| Retour

Fin de cet événement dans 1 mois - Date du 26 octobre 2018 au 13 janvier 2019

Bernar Venet : ses années conceptuelles présentées au Mamac

De 1966 à 1976, très jeune, il a entrepris une démarche radicale sans précédent dans la création. Il s’est alors imposé comme l’un des chefs de file de l’art conceptuel.

Il est très difficile d’échapper à la forme, d’ailleurs Bernar Venet qui a construit toute son œuvre autour de la seule exigence "éviter toute possibilité d’interprétation subjective" y est revenu en catimini, et semble plus de cinquante ans plus tard en accepter les considérations formelles. Le visiteur en trouvera le témoignage à la fin de l’exposition que le MAMAC lui consacre et qui retrace les années conceptuelles de 1966 à 1976. Des tableaux réalisés à la peinture et reproduisant des angles et des cercles, une figure géométrique en trois dimensions.

Une nouvelle expo en juin

Bernar Venet dans son atelier à Nice, 1966. © Courtesy Archives Bernar Venet, New York / © ADAGP, Paris, 2018 - Photo de l’affiche de cette expo

En attendant, l’artiste se sera distingué dès l’âge de 20 ans par un art touchant au plus haut degré de l’abstraction, laissant même Marcel Duchamp derrière lui. Et cette exposition en fournit un témoignage inattaquable. Cependant, il nous faut prévenir le visiteur du caractère indéchiffrable de ces diagrammes, représentations graphiques, fonctions mathématiques, images de molécules et autres agrandissements photographiques de cartes météo. Et s’il se peut que l’on puisse trouver belle la pureté d’une représentation mathématique, du point de vue de l’artiste on aura tout faux : Venet se bat contre l’esthétique. Même les mathématiciens, astrophysiciens et autres spécialistes admettront que, rebuté par les conventions ressassées par l’art français, Bernar Venet fasse le choix de la neutralité la plus radicale, même si l’expression ressemble à un oxymore, en trouvant refuge à New York, dans le foyer de l’art concret, ou il s’engage aux côtés des nouveaux réalistes, comme Beuys, ou Buren, Morelet, Honegger. Il se trouve être l’un des représentants de cette révolution artistique planétaire.

Reconnaissance institutionnelle précoce

Ce créateur précoce, qui est aussi un homme humble, avait acquis une reconnaissance institutionnelle dès avant la trentaine. Doté d’une maturité hors norme, il a décidé d’arrêter pour toujours de développer son art au moment même où il devenait le fer de lance de l’art conceptuel au milieu des années 70. Ce qui, naturellement, ne s’est pas produit... En attendant de reprendre ses activités artistiques qu’il exerce encore, il a enseigné à la Sorbonne, donné des conférences, théorisé son art.

À (re)découvrir au MAMAC, jusqu’au 13 janvier.

Photo de Une : Il est très difficile d’échapper à la forme, d’ailleurs Bernar Venet qui a construit toute son œuvre autour de la seule exigence "éviter toute possibilité d’interprétation subjective" y est revenu en catimini, et semble plus de cinquante ans plus tard en accepter les considérations formelles. (AC)

Artiste(s)