| Retour

Fin de cet événement il y a 3 semaines - Date du 30 mai 2016 au 23 avril 2017

Musée des Arts asiatiques : Art funéraire populaire et art contemporain, une fête pour les yeux

Musée des Arts asiatiques : Art funéraire populaire et art contemporain, une fête pour les yeux

Un des jolis musées de Nice, un des plus beaux selon l’avis de beaucoup, le musée départemental des Arts asiatiques offre bien des plaisirs. Semblant flotter sur le lac du Parc Phoenix, cet édifice de style résolument contemporain* abrite de précieuses collections d’Asie. Présente des expositions temporaires qui confrontent arts traditionnels et arts contemporains, avec des artistes passionnants.
Dans ce palais de la « zénitude » tout ouvert sur le lac, (ce qui permet de garder un œil sur les oiseaux et les tortues) on prend le thé dans une parfaite tranquillité, et à présent, on y fait même ses emplettes de noël, la boutique offrant un choix de livres, d’objets et de bijoux à des prix tout doux.
Et pour peu qu’on examine la programmation, on découvrira les multiples activités proposées par ce musée pas comme les autres : cérémonie du thé, ateliers ikebana, confection de papier…

Deux expositions temporaires racontent la Corée chacune sous un angle particulier, les Kodku, ces compagnons de l’âme racontent une Corée bigarrée, de même que la broderie contemporaine selon In-Sook Son est une fête pour les yeux. Les œuvres monumentales de l’indienne Jayashee Chakravarty nous ramènent, tout en poésie, à nos préoccupations écologiques.

Les Kodku, compagnons de l’âme

Il nous vient comme l’envie de comparer les Kodku à nos santons. Comparaison paresseuse, celle des anges est plus juste. Ces figurines taillées en bois, peintes de couleurs vives, ornaient les palanquins-corbillards pour accompagner avec une joyeuse vivacité les défunts dans l’au-delà. Il y en a une bonne centaine, personnages, animaux, fleurs, êtres surnaturels ont la fraîcheur et la gaité d’un art populaire très bien fait. Ces guides spirituels sont à la mort ce qu’est l’humour à la politesse, les coréens transformant notre séparation du monde des vivants en une échéance un peu moins rebutante… Cette visite séduira toutes les familles en visite à l’approche de noël…

La broderie selon In-Sook Son, une fête pour les yeux

Si les œuvres d’arts exposées dans ce vaisseau blanc nous instruisent du passé, elles nous ramènent au présent, et mettent en lumière les passerelles entre tradition et modernité. Le nom Intérieur Coréen donné à l’exposition de In-Sook Son à laquelle une large place est accordée jusqu’au 23 avril, mérite un éclaircissement. Au début du vingtième siècle l’art de la broderie stagnait, In-Sook Son prend sa revanche et en fait un hymne à la broderie coréenne et offre une image luxueuse de cet intérieur coréen. Des vêtements des objets qui font rêver en couleur et offre une image luxueuse de cet intérieur coréen. Vestes, jupes, costumes traditionnels, costumes de cour, épingles à cheveux, paravents, meubles et tableaux sont entièrement brodés de fils de soie colorés par cette artiste complète. Pour la première fois exposée en France In-Sook Son manifeste un art poussé au plus haut degré de la perfection. La luxuriance des couleurs, la variété, la finesse des motifs d’ornements sont une fête pour les yeux.

JPEG - 90.9 ko
Robe d’enfant In Sook Son - photo AC

JPEG - 267.5 ko
Tableau entièrement brodé In Sook Son - Photo AC

Les œuvres de Jayashee Chakravarky évoquent la disparition progressive des zones humides, ces nurseries vitales pour la survie de l’humanité.

Témoin direct de la disparition des marais de son quartier de Calcutta Jayashee Chakravarky est très sensibilisée à la disparition d’espèces végétales connues pour leurs vertus médicinales, à la raréfaction de la vie animale, il faut voir comment cette artiste fait de la nature son sujet et son support de création tout en posant la question : « comment vivre et laisser vivre » ? Le bestiaire dont fourmille ses toiles monumentales pose la question : « comment vivre et laisser vivre » ?

http://www.arts-asiatiques.com/
Musée départemental des Arts asiatiques
405 promenade des Anglais.
06200 Nice
04 92 29 37 00
10h-17h-Gratuit.
Ré-ouvre le 9 décembre
*Architecte Kenzo Tange

Artiste(s)