| Retour

Fin de cet événement Juin 2014 - Date du 23 avril 2014 au 14 juin 2014

IMG/jpg/7bs.jpg IMG/jpg/5bs.jpg IMG/jpg/3bs.jpg IMG/jpg/2bs.jpg IMG/jpg/1bs.jpg

La Ballade du Soldat

De Georges Ribemont-Dessaignes illustrée par Max Ernst
Galerie Alphonse Chave - jusqu’au 14 juin

Pendant la première guerre mondiale, Max Ernst est mobilisé sur le front allemand pendant que Georges Ribemont-Dessaignes, Duchamp et Max Jacob combattent sur le front français : « En février 1916, le peintre surréaliste Max Ernst et moi, nous étions sur le front, à un km l’un de l’autre. L’artilleur allemand Max Ernst bombardait les tranchées où, fantassin français, je montais la garde. Trois ans après, nous étions les meilleurs amis du monde et nous luttons ensemble depuis avec acharnement, pour la même cause, celle de l’émancipation totale de l’homme. » (Paul Eluard)

En effet, trois ans plus tard, en 1917, le mouvement Dada naissait et réunissait nombre d’artistes allemands et français dont Georges Ribemont-Dessaignes, Marcel Duchamp et Francis Picabia en étaient les précurseurs à Paris.
Georges Ribemont-Dessaignes et Max Ernst se rencontrent au "Sans Pareil" où eut lieu la première exposition de Max Ernst en France. Ils devinrent amis, mais leurs routes divergèrent. Ils se retrouveront bien plus tard, en 1965 à l’occasion de l’exposition-hommage à Georges Ribemont-Dessaignes pour ses 80 ans organisée par la galerie Alphonse Chave à Vence (Georges Ribemont-Dessaignes vivait à Saint Jeannet et Max Ernst à Seillans).

Le texte "La Ballade du soldat" que Georges Ribemont-Dessaignes montra à Max Ernst l’enthousiasma et il décida de l’illustrer. La beauté corrosive et la virulence caustique de ce long poème l’inspira et il réalisa trente-quatre lithographies originales. Elles seront imprimées par Pierre Chave.

Soldat Bonheur
Soldat Malheur
Au pas, pauvre vieux
Une deux, une deux, une deux.
Vos pieds jusqu’aux rotules
Matricules
Une deux, une deux
Soldat Rousseau
Soldat Puceau
Usés, nom de Dieu !
Une deux, une deux, une deux.
Demain on sera mort
Mort de mort
Une deux, une deux
Soldat usé
Soldat Crevé
Sans pieds, nom de Dieu
Une deux, une deux, une deux.

Fils d’Alphonse Chave, Pierre a découvert en 1958 l’attrait de la lithographie grâce à Dubuffet. En 1963, il crée son propre atelier où il travaillera pour Fred Deux, Georges Bru, Kim En Joong, et bien sûr Max Ernst avec lequel il collabora jusqu’à sa disparition (plus de deux cents lithographies ont été réalisées)
L’exposition montre les trente-quatre planches sur papier Japon réalisées par Max Ernst ainsi que des épreuves d’essai, annotées durant la réalisation de ce travail qui dura près de sept ans.
En parallèle, sont également présentées des œuvres originales de Max Ernst
et des dessins de Georges Ribemont-Dessaignes, d’avant et après Dada.

Artiste(s)

Max ERNST

Né le 2 avril 1891, et, mort le 1er avril 1976 à Paris. À l’âge de dix-neuf ans, il étudie la philosophie à l’Université de Bonn, mais se rend rapidement compte que cela ne lui plaît pas, et décide de se consacrer à la peinture. Il fera la connaissance de Guillaume Apollinaire, et Robert Delaunay et (...)

pub