| Retour

L’Ecole de Vienne au programme de ce week-end du Printemps des Arts

SAMEDI 27 MARS - ÉCOLE DE VIENNE 15H00 – Grimaldi Forum


Quand Alban Berg écrit son concerto pour violon (1935), il le dédie à la mémoire de « Mutzi » (la fille d’Alma Mahler et de l’architecte Walter Gropius) disparue trop jeune. Dans cette œuvre qui résonne comme un requiem, les envolées du violon soliste symbolisent le trajet de l’âme de cette jeune femme de 18 ans qui s’élève vers des sphères mystérieuses. Le jeu exceptionnel de Tedi Papavrami permet à ce chef-d’œuvre d’atteindre toute sa profondeur.
L’histoire qui a inspiré Schönberg pour Pelléas et Mélisande (1905) n’est pas moins émouvante et tout aussi forte : deux amants s’aiment sans pouvoir se le dire, terrorisés par le monde qui les entoure…

Alban Berg
Concerto pour violon « À la mémoire d’un ange »
Arnold Schönberg
Pelléas et Mélisande, op. 5

Tedi Papavrami, violon
Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
Kazuki Yamada, direction
Réservation PAR ICI

DIMANCHE 28 MARS - ÉCOLE DE VIENNE & CRÉATION 14H30 – Musée Océanographique


Inépuisable, le genre du quatuor à cordes n’a cessé d’inspirer les plus grands compositeurs. À la fin du XIXe siècle, Schönberg a cherché à rendre un hommage appuyé à Mozart, même si ses envolées presque expressionnistes ouvrent la voie de la modernité. Webern prend le contre-pied en optant pour un art de l’aphorisme. Le compositeur français Frédéric Durieux (né en 1959) signe aujourd’hui son deuxième quatuor, après celui créé au Printemps des Arts de Monte-Carlo en 2007. Son goût pour les sonorités subtiles et élaborées sera servi pour cette création par le Quatuor Tana qui consacre depuis de nombreuses années ses travaux à la création contemporaine.

Frédéric Durieux
Diario Ellittico, création,
co-commande ProQuartet et Printemps des Arts de Monte-Carlo

Anton Webern
Cinq pièces pour quatuor à cordes, op. 5

Arnold Schönberg
Quatuor à cordes en ré majeur

Quatuor Tana

Quatuor Tana ©Nathalie Gabay

Le Collectif Tana est soutenu par la DRAC Hauts de France au titre des ensembles conventionnés, et reçoit régulièrement le soutien de la SACEM, de la Spedidam, ainsi que de l’Adami.
Réservations par ici

DIMANCHE 28 MARS - ÉCOLE DE VIENNE 16h00 – Salle Empire, Hôtel de Paris

Unique en son genre, le Deuxième Quatuor (1907-1908) de Schönberg fait intervenir une voix de soprano dans ses deux derniers mouvements pour chanter les vers du poète Stefan George. Avec cette œuvre, la voix quitte les scènes d’opéras pour entrer dans le monde intime de la musique de chambre. Et rares sont les cantatrices qui, comme l’Autrichienne Anna Maria Pammer, se sentent à la hauteur de cette partition, à la fois poétique et périlleuse tant elle exige de l’interprète d’aller planer dans les aigus les plus rares. La romantique Nuit transfigurée (1899) dans sa version pour sextuor à cordes sonne ici comme un « poème symphonique de chambre ».

Quatuor Zemlinsky ©Ilona Sochorová

Arnold Schönberg
Verklaerte Nacht, op. 4 (version pour sextuor à cordes)
Quatuor à cordes n°2 en fa dièse mineur, op. 10 (avec soprano)

Quatuor Zemlinsky
Anna Maria Pammer, soprano
Michal Kaňka, violoncelle
Josef Klusoñ, alto

Réservations PAR ICI

Vous assistez aux deux concerts ?

Pour votre confort la navette du festival assurera la liaison
entre le Musée Océanographique et la Salle Empire

> réservation obligatoire au +377 97 98 32 90

Photo de Une : Tedi Papavrami que vous retrouverez ce samedi 28 mars au Grimaldi Forum © Kaupo Kikkas

Artiste(s)