| Retour

« Le Messager », d’Ossip Zadkine, prend ses quartiers sur le parvis du Musée océanographique de Monaco

Hier, jeudi 7 novembre, S.A.S. le Prince Albert II de Monaco a inauguré la sculpture monumentale « Le Messager », installée sur le parvis du Musée océanographique de Monaco. Cette œuvre de l’artiste cubiste Ossip Zadkine (1890 -1967) a été offerte à l’Institut océanographique par la Broere Charitable Foundation.

Cornelis Broere est, par le biais de sa Fondation, un généreux mécène de l’Institut océanographique. La Broere Foundation, membre de l’Association des Amis du Musée depuis 2013, a contribué au rayonnement des activités de l’Institut océanographique, notamment le renforcement de la notoriété et de l’attractivité des Grandes Médailles Albert Ier, qui récompensent chaque année les plus éminents acteurs de la science et de la médiation de l’océan.

Après que la Broere Charitable Foundation ait acquis cette sculpture monumentale d’Ossip Zadkine en 2014, Cornelis Broere a proposé de la confier à l’Institut océanographique en vue de l’intégrer dans l’espace public, à proximité du Musée océanographique, permettant ainsi de remettre à l’honneur le désir initial de son fondateur, le Prince Albert Ier : « Réunir dans un même éclat les deux forces directrices de la civilisation : l’Art et la Science ». Ce don de la famille Broere marque leur remerciement et leur gratitude pour l’hospitalité dont fait preuve la Principauté de Monaco, ainsi que pour ses efforts nobles et exemplaires en matière de sauvegarde des océans.
Le Messager de Zadkine, aussi appelée « Le Porteur de présents » ou « Le Navigateur » a été réalisé d’après un original en bois de 1937 présenté lors de l’Exposition Internationale des Arts et Techniques de la même année. La sculpture en bronze, désormais présente sur le parvis du Musée océanographique de Monaco est la troisième épreuve d’une série de huit, réalisée par la Fonderie Susse Frères en 1992, d’après l’original. Le socle de la statue est en Pierre de la Turbie.
La figure du Messager de Zadkine fait largement écho à celle du Prince Albert Ier, navigateur pionnier qui rapporta de ses nombreuses campagnes océanographiques les fruits de ses recherches afin de les présenter dans le Musée qu’il a créé à cet effet. Tous deux offrent leurs connaissances et leurs découvertes aux néophytes ou aux curieux, leur transmettant en quelque sorte un flambeau, celui qui, à Monaco, incite ses porteurs à prendre conscience et à faire prendre conscience à leur tour de l’intérêt et des enjeux que représente la connaissance de l’Océan. Zadkine fut, comme le Prince Albert Ier, un observateur et un amoureux de la nature. Nous connaissons les prises de position du Prince Albert Ier et ses constats sur les répercussions que peuvent avoir certaines actions humaines sur la faune marine par exemple. La présence de la sculpture et son emplacement semblent donc tout indiqués, et la statue monumentale, comme revenant des eaux pour présenter ses découvertes, accueille aujourd’hui les visiteurs sur le parvis du Musée.

Ossip Zadkine (1888-1967) Le Porteur de présents également intitulé Le Messager ou Le Navigateur 1937 Bronze, épreuve 3/8 Susse Fondeur Paris, 1992 340 x 100 x 75 cm Signé, daté, O. ZADKINE 1937

S.A.S. le Prince Albert II de Monaco et M. Cornelis Broere - Dévoilement statue Le Messager d’Ossip Zadkine - © M Dagnino - Musée océanographique

La composition originale dont cette fonte est la reproduction éditée en bronze à 8 exemplaires et quatre épreuves d’artiste, date de 1937. Elle est née de la commande faite à Zadkine, par Albert Charles, pour le compte des Établissements Charles & Fils, importateurs de bois exotiques établis au Havre, d’une sculpture destinée à orner le Pavillon des bois exotiques et bois coloniaux, installé quai d’Orsay, près du pont des Invalides, dans le cadre de l’Exposition internationale des arts et des techniques appliqués à la vie moderne, qui se tint à Paris du 25 mai au 25 novembre 1937.
Zadkine sculpta cette figure qui six mois durant se dressa dans le ciel de Paris, face à la Seine, telle une figure de proue, selon la technique dite de la taille directe, dans une grume de bubinga, provenant du Gabon.
Cette essence d’Afrique de l’Ouest devenue rare, aujourd’hui interdite d’exportation, dont le nom est d’origine bantou, est réputée pour sa dureté. Elle se distingue par sa couleur d’un brun rosé pouvant aller jusqu’au rougeâtre, finement veiné et son fil délicatement ondulé.
La figure de Messager-Porteur de présents, sculptée par Zadkine dans ce bois rare, allant s’avançant les bras chargés de navires voguant sur les flots, fut pensée - selon les termes du guide officiel de l’exposition - comme celle du Génie français envoyant des navires à la recherche des essences rares dans les d’outre-mer.
Par-delà cette représentation, elle - dans sa matérialité même, par la rareté et la beauté du bois dans lequel elle fut taillée - un hymne incarné aux richesses de la nature, leur profusion dont, sa vie durant Zadkine fut, en Russe, l’observateur ému et le desservant inconditionnel.
La notion si forte de présent, que contient le titre qu’il donnait à son messager dit la sacralité qui s’attachait dans son esprit aux richesses rapportées, présentées telles des offrandes. Son porteur, aux allures de demi-dieu s’avance quasi religieusement, son visage exprimant la conscience de la chance insigne d’avoir les bras si chargés.
Propriété des établissements Charles, cette figure à la portée symbolique si puissante fut, dans les années soixante, mise un temps en dépôt au centre du bassin extérieur du musée du Havre, puis reprise par ses propriétaires en 1968, pour orner leur siège social, avant que d’être vendue et reproduite en bronze.
L’une de ces reproductions appartenant aux collections du musée Zadkine, est installée quai de Finlande à Paris, non loin de l’endroit où l’œuvre dans sa version originale se trouvait en 1937.
Noté rédigée par Véronique Gautherin, Directrice ajointe et Responsable des collections du Musée Zadkine (Paris).

PHOTO DE UNE (Détail) S.A.S. le Prince Albert II de Monaco et M. Cornelis Broere - Dévoilement statue Le Messager d’Ossip Zadkine - © M Dagnino - Musée océanographique

Artiste(s)

Ossip ZADKINE

Ossip Zadkine est un sculpteur cubiste sur bois et sur pierre, né en Biélorussie. De récentes recherches (datées de l’été 2019) indiquent que l’artiste serait né en 1888 plutôt qu’en 1890 comme cela l’était admis jusqu’alors. Zadkine a fréquenté les artistes de l’Ecole de Paris (premières (...)

pub