| Retour

Fin de cet événement il y a 1 mois - Date du 20 octobre 2017 au 22 octobre 2017

Jammin’Juan, révélateur de talents !

Le plus ancien festival de Jazz d’Europe ne se contente plus seulement de sa célèbre pinède en juillet, il s’agrandit en créant le plus grand marché des professionnels du jazz en France, le « Jammin’Juan ». Ainsi envahit-il, durant trois jours, le Palais des Congrès de Juan-les-Pins afin de révéler les jeunes talents du jazz et s’ouvre aussi bien aux professionnels qu’au public avec des masterclass et des concerts réunissant trois groupes par soirées du 20 au 22 octobre.

Le public pourra d’ailleurs voter pour élire ses groupes préférés parmi la multitude d’artistes qui se produiront au cours de ces trois jours : 25 groupes  ! Une centaine de musiciens !

De quoi régaler les plus « gourmands » et les plus exigeants.

Laughing ! ©Philip Ducap

Le vendredi soir, trois groupes se succèdent dans l’amphithéâtre Antipolis. Le saxophoniste londonien Binker Golding et le batteur Moses Boyd jouent avec une telle ardeur qu’ils semblent se multiplier : leur grande liberté n’exclut cependant ni le rythme, ni la mélodie.

Ensuite se produira un nouveau venu de la scène du jazz français et suisse, le trio Gauthier Toux (nom du pianiste accompagné à la batterie par Maxence Sibille et à la contrebasse par Kenneth Dahl Knudsen). Leur jazz inventif mêle de simples mélodies au hip-hop du jazz d’aujourd’hui : cette diversité est un régal !

Pour terminer la soirée, cinq immenses artistes de jazz sont réunis autour de la poésie et du voyage : le guitariste Sylvain Luc, les percussionnistes iraniens Keyvan et Bijan Chémirami, le trompettiste Stéphane Belmondo et l’accordéoniste Lionel Suarez. Chacun talentueux soliste, ils se sont groupés pour renouveler leur musique en mêlant, dans un projet commun, diverses influences hétéroclites.

Ce sont également trois groupes qui se succèdent le samedi soir.

D’abord un trio belge MDC III, où le saxophoniste Matthias de De Craene est accompagné par deux percussionnistes (Simon Segers et Lennert Jacobs) pour des motifs rythmiques complexes. Egalement venu de Belgique, Steiger est aussi un jeune trio dont les compositions et improvisations explorent jazz, rock ou soul avec un jeu fluide. Pour son projet jazzy, Laura Perrudin joue sur une harpe spécialement fabriquée pour elle pour nous embarquer dans des mondes réels et imaginaires.
Le dernier jour, le dimanche, nous pourrons applaudir Emily Johnson, découverte par le guitariste John Mc Laughlin dans une inoubliable mélodie « Open Your Heart ». Ensuite lui succédera le Pierre Marcus Quartet qu’on juge original et soudé. Le célèbre contrebassiste sera entouré du pianiste Frédéric Pérréard, du saxo ténor Maxime Berton et du batteur Fred Pasqua.

Damien Groleau ©Alice Lemarin

Pour clore ce dernier concert, le quartet Richard Manetti : le guitariste et compositeur renoue avec le jazz manouche qui a nourri toute sa jeunesse, il s’est donc entouré de Fred D’Oelsnitz au piano, de YoannSerra à la batterie et de Jean-Marc Jaffet à la basse pour faire la part belle aux standards de Django Reinhardt.

A ces riches soirées en perspective s’ajoutent de nombreux « showcases » permettant à de nombreux musiciens plus ou moins confirmés de rencontrer les professionnels et le public.

Citons le Seb Chaumont Quartet qui s’est déjà produit avec succès dans la région pour un jazz fortement teinté de blues et de soul. Le jeune guitariste luxembourgeois à l’inspiration foisonnante, Greg Lamy jouera en Quartet. Joséphine Chloé, une jeune chanteuse à la voix cristalline, marque ses interprétations de délicatesse. Autre chanteuse mais aussi pianiste, Macha Gharibian a une voix intense et de l’audace pour un jazz oriental, néo-classique et pop. Pour jouer une musique populaire inclassable, le Roccaserra Quartet est une formation à l’instrumentation originale : Jean-Louis Ruf-Constanzo (mandoloncelle), Frédéric Viale (arcordéon), Sergio Caputo (violon), Pascal Reva (batterie)... Impossible de citer tous les interprètes qui seront présents pour ce long week-end qui passera trop vite ! 
Il s’annonce passionnant !
Caroline Boudet-Lefort

Pol Belardi’s Force_cmjn © Sam Flammang

Artiste(s)