| Retour

Fin de cet événement dans 1 semaine - Date du 23 novembre 2017 au 23 décembre 2017

Gérard Eppelé à la Galerie Laure Matarasso

La nouvelle galerie lumineuse de Laure Matarasso (près du MAMAC) accueille depuis le 23 novembre l’exposition des œuvres de Gérard Eppelé.

Né à Cherbourg, Gérard Eppelé a longtemps habité notre région avant de s’installer à Arles.
La Quiétude, gouache et encre de chine, sépia 2016 © Gerard Eppelé

Après des études à l’Ecole des Beaux-Arts de Toulouse, puis à l’Ecole Nationale de Tapisseries d’Aubusson, il travaille pour le cinéma (en tant que peintre décorateur) avec Renoir, Autan-Lara ou Bunuel.

Contraint de s’arrêter pour raisons de santé, il réalise en sanatorium de très nombreux dessins et des portraits de ses compagnons de séjour.

Quand il reprend ses activités, sa rencontre avec Dubuffet va être déterminante. Devenu son assistant, son travail se diversifie, il trouve son style et fait sa première exposition à la galerie Chave de Vence.
S’intéressant au monde de l’estampe et de l’édition, il réalise avec ses amis poètes et écrivains (André Verdet, Tita Reut, etc.), de nombreux livres qu’il illustre de ses dessins et peintures.

Dessinateur né, il laisse aller sa main à des circonvolutions qui font naître des formes, des scènes étranges peuplées de personnages poétiques aux visages lunaires issus d’un ailleurs nébuleux.

L’Homme aux bijoux, 1995, bois découpé © Gerard Eppelé

Égarés et inquiets, ils se précisent progressivement sous nos yeux, et semblent nous observer de l’intérieur de la feuille de papier.
Dans ses portraits (autoportraits ?) comme celui de... (un ?), il n’y a pas de traits ni de lignes, juste des vibrations colorées qui dessinent un homme statique aux doigts croisés qui nous regarde posément, comme s’il attendait notre réaction.

Gérard Eppelé crée également des tableaux découpés, comme celui de cet homme environné de grands livres (de Camus, Rimbaud, Gide, Le Clezio, etc.).

Il a les yeux fermés, pensant peut-être à tous ces univers côtoyés dans ses lectures.
On le retrouve le même personnage de profil ou dos à dos avec son ombre.
A découvrir aussi la belle série d’estampes minutieusement travaillées où plusieurs plans se superposent où se juxtaposent.

Variations pour des musiques de chambres de Gabriel Cousin, Gravures de 1980 © Gerard Eppelé

Un univers étrange, onirique, entre bande dessinée, cinéma, science-fiction et rêve.

Variations pour des musiques de chambres de Gabriel Cousin, Gravures de 1980 © Gerard Eppelé

Visuel de Une : Le Libraire, 1994, bois découpé © Gerard Eppelé

Artiste(s)

Gérard EPPELÉ

Le peintre-sculpteur Gérard Eppelé est né à Cherbourg en 1929. Il passe son enfance, une dizaine d’années, au Maroc. De retour en France en 1942, il débute ses études dans un collège technique, puis entre à l’Ecole des Beaux-Arts de Toulouse pour deux brefs séjours (1946 et 1948). Il commence aussitôt une (...)

pub