravel comme on pénétrerait dans la cité impériale, même si l’illusion n’est évidement pas totale.

Papillons de soie ornant une robe (dynastie Qing, 1875/1908)

La lumière tamisée, les couleurs, les installations impressionnantes comme cette immense maquette du « Pavillon des Prières pour les bonnes récoltes », la dimension la qualité des œuvres subjuguent. Leur nombre n’est pas excessif, mais suffisant pour apprécier toute cette beauté.
Ce voyage au coeur du coeur de la Chine ne signifie pas entrer dans une familiarité débridée avec le fils du ciel.

On assiste à une visite de la Cité Interdite dans toute son invraisemblable fraîcheur virtuelle, jusqu’à l’immense gravure sur bois, chef d’œuvre du XXe que son auteur Zang Daqian n’a jamais pu achever et qui ponctue magistralement ce voyage dans le temps et l’espace…

Portraits, écran en bois de santal rehaussés d’or et d’argent, ou paravents laqués, robe de cérémonie, trésor de jade, céramiques, scène de chasse, peintures retraçant une vision idyllique et colorée de la vie de cour.

L’exposition procure d’inédits plaisirs esthétiques, stimule la curiosité dans l’approche des minuscules et grandes merveilles, fait plonger dans les extrêmes raffinements de cette cité longtemps interdite qui a dissimulé sous les ors et la soie brochée les cruautés et autres intrigues de cour… Et le fait que des milliers d’esclaves sont morts lors de ses constructions successives…
De la rusticité des objets issus du monde nomade d’où provient la dynastie mandchoue, des uniformes de Huit Bannières qui résument la suprématie militaire de l’empire, et des instruments astronomiques : la grande sensualité et le raffinement des objets privés, les somptueux vêtements d’apparat soulèvent l’admiration.

La dernière dynastie des empereurs Qing est au centre de ce projet.
On voit bien les relations que ces empereurs entretenaient avec les savants jésuites, et l’infini respect dont les astronomes bénéficiaient auprès d’eux. L’image des empereurs se dégèlera complètement à l’issue de l’exposition au dernier moment lorsque le destin émouvant du dernier empereur de Chine nous est brièvement raconté.
Annick Chevalier

Armures d’apparat des troupes des Huit Bannières.
Parure de coiffe ornée du caractère Shou symoblisant la longévité.
Plats imitant la forme du chrysanthème.

Infos pratiques :
Grimaldi Forum 10 av Princesse Grace.
98000 Monaco
tel : 377 99 99 20 00
Cité Interdite jusqu’au 10 septembre
Tarifs : 10 et 8 euros.
Ouvert tous les jours 10h à 20 heures
(Ne pas oublier d’apporter une « petite laine » il y fait froid !)

Artiste(s)