| Retour

Fin de cet événement Juin 2017 - Date du 28 janvier 2017 au 11 juin 2017

Anatomie du paysage

Depuis 2013, le musée Réattu a entrepris un vaste chantier de relecture de son riche département photographique. Aux grandes expositions rétrospectives – Les Clergue d’Arles en 2014 et Oser la photographie en 2015 – succèdent des accrochages thématiques, qui placent chaque année la collection sous un jour nouveau. Un cycle prenant pour sujet des thèmes incontournables de l’histoire de l’art a été entamé sur les questions du corps, de l’architecture et du portrait, et se poursuit aujourd’hui avec celle du paysage. Car le Réattu, en plus d’être un musée et un monument, c’est aussi une vue exceptionnelle sur le Rhône.

Exposition du 28 janvier au 11 juin 2017

L’exposition Anatomie du paysage, à travers une sélection de près de 130 œuvres issues des collections du musée, illustre ainsi la diversité des regards face à l’environnement, naturel ou urbain, sauvage ou quotidien.

Elle retrace la conquête perpétuelle des photographes de nouveaux modèles et souligne leur capacité à inventer des paysages.

Gabriele Basilico, Boulogne-sur-Mer, 1984, don de l’artiste, 2002

Certains célèbrent la beauté et le mystère de paysages rendus célèbres par d’immenses artistes, comme la montagne Sainte-Victoire de Brigitte Bauer, hantée par le souvenir de Cézanne, ou les grands parcs naturels américains photographiés par Alan Ross mais sublimés avant lui par son maître Ansel Adams. D’autres ont entrepris de défricher de nouveaux territoires photographiques, tels Robert Doisneau – créateur d’une véritable esthétique de la banlieue parisienne – ou Ambroise Tézenas, dont l’œuvre offre une vision nouvelle des lieux les plus tragiques de notre histoire contemporaine. D’autres enfin, de Lucien Clergue et ses corps-paysages à René Mächler et ses Paysages de femmes, ont su déceler les liens subtils que le corps entretient avec la nature, repoussant toujours plus loin les limites d’un genre longtemps considéré comme mineur, mais devenu depuis une véritable conquête de l’art moderne et contemporain.

Lucien Clergue, Camargue, 1964, dépôt des Rencontres d’Arles, 2002

Photo de Une : (détail) Kishin Shinoyama, Sans titre, de la série Death Valley, 1969, don de l’artiste, 1975

Artiste(s)

Lucien CLERGUE

Né le 14 Août 1934 à Arles. À l’âge de quinze ans, il s’intéresse à la photographie, et utilisera son culot, pour croiser Pablo Picasso et lui montrer ces créations. Celui-ci va être captivé et lui en demandera à en voir d’autres. Il devient alors un ami proche du Maître. Il crée avec Michel Tournier, (...)

pub