| Retour

Fin de cet événement dans 1 mois - Date du 17 février 2017 au 28 mai 2017

Helmut NEWTON "Icônes", expo inaugurale du nouveau musée de la Photographie à Nice

Helmut NEWTON "Icônes", expo inaugurale du nouveau musée de la Photographie à Nice

Le musée de la photographie ouvre ses portes 1, Place Pierre Gautier. Il poursuit sa mission de développer son approche de la photographie en proposant des expositions temporaires monographiques des plus grands noms de la photographie ou thématiques présentant toutes les tendances, de la photographie ancienne à l’image numérique. Ainsi pour l’exposition inaugurale, il présente une exposition du célèbre photographe Helmut Newton, "Icônes".

Le musée se dote d’un nouvel outil, la galerie du musée, dédiée en priorité à la collection (1700 images et de 220 objets), mais aussi aux projets photographiques en partenariat avec le rectorat et de manière ponctuelle à de jeunes auteurs photographes.

Cette galerie propose, simultanément à l’exposition Newton, une présentation d’œuvres du XIXème siècle issues de la collection. Nice à la belle époque rassemble près de 60 photographies originales prises entre 1865 et 1910 par d’illustres photographes comme Charles Nègre, Eugène Degand, les Frères Neurdein, Jean Gilletta etc.

Helmut Newton, l’un des plus grands photographes du XXème siècle

Présentation de Matthias Harder - Conservateur en chef de la Fondation Helmut Newton

"Ses extraordinaires photographies de mode, ses portraits et ses nus continuent d’être montrés à ce jour. Ainsi, nous retrouvons également ces trois principaux genres dans cette exposition. Passant au-delà des formes traditionnelles de la narration, la photographie de mode de Newton est imprégnée d’élégance luxueuse et de séduction subtile, de citations culturelles et d’un sens de l’humour surprenant. Tout en vivant à Paris et Monte Carlo dans les années 70 et 80, le photographe a développé un style inimitable, y compris le jeu ou le mépris total pour les tabous.

JPEG - 62.2 ko
Helmut Newton, Catherine Deneuve, Esquire, Paris 1976 – © Helmut Newton Estate

Newton a travaillé pour de nombreux magazines internationaux et aussi directement avec des designers et des maisons de mode. Il est de notoriété publique que la mode féminine vise à séduire et que les photographes sont engagés pour cela. Dans les années 70, Newton a décidé d’aller plus loin en usant de la nudité réticente ou pure dans le monde visuel de la mode. Dans des hôtels luxueux, il fait glisser avec suggestion la bretelle du modèle pour révéler son sein, tandis que pour une prise de vue nocturne dans une allée parisienne, il fait poser une seconde femme nue au côté d’un modèle vêtu d’un smoking Yves Saint-Laurent. Alors que ces images insolites étonnaient et provoquaient dans le décor, elles révolutionnaient surtout la photographie de mode. En outre, les photographies de Newton renvoient à la transformation du rôle des femmes dans la société occidentale de l’époque.

Le potentiel créatif d’Helmut Newton était déjà présent dans son travail de mode des années 60, et comme nous le savons aujourd’hui, il y avait de la marge de manœuvre. Les images subtiles qu’il a produites maintes et maintes fois ont fait plus que simplement décrire la mode ; elles proposent aussi commentaires et interprétation. Cela vaut en particulier pour ses commandes ultérieures pour Yves Saint-Laurent, Thierry Mugler et Blumarine. Newton mettait en scène la mode dans les rues, dans les espaces publics ou, comme il le disait, « dans la vie », plus souvent que dans le studio. Il a placé les femmes sur un piédestal métaphorique, qui, contrairement à la photographie de mode antérieure, ne renfermait plus de galanterie, mais faisait plutôt appel à la confiance en soi des femmes. Certaines de ses images en noir et blanc nous rappellent des scènes de films d’Hitchcock, alors que ses tirages en couleur pourraient passer pour être précurseurs des films de David Lynch.

Newton a décrit les femmes comme des créatures actives et attrayantes, affirmées et érotiques, qui semblent dominer le paysage, ainsi que les hommes qui apparaissent occasionnellement dans le décor.
Sa fascination pour les femmes de caractère a atteint son zénith dans les années 80 avec la célèbre série plus grande que nature Big Nudes (Grands Nus). L’idée non conventionnