| Retour

Fin de cet événement Octobre 2016 - Date du 24 juin 2016 au 2 octobre 2016

Exposition de bijoux contemporains à l’inspiration Maorie à Cagnes-sur-Mer

L’Espace Solidor présentera huit artistes néo-zélandais et leurs créations de bijoux : Alan Preston, Warwick Freeman, Areta Wilkinson, Moniek Shriver, Craig MacIntosh, Roy Mason, Matthew Mc Intyre Wilson et Lisa Walker.

Regard sur la Nouvelle-Zélande
« Jewellery from Aotearoa » :

Leurs créations sont profondément imprégnées de la nature qui les
entoure ou encore de la culture Maori.

L’Espace Solidor, situé dans le Haut-de-Cagnes, face au Château Musée Grimaldi, est entièrement consacré au bijou contemporain.
La ville de Cagnes-sur-Mer a d’ailleurs obtenu en 1995 le label « Ville
et Métiers d’art »
pour cette activité.
De grands artistes tels que Robert Baines (Australie), Peter Skubic
(Autriche), Karl Fritsch (Allemagne), Gerd Rothmann (Allemagne), Henri Gargat (France) ou encore Claude Pelletier (France) ont déjà cotôyé de jeunes créateurs à la pointe de l’avant-garde.

Pour cette nouvelle exposition, l’Espace Solidor présentera huit
artistes néo-zélandais
 : Alan Preston, Warwick Freeman, Areta
Wilkinson, Moniek Shriver, Craig MacIntosh, Roy Mason, Matthew Mc
Intyre Wilson et Lisa Walker.

Warwick Freeman

Né en 1953 à Nelson, réside à Auckland.
Essentiellement autodidacte. Personnalité de premier plan dans la bijouterie néo zélandaise, il a intégré Bone-Stone-Shell. En 2002, Freeman a reçu le Prix « Françoise van den Bosch » à Amsterdam,
et il a également été Lauréat de la New Zealand Arts Foundation.

Yellow big bird, 2012 Bois, poussière de pierre, 135 x 225 x 3 mm

Mask, 2000 Or fin, or 750, 100 x 135 x 15 mm

Roy Mason

« La création de broches en forme de feuilles est une voie entièrement nouvelle pour moi. J’ai consacré l’essentiel de ma vie de créateur à graver des matériaux durs, à transformer des formes
organiques en concepts fixes. C’était une évolution naturelle qui découlait de mes études de sculpture. Sans cesse à la recherche d’inspiration, j’ai pris l’habitude de collecter tout ce qui
m’attirait dans mon environnement, rentrant chez moi après des promenades, les poches pleines de débris battus par la mer, des brindilles, des pierres, des coquillages, et des FEUILLES. Je suis un
Libérateur, présentant à la conscience du monde ce qui pourrait être piétiné. Ici, la Nature s’exprime.
Tout mon travail artistique est au VERSO de la broche, invisible ».
Né en 1949 à Christchurch, il vit à Muriwai Beach. Son travail a été intégré dans Bone Stone Shell.
Il continue de créer des bijoux inspirés du Pacifique.

Broches de la série « Pennies From Heaven » Pittisporum, Rohutakawa, Rewarewa, fil inoxydable, résine

Broches de la série « Pennies From Heaven » Feuilles, fil inoxydable, résine

Craig McIntosh

« Lorsque je travaille avec la pierre, c’est comme si en quelque-sorte, je travaillais la terre, ou
comme si je travaillais un endroit précis. L’argilite (pakohe) est un matériau riche en métaphores
pour le paysage culturel et naturel de la Nouvelle-Zélande. C’est une roche sédimentaire d’une extrême
dureté, qualifiée de « roche de fondation ». Elle représente littéralement le matériau sur lequel
et à partir duquel est bâti la Nouvelle-Zélande… Et pour moi, il est donc crucial, lorsque j’utilise
une pierre dans un contexte de bijouterie contemporaine, d’avoir une compréhension à la fois
de l’identité et de la frontière. Il n’est pas possible de faire des bijoux portant sur autre chose
tant que cela n’est pas pris en compte ».

Né en 1971 à Hamilton, il réside à Dunedin.
Il a obtenu sa Licence d’Arts Visuels à la Dunedin School of Art en 2013, et il poursuit ses études pour obtenir un Master. Il a exposé ses œuvres en Nouvelle-Zélande et au Japon. En 2016, il a
obtenu un master en Beaux-Arts à l’école d’art de Dunedin. Il expose dans le monde entier.


Bague, 2013
Argilite, argent


Trois pendentifs, 2011/2015
Red pod, Tothbrush, Gun
Résine, bois, peinture, argent, corde

Matthew McIntyre-Wilson

Né en 1973 à Hastings, il vit à Wellington.
Diplômé et enseignant néo-zélandais résidant à Whitireia, sa pratique associe le tissage façonné
traditionnel (raranga whakairo) à sa formation européenne plus formelle de la bijouterie.


Broche de la collection « The Price of Change », 2008
Pièces de monnaie, 35 x 20 x 5 mm

Alan Preston

« Épingles de laisses de mer. La création de ces épingles a commencé lorsque Otto Knuzli m’a demandé de créer une épingle pour Mikromegas. Elles proviennent d’éclats de coquillages de
plage de Muriwai où j’habite, et elles racontent une histoire sur un débat, dans notre pays, sur le droit de propriété des laisses de mer.
Les colliers de graines constituent une évolution de ma série de Parures Pacifiques contemporaines.
Les graines de kowhai et le muka issues de la fibre de lin proviennent du bush où je réside ».

Né en 1941 à Te Awamutu, il réside à Auckland. Il a cofondé Fingers et a été le précurseur de l’approche du Pacifique en tant que fondement conceptuel de la création de bijoux. Une exposition de l’ensemble de son œuvre s’est tenue à The Dowse en 2007.

Moniek Schrijer

« Le potentiel de transformation des matériaux et des objets stimule ma pratique, explorant les notions de temps et d’intemporalité, du connu et de l’inconnu, une vision de l’avenir, et une célébration du quotidien ».
Née en 1983 à Lower Hutt, elle réside à Wellington. Elle a obtenu une Licence d’Arts Appliqués en Bijouterie à Whitireia en 2012. En 2013, elle a été artiste résidente du Toi Poneka Art Centre et la seule néo zélandaise à figurer dans l’exposition Marzee Selection of Graduate Work Jewellery à Nijmegen, aux Pays-Bas. Elle a remporté le Prix Herbert Hofmann 2016 à Munich. C’est une première pour une néozélandaise.


Kowhai, boucles d’oreilles, 2015
Laiton, argent, plaqué or

Lisa Walker

« Je fais des recherches sur les différences entre la notion acceptable de beauté ou de stéréotype, et sur quelque-chose d’autre : la quête d’une esthétique que nous voyons rarement mais que néanmoins nous reconnaissons peut-être. Je ne veux pas créer de pièces qui aboutissent trop facilement dans les canaux commerciaux bien établis. Je veux que les gens soient contraints de travailler sur de nouveaux syllogismes, analogies et points de vue. Je pousse sans cesse vers l’extrême, et je considère que c’est une méthode permettant une expansion de la pensée et des façons de travailler. J’utilise une grande diversité de matériaux et de techniques. Je fais un travail réactionnaire, je suis consciemment en activité grâce aux influences de tous les horizons de la culture et de la vie. Les pièces sont souvent ornées de dentelle avec des références à la bijouterie contemporaine des quarante dernières années, questionnant et recherchant ce que la bijouterie signifie, et ce qu’elle peut être. Je situe mon œuvre autour de l’histoire, de l’avenir et des limites de la bijouterie. Je crée des pièces pour l’avenir. Tout contribue à l’art. »

Née à 1967 à Wellington, elle réside à Wellington. Après Munich, elle est retournée vivre en Nouvelle-Zélande.
C’est une présence significative sur la scène internationale de la bijouterie. Membre fondateur du Workshop 6 et mentor dans Handshake, Walker a remporté le Prix Françoise
van den Bosch 2010 et le « N.Z. Arts Foundation Laureate Award » 2015.

Areta Wilkinson [Kai Tahu)

a élaboré une pratique artistique significative qui enracine les connaissances et les pratiques Māori dans le monde de la bijouterie et de l’artisanat contemporains. Les œuvres de cette exposition font écho aux ombres issues des anciennes parures personnelles Māori qui proviennent de Te Waipounamu, l’île du sud de la Nouvelle-Zélande, mais résident dans des collections de musée.

Née en 1969 à Kaitaia, elle réside sur les terres de ses ancêtres Ngai Tahu, Ngati Mamoe et Waitaha.
C’est une artiste NgaI Tahu qui exerce dans le domaine de la bijouterie contemporaine, et elle fait du tutorat depuis vingt-quatre ans. Elle a conclu ses recherches doctorales par un PhD en Beaux-Arts à l’école d’Art Maori de Te Putahio-a-Toi, en Connaissances et Education, à
l’Université Massey (Wilkinson 2014)


Hei Tiki
Argent oxydé, ficelle de polyester, 50 x 90 2 mm

24 juin < 2 oct.
Espace Solidor
Bijou contemporain

Artiste(s)