| Retour

Clap de fin pour « Domingo », le 3ème long métrage des cannois d’Adastra Films

Après le long métrage Brides tourné en Géorgie (primé à la Berlinale), puis The Strange Ones tourné au nord de New York (sorti en salles en 2018), c’est cette fois à Guadalajara, au Mexique, que la société de production azuréenne a décidé de poser sa caméra.

Comment une société cannoise en vient à produire un film mexicain ? «  En 2015, j’ai découvert le court métrage Domingo au festival latino-américain de Biarritz. » précise Sébastien Aubert, producteur et gérant d’Adastra Films. « J’ai eu un coup de foudre pour ce court, et j’ai tout de suite dit au réalisateur que cette histoire méritait d’être traitée dans un long métrage. Or, il était justement en train d’écrire le scénario de la version longue ! ».

Après 3 ans de développement et de recherche de financements, c’est le 14 octobre 2019 que le tournage a pu commencer, dans un quartier pauvre de Guadalajara, ville d’où est originaire le réalisateur du film Raul Lopez Echeverria. Le tournage s’est achevé cette semaine. Une grande partie de la postproduction du film sera réalisée en région Sud. Leslie Jacob, productrice chez Adastra Films aux côtés de Sébastien, ajoute : «  C’était une volonté de notre part d’orienter une partie de la fabrication du film dans notre belle région, car nous avons à cœur de développer la filière locale. Le tournage était déjà pris, il restait donc la postproduction ».

Pour ce film, la société n’a bénéficié d’aucun financement institutionnel (CNC, Région, TV...). Le projet a été financé en partie par des investisseurs locaux, des particuliers passionnés de cinéma, et désireux de participer à l’aventure d’un film de l’intérieur. «  Sans ces investissements (entre 5.000€ et 15.000€ par personne), nous n’aurions pas pu mener ce film à terme... ». Un film mexicain, certes, mais avec une véritable contribution azuréenne !

Le pitch du film

Abandonné par sa femme, Domingo (55 ans) est déterminé à lui prouver qu’il n’est pas un raté, en réalisant son rêve de toujours : devenir commentateur de football. Tous les dimanches, il commente les matchs amateurs de sa favela, en faisant le show depuis les bords d’un terrain de foot improvisé en banlieue de Guadalajara. Alors qu’il améliore ses techniques, il tente à plusieurs reprises de décrocher un poste auprès de la grande chaîne de télévision locale. Loin de s’imaginer que ses commentaires passionnés sont en train de changer la vie de tout un quartier...

Visuel de une DR et courtesy Adastra Films

Artiste(s)