| Retour

Martin Caminiti 3/3

André Giordan et Alain Biancheri vous proposent cette semaine la dernière partie de leur chronique consacrée à l’artiste Martin CAMINITI. Après vous avoir présenté son parcours, ils analysent une de ses oeuvres, Anamorphose 2005 (3/3).

Analyse d’une oeuvre

Martin Caminiti, Anamorphose, 2005

DESCRIPTION / INTERPRÉTATION

Cette « anamorphose » de Martin Caminiti pose un certain nombre de questions aux premiers regards.
Tout d’abord un premier survol de l’œuvre permet une identification sommaire de plusieurs éléments figuratifs, de formes représentatives issues d’un domaine mécanique et plus particulièrement du monde cycliste. Les rayons, les roues, guidons et autres selles participent à cette composition dans laquelle les éléments s’emboîtent ou se percutent sur un fond neutre, véritable espace où la gravitation a disparu.

Ensuite la logique est perturbée par le fait qu’aucun élément identifiable ne remplit sa fonction initiale puisque les objets sont fragmentés ou découpés, ce qui leur fait perdre à la fois leur reconnaissance immédiate et la logique de leur utilité. Le titre serait-il là pour induire une nouvelle lecture ? En fait l’anamorphose semblerait proposer de regarder cette oeuvre autrement, d’imaginer un nouveau point de vue qui permettrait de souder les différentes parties d’un tout inaccessible et impalpable, comme dans la réalisation de certains tableaux de la Renaissance.
Mais cette possibilité n’est qu’accessoire, et le but de l’artiste réside surtout dans le jeu des fragments de toutes tailles, des superpositions ou des décalages de plans qui basculent et transforment l’espace en une série d’obliques et de plans inclinés. Ainsi, à travers les formes simples d’un vocabulaire mécaniste, de nombreux jeux formels renvoient aux pratiques artistiques les plus complexes comme le Futurisme ou le Cubisme ; l’effet de mouvement semble créé par les répétitions simultanées chères à Boccioni ou Severini, avec un effet d’éloignement qui accentue la notion de vitesse dû au rapetissement progressif des différents fragments ; tandis que les doubles lectures et les différentes prises de vue rappellent inévitablement les découvertes de Braque ou de Picasso.

L’essentiel reste cependant dans la mise en place d’une déstructuration dans laquelle de nombreux procédés permettent l’élaboration d’une reconstruction mentale ; les aspects de non-fini et les fragments isolés de leur contexte obligent l’œil à restituer les manques, tandis que la disparité des éléments iconiques (formes, tailles, gabarits) accentuent la difficulté d’une lecture globale.

MORPHOLOGIE/ CHROMATISME

L’inscription des différents éléments à l’intérieur d’une surface triangulaire confère une certaine homogénéité à un ensemble disparate qui pourrait basculer de tous cotés. L’empilement suggéré semble se rétrécir tel un échafaudage en perte d’équilibre. Ce triangle se matérialise à la fois par le vide qui l’entoure et les lignes intérieures qui précisent et redoublent.

La composition : les formes tubulaires – univers mécanique omniprésent- composent des lignes de force tandis que le jeu des courbes et contre-courbes, (les roues et les rayons) animent les différentes parties pour leur attribuer un dynamisme très Art Nouveau. Les oppositions de pleins et de vides, des graphismes rayonnant et des dégradés à la mine de plomb contribuent à créer de multiples espaces dans lesquels le regard peut naviguer constamment et perdre un peu... son équilibre !
À ces jeux de mouvance s‘ajoutent les reliefs contradictoires que suggèrent les volumes concaves et convexes, autant d’anamorphoses qui fortifient le titre global de l’œuvre.
La technique n’est pas innocente non plus : les rapports de noirs et de blancs multiplient les clairs-obscurs, et opposent constamment les zones transparentes aux opacités les plus tenaces. C’est ici que l’habileté du crayon prend toute sa force pour donner une présence à une déstructuration qui ne demande qu’à être pénétrée par le spectateur.

Pour en savoir plus

Adresse
Villa Thiole Nice
30, avenue Malausséna - Nice
Tél : 04.97.13.37.30

Martin Caminiti à la Villa Thiole

Galerie

Galerie Pascal Polar
Chaussée de Charleroi 108
1060 Bruxelles - Belgique
Mail
emap@ville-nice.fr

Sites

https://www.facebook.com/profile.ph...

