| Retour

Fin de cet événement dans 1 mois - Date du 29 septembre 2018 au 13 janvier 2019

Les vacances de M.Pablo, au Musée Picasso d’Antibes

Dans le cadre de la manifestation internationale « Picasso Méditerranée », parmi de nombreuses expositions consacrées à l’oeuvre du peintre espagnol – plus d’une vingtaine cette année en Europe -, celle qu’accueille le Château Grimaldi à Antibes s’intitule « Les vacances de M. Pablo », une référence humoristique à un célèbre film de Tati.

L’exposition présentée au Château Grimaldi retrace les étés du génial peintre à Antibes, de 1920 jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale.


Durant ces séjours, Picasso est heureux entre le soleil et la mer qu’il aime tant et où il puise son incroyable énergie créatrice.
Plus de 110 oeuvres - dont certaines issues de collections privées et rarement présentées au public - montrent comment les vacances de l’artiste, entre Antibes et Juan-les-Pins, ont nourri son oeuvre inépuisable.
C’est avec Olga que Picasso découvre Antibes en 1920. Il y reviendra en famille chaque été jusqu’en 1939, Marie-Thérèse ayant succédé à Olga en 1936. Ses innombrables séjours sur la côte méditerranéenne relèvent davantage de ressourcements vitaux que de voyages d’agréments, car ce sont des vacances toujours studieuses. On sent sa joie de vivre et il peint beaucoup. Parfois deux tableaux par jour, mais il exécute surtout des études, dessins préparatoires, croquis... Malgré sa virtuosité naturelle, il étudie les positions, les mouvements, la forme d’une main ou d’un visage, pour la composition future d’une toile à réaliser dès son retour à Paris où, grâce à ces dessins, il retrouve une effervescence stimulante. Surdoué, il stupéfait par son trait virtuose et subtil dans ses oeuvres graphiques.

La Flûte de Pan
Paris, octobre 1923
Huile sur toile, 205 x 174 cm
Musée national Picasso-Paris
Dation Pablo Picasso, 1979
MP79

L’exposition des oeuvres réalisées à Antibes et Juan-les-Pins permet de constater la puissance de travail de Picasso, dont les vacances étaient prolixes en oeuvres artistiques : huiles sur toile, esquisses, dessins au crayon ou à l’encre, collages, montages...

Un admirable parcours respecte la chronologie et l’on peut voir plusieurs oeuvres avec les dessins qui les ont précédés.
Pour Picasso, il n’y a aucune hiérarchie entre les choses. Il peint un portrait comme il peint un fruit. L’oeuvre et l’artiste sont libres. L’artiste prend son bien où il le trouve qu’il s’agisse d’un tube de peinture à l’huile, de sable, de carton, de ficelle, de morceaux de bois ou de n’importe quel objet collé sur la toile. Il utilise, en improvisant, toutes les trouvailles ramassées sur la plage. Le bouleversement des formes, les rythmes de la composition, les contrastes violents, montrent l’ampleur de la liberté dont il témoignait. Cette formidable liberté de style étonne tant dans les gravures que dans les peintures. Il y fait preuve d’une belle vitalité et d’une imagination sans limites.

Il démultiplie son regard perçant et n’a de cesse de raffiner ce regard avide et insatiable.

Sa démesure le pousse à peindre plusieurs fois le même lieu, la même maison, ainsi peut-on admirer de merveilleux petits tableaux de la « Villa Chêne Roc » à Juan au cours de l’été 1931 ou de « La Vigie » peinte de jour et de nuit en 1924. L’exposition présente non seulement de petites oeuvres – dessins et esquisses qui ont valeur de spontanéité n’étant pas destinées à être exposées,– mais aussi de grandes toiles, telles « La Flûte de Pan » (1923) ou « Le Baiser » (1925), un baiser plus agressif que voluptueux.
L’étude de la peinture de Picasso n’a pas épuisé le sujet, ni cerné définitivement le personnage, ni, surtout, tué le désir, l’enthousiasme et l’émotion que cette peinture suscite. Grâce à son incroyable et admirable exigence et à son talent, il nous a laissé une impressionnante série de chefs d’oeuvres.
Dès 1945, Picasso est revenu vivre à Antibes, cette fois avec Françoise, dans le Château Grimaldi où il a réalisé en fibrociment sur les murs des oeuvres inamovibles. Qui donc pourrait se lasser de venir les admirer dans ce lieu merveilleux, face à la mer scintillante ?

Cette exposition (jusqu’au 13 janvier 2019) au Musée Picasso d’Antibes est un événement rare dont est fier Jean-Louis Andral, conservateur des musées antibois.
Caroline Boudet-Lefort

Exposition "Les vacances de M. Pablo, Picasso à Antibes Juan-les-Pins
1920-1946" - Musée Picasso
Du 29 Septembre jusqu’au 13 Janvier 2019

Artiste(s)

PICASSO

Pablo Ruiz Picasso, né à Malaga, Espagne, le 25 octobre 1881 et mort le 8 avril 1973 (à 91 ans) à Mougins, France, est un peintre, dessinateur et sculpteur espagnol1 ayant passé l’essentiel de sa vie en France. Artiste utilisant tous les supports pour son travail, il est considéré comme le (...)

pub