| Retour

Fin de cet événement il y a 4 mois - Date du 20 décembre 2017 au 28 janvier 2018

The Florida Project, de Sean Baker

Fillette délurée, Moonee vit, avec sa très jeune mère sans boulot, dans un motel de la banlieue d’Orlando, siège du célèbre « royaume enchanté » de Disney World. L’autoroute qui dessert les parcs à thèmes et les hôtels-clubs est bordée de motels autrefois fréquentés par les touristes et aujourd’hui habités par une population gravement précarisée : des vies se déroulent en coulisses de ce monde imaginaire qu’elles ne pourront jamais atteindre.

Dans les coursives du Magic Castle Motel devenues un immense terrain de jeux, Moonee n’en fait qu’à sa tête avec sa bande d’amis aussi délurés qu’elle.

Ils multiplient les bêtises du style cracher sur les décapotables ou encore mettre le feu dans des lotissements abandonnés après la crise économique de 2008.

Copyright 2017 PROKINO Filmverleih GmbH

Avec son architecture baroque tout en couleurs pastel pour s’accorder à l’univers considéré comme féerique de Disney, ce motel cheap arbore des panneaux publicitaires qui font partie de la peinture urbaine de pacotille qui a poussé autour du Disney World.


A l’arrivée d’une nouvelle copine de l’âge de Moonee, la situation s’accélère, pour les deux gamines et pour tout l’entourage. Leurs aventures sont parfois drôles, mais pas toujours... Malgré la solidarité qui soude les habitants, la vie, de ces familles en galère de ce rêve américain de plus en plus déglingué, n’est pas le parc d’attractions supposé dans ce lieu imprégné d’un esprit Disney. Les jeux d’enfants côtoient la drogue et la prostitution. Cette Amérique white trash est celle qui a élu Trump, sa politique d’égoïste, de chacun pour soi, de chacun sa débrouille, et les personnages ne nous sont guère sympathiques. Aucune envie de s’y identifier...

Moonee ne connaît pas son père, elle s’est pris d’affection pour Bobby, le patron de ce motel qu’il aurait voulu magique, mais qui est peuplé de déclassés. Devenu malgré lui l’ange gardien des habitants, ce patron est interprété par Willem Dafoe qui traîne son flegme naturel. Seul acteur professionnel, il a cependant su se fondre parmi les débutants en incarnant parfaitement son personnage de patron de motel, en droit d’imposer sa loi.

Sean Baker filme ce quart-monde made in USA, ceux qui vivent dans des motels bon marché devenus le dernier refuge d’une population en situation précaire de « sans abris » clandestins.

Ce réalisateur se distingue dans le cinéma indépendant américain en s’intéressant à des marginaux déclassés. Après quatre films non distribués en France et fort peu aux Etats-Unis, « Tangerine » (filmé sur un iPhone) a reçu le Prix du Jury à Deauville en 2015 et « The Florida Project » a été sélectionné cette année à la Quinzaine des Réalisateurs, à Cannes, où il a été fort applaudi. On peut rapprocher Baker du cinéma social anglais (Ken Loach) ou du néoréalisme italien d’antan. Voulant parvenir à faire passer un message et susciter une prise de conscience, le jeune réalisateur envisage de continuer à filmer ceux qui restent en marge de la norme et du rêve américain en nous les désignant dans leur précarité. Mais le cinéma aurait-il la moindre possibilité d’amorcer des changements sociaux ? Il peut au moins tenter d’ouvrir les yeux de ceux qui refusent de voir...

Caroline Boudet-Lefort

Date de sortie 20 décembre 2017 (1h 51min)

Photo de Une : Copyright 2017 PROKINO Filmverleih GmbH

Artiste(s)