Expositions

EXPOSITIONS INDIVIDUELLES

2014
• Galerie Martagon, Malaucène
Suspension. La conciergerie, Nice

2011
• Palais Gounod, Nice

Martin-cami
Martin Caminiti, Dessins sans frein, 2011

2009
• Cycl’Art ; Hôtel Novotel, Monaco

2008
• Galerie Martagon, Malaucène
• La belle rouge, Galerie Norbert Pastor, Nice

2006
• Une maison, une saison, Bordeaux
• 20 sur 20, Vingt ans du Centre d’Art de St Fons, St Fons
• Galerie Pascal Polar, Bruxelles, Belgique
• Pourquoi s’en empêcher, Galerie Norbert Pastor, Nice
• Six clics sans claque, Galerie Martagon, Malaussène

2005
• Garder la ligne, Galerie des Ponchettes, Nice

2004
• I velo you, Musée des Beaux-Arts, Bordeaux
• I velo you, Galerie Arrêt sur l’Image, Bordeaux
• I velo you, Cap Sciences, Bordeaux

2003
• Pièces montées, Centre International de Carros, Carros

2000
• Collège Port Lympia, Nice

1999
• Galerie Evelyne Canus (Guest Room), La Colle sur Loup

1996
• Galerie Evelyne Canus (Guest Room ), La Colle sur Loup
• Galerie Pascal Polar, Bruxelles, Belgique

1995
• Galerie Antoine de Galbert, Grenoble
• Kunst Rai, Reflex Modern Art Gallery, Amsterdam, Pays-Bas

1994
• Musée National du Sport, Paris

1993
• Galerie Pascal Polar, Bruxelles, Belgique
• Galerie Le Cocotier, Saint-Etienne

Martin Caminiti, lors de l’exposition Galerie Lola Gassin, 1989

1992
• Galerie Loft, Paris
• FIAC, Galerie Loft, Paris
• Galerie Evelyne Canus, La Colle sur Loup

1991
• Galerie Le Regard Sans Cran d’Arrêt, Dunkerque
• Galerie Lola Gassin, Nice
• Galerie du Moniteur, MAMAC, Nice

1990
• Galerie Remp’Art, Toulon
• Galerie Loft, Paris

1989
• Objet d’Art, maison des Expositions, Genas
• Galerie Lola Gassin, Nice
• Galerie Le Cocotier, Saint Etienne

1988
• Galerie de l’Ecole,Villa Arson. Nice
• Espace Contemporain du Fort Napoléon, La Seyne sur Mer

EXPOSITIONS COLLECTIVES

Affiche, Galerie Laureen Thomas, 2014

2014
Galerie Laureen Thomas, Haut de Cagnes

2013
Free ride art space - Careof – Fabbrica del Vapore, Milan

2012
les Primitifs d’en face - Galerie Martagon, Malaucène
Free ride art space / bicycle exhibition - BWA Wroclaw - Gallery of Contemporary Art , Wroclaw
Espace Art Concret, Mouans-Sartoux

2011
Art et bicyclette - Espace de l’art concret, Mouans Sartoux
20 ans - Galerie Martagon, Malaucène
la galerie martagon fête ses 20 ans - art-cade - Galerie des grands bains douches de la Plaine, Marseille
intermède - Galerie Martagon, Malaucène
La sculpture autrement, Ecoparc, Mougins

2010
Sculptures et dessins, Le Tobogan, 2010

2008
• Point à la ligne, Malaucène ; Île sur Sorgues
• Le 6 rue Fodéré, la Maison, Galerie singulière, Nice

2007
• Art Brussels, Belgique
• Art Cologne, Allemagne

2006
• Cabinet névrotique, Villa Cameline, Nice

2005
• Cabinet érotique, Villa Cameline, Nice
• Vinyl, Villa Cameline, Nice
• Kunt’s Colony, Nuremberg, Allemagne

2004
• Rucher d’Artistes, Mouans-Sartoux,

2002
• Vue d’Ici, Château de Lauris, Lauri
• Can e Poarc, Les Casernes d’Angély, Nice

2001
• Can e Poarc, Les casernes d’Angely, Nice

2000
• Centenaire de l’Union Cycliste Internationale, Musée Olympique, Lausanne, Suisse

1999
• Art et Technique, Lorgues
• Umjetnicka Galerija, Dubrovnik, Croatie

1998
• Entre Métal et Végétal, Rectorat de l’académie de Nice
• Collections urbaines / Sept villes exposent, Lyon
• Technique Mixte Acte 1, Galerie Evelyne Canus, La Colle-sur-Loup
• Galerie du musée Mòra Ferenc Szeged , Hongrie

1997
• Sculptures chez Renoir, Cagnes-sur-Mer

1996
• Cycle d’Art 1896-1996, Musée d’Art et d’Industrie, Roubaix

1995
• Foire de Bâle, Galerie Pascal Polar, Bâle, Suisse
• Foire de Knokke, Galerie Pascal Polar, Knokke, Belgique

1994
• Art Jonction, Office Régional de la Culture, Cannes
• Biennale de Sculpture 94, Amsterdam, Pays-Bas

1993
• Fiac 93, Galerie Pascal Polar, Paris
• Galerie Le Cocotier. Saint-Etienne

1992
• Photographies et Sculptures, Musée de Toulon, Toulon
• Galerie Enrico Navara, Paris
• Terre d’Avenir, UNESCO, Paris
• Musée Miniature, Reflex Modern Art Gallery, Amsterdam, Pays-Bas
• Les Mystères de l’auberge espagnole, Villa Arson, Nice
• Une certaine idée de la Méditerranée, Montrouge
• 10 ans d’art vivant, Genas

1991
• Les années 80, groupes et individualités, MAMAC, Nice

1990
• SAGA, Grand Palais, Paris

1989
• BIAF 89, Galerie Le Cocotier. Barcelone, Espagne
• Nice Nouvelle Génération, AGF, Paris

1988
• Sculptures 88/89, Galerie Michel Vidal, Paris

1987
• Sarkis Dream, Galerie de l’Ecole, Villa Arson, Nice

1986
• Ben doute de tout, Galerie de l’Ecole, Villa Arson, Nice

INSTALLATIONS IN-SITU

2009
Arts dans la ville, La Teste

2008
• Ecofuturiste, Jardins du Casino, Monte-Carlo, Principauté de Monaco

2007
• Machines, Château de Seneffe, Belgique

Martin Caminiti, Sans titre, Château de Seneffe, 2007

BIBLIOGRAPHIE

Martin Caminti, Phillipe Sommerhalter.
Texte de Christian Bernard. Galerie de l’Ecole, Villa Arson ; Espace d’Art Contemporain du Fort Napole ?on. (La Seyne-sur-mer), 1988
« Objet d’Art » : Martin Caminiti, J.M.Macqueron, J.J. Rullier.
Textes de J.C. Guillaume et Ben, Maison des Expositions (Genas), 1989
Nice : Nouvelles Ge ?ne ?rations.
Texte de J.L. Poitevin. Espace Richelieu. A.G.F. (Paris), 1989
Martin Caminiti. Texte de Jacques Lepage. Galerie "Remp’Art" (Toulon) –
Martin Caminiti. « Sculpture ».Texte de Joseph Mouton. Galerie "Le Regard Sans Cran d’Arret" (Dunkerque), 1991
Martin Caminiti. Pre ?face de Claude Fournet. Texte de Gilbert Perlein. Muse ?e d’Art Moderne et d’Art Contemporain (Nice), 1991
Martin Caminiti. Sculptures. Pre ?faces : Miche ?le Alliot Marie, Jean Durry. Textes : Henry Francois Debailleux, Ben. Muse ?e du Sport (Paris)

CATALOGUES

2005 Galerie des Ponchettes, Garder la ligne, Nice, (France)
2004 Centre International d’Art Contemporain Pie ?ces Monte ?es Carros, (France) 1994 Muse ?e National du Sport Sculptures, Paris, (France)
1991 Muse ?e d’Art Moderne et d’Art Contemporain, Nice, (France)
Galerie Lola Gassin, Nice, (France)
Galerie Le regard sans cran d’arret, Dunkerque, (France)
1990 Galerie Remp’Art, Toulon, France.
1989 Maison des expositions de Genas, Objet d’Art, Lyon, (France)
1988 Galerie de l’Ecole Villa Arson, Espace d’Art Contemporain du Fort Napole ?on, La Seyne sur Mer, (France)

Martin Caminiti, Garder la ligne, Exposition Galerie des Ponchettes, Nice, 2005
Fibre de verre et technique mixte, 220 x 55 cm

Retrouvez les 3 parties de cette chronique en cliquant ici

Artiste(s)

Martin CAMINITI

Né en Italie, en 1959, Martin CAMINITI vit, enseigne et crée à Nice. En 1987, il obtient le Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique et une bourse d’études assortie d’un atelier d’été dans le cadre de Sous le regard à la Villa ARSON où il rencontre TORONI, DIBBETS, BROUWN... Choc(s) et clin (...)

pub