| Retour

Fin de cet événement il y a 3 mois - Date du 2 février 2019 au 3 mars 2019

JUST DANCE ! La danse envahit le MAMAC Samedi 2 et dimanche 3 février 2019 !

Dans le cadre de l’exposition « Inventing Dance : In and Around Judson, New York, 1959-1970 » prolongée jusqu’au 7 avril 2019 à la galerie contemporaine du MAMAC, la Ville de Nice a souhaité faire partager aux visiteurs l’expérience Judson le temps d’un week-end. Les samedi 2 et dimanche 3 février 2019, venez célébrer la danse au MAMAC !

Au travers des projections de films documentaires, des visites guidées, des ateliers, des conférences, des performances, les expérimentations du célèbre collectif seront explorées et partagées.

Au programme

Samedi 2 février de 11h à 21h30

Al Giese, photo de Suite d’Elaine Summers (Rudy Perez, Elaine Summers, and John Worden), 1963. © Estate of Al Giese, VAGA and Artists Rights Society (ARS), New York. Courtesy Mary Hottelet. Judson Memorial Church Archive, Fales Library & Special Collections, New York University Libraries

- 11h – Visite guidée de l’exposition « Inventing Dance : In and Around Judson, New York, 1959-1970 »
Par Olivier Bergesi, co-commissaire de l’exposition

- 14h – Projection d’un documentaire sur Lucinda Childs
Par Patrick Bensard, sur une proposition d’Eric Oberdorff, chorégraphe de la Compagnie Humaine

Suivie d’une rencontre avec Cécile Robin Prévallée, danseuse ayant eu le privilège de collaborer avec Lucinda Childs

- 14h30 – Atelier pour enfants basé sur les techniques d’improvisation de la danseuse chorégraphe Yvonne Rainer *
Par Barbara Boiocchi, étudiante en Master Danse à l’Université de Nice

- 16h – Conférences et ateliers sur les recherches du Judson Dance Theater
Par Pauline Chevalier, historienne de l’art, et Lou Forster, commissaire d’exposition
Conférence avec Pauline Chevalier historienne de l’art et Lou Forster commissaire d’exposition feront une intervention à deux voix. Après un master consacré à la mise en exposition de la performance, les recherches de Lou Forster se sont portées sur l’œuvre de Lucinda Childs dont il étudie les pratiques graphiques et chorégraphiques. En 2016, il a organisé la première exposition rétrospective de l’artiste au Centre national de la danse et à la galerie Thaddaeus Ropac dans le cadre du Festival d’Automne à Paris. Formée en histoire de l’art et en littérature, Pauline Chevalier axe ses recherches sur les convergences entre littérature, danse, sculpture et image en mouvement dans l’art américain depuis les années 1960, et sur les croisements entre espace d’exposition et espace scénique dans l’art contemporain. Alors que Pauline Chevalier abordera le contexte artistique et politique new yorkais, les pratiques collectives et le rôle des lieux de création sur la scène américaine des années 1960, Lou Forster reviendra sur l’usage des nouveaux médias au sein du Judson Dance Theater. Si le cas de la photographie ou de l’expanded cinema ont été particulièrement étudiés, il semble que l’enregistrement audio n’est pas encore fait l’objet de recherche transversale. Pourtant deux œuvres emblématiques créés en 1964, Street Dance de Lucinda Childs et 21.3 de Robert Morris, font un usage particulièrement remarquable de ce médium. Introduisant un jeu de « double exposition » (Jill Johnston, 1971), ces œuvres interrogent les catégories dans lesquels on envisage la performance et sa mise en représentation.

- 17h – Conférences et ateliers sur les recherches du Judson Dance Theater
Par Romain Bigé, diplômé de l’École Normale supérieure, agrégé et docteur en philosophie

- 18h30 – Performance participative et balade sensible et ludique dans l’exposition
Par la Compagnie Antipodes dirigée par la chorégraphe Lisie Philip

- 20h – Performances
Par la danseuse Ruth Childs

Réinterprétation des pièces Pastime (1963), Carnation (1964) et Museum Piece (1965) créées par sa tante Lucinda Childs pendant les années Judson et transmises par cette dernière en 2015.
Performance interprétée par Ruth Childs, au 1er étage du musée (salle 1). Depuis 2015, cette danseuse performeuse anglo-américaine, réalise un projet de re-création des premières pièces de sa tante, la chorégraphe américaine Lucinda Childs. À l’époque du Judson, Lucinda Childs réalise trois pièces en solo : Pastime (1963), Carnation (1964) et Museum Piece (1965). Au travers de mouvements et d’objets de la vie quotidienne, du silence et du temps élargi, elle a cherché à détourner et faire réfléchir sur les nouvelles conceptions de la danse contemporaine ; et celles-ci ont changé pour toujours les générations suivantes. Pour cette représentation, Ruth Childs réinterprétera ces trois pièces

Dimanche 3 février de 11h à 18h

- 11h – Atelier pour enfants basé sur les techniques d’improvisation de la danseuse chorégraphe Yvonne Rainer *
Par Barbara Boiocchi, étudiante en Master Danse à l’Université de Nice

- 14h – Golderg variations
Par le chorégraphe et danseur Jurij Konyar

Vidéo d’une de ses performances qui s’inspire des improvisations du chorégraphe Steve Paxton

- 14h30 – Conférences et ateliers sur les recherches du Judson Dance Theater
Par Patricia Brignone, Historienne et critique d’art
Historienne et critique d’art (avec au préalable une formation en danse) elle enseigne à l’École supérieure d’art et de design de Grenoble. Le pr oposIn de Around and Beyond Judson est d’évoquer le courant de la Judson Dance et son retentissement c’est s’ouvrir à un vaste champ de possibles qui touche aussi bien à l’avènement de la post-modern dance qu’aux recherches les plus radicales tournées vers une redéfinition du médium danse. L’histoire de cette avant-garde (qui a pour noms entre autres Ann Halprin, Yvonne Rainer, Lucinda Childs, Alex et Deborah Hay, Simone Forti, Fred Herko ou Philip Corner) est aussi celle d’une émulation artistique sans précédent qui voit se nouer des collaborations inédites (associant des artistes issus des arts plastiques, tels que Robert Rauschenberg, Robert Morris ou Carolee Schneemann) autour de processus innovants. Le rayonnement de ces nouveaux territoires d’expérimentation loin de se tarir, essaime encore aujourd’hui via des démarches d’artistes chorégraphes nourris de leur liberté de faire et de penser (Alain Buffard, Anne Collod, Fanny de Chaillé, Christian Rizzo ou encore Jérôme Bel) prônant tous une danse élargie (Boris Charmatz).

- 15h30 – Atelier Art’so *
Par la Compagnie 7pépinière
Art et sophrologie

- 17h – Conférences et ateliers sur les recherches du Judson Dance Theater
Par Anaïs Loyer, chercheuse en danse à l’université Nice Côte d’Azur

Tout le weekend de 11h à 18h, profitez d’une pause gourmande dans le jardin Sosno grâce à l’épicerie/restaurant Bioman.

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE sur présentation du billet d’accès au musée ou du pass Musées de Nice.

Informations et réservations* : mediationmamac@ville-nice.fr

* La réservation est obligatoire pour l’atelier enfants du samedi et dimanche et l’atelier art’so en famille du dimanche. Pour l’atelier artistique, les participants sont invités à se munir de chaussures confortables. Et d’apporter un objet, ou un vêtement qui permet la transformation de soi.
Informations et réservations : mediationmamac@ville-nice.fr

Photo de Une : (détail) Solo Pastime de Lucinda Childs (1963) dansé par Ruth Childs © Gregory Batardon
JUST DANCE ! La danse envahit le MAMAC
Autour du Judson Dance Theater

Samedi 2 et dimanche 3 février 2019

Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain
Place Yves Klein – Nice

Artiste(s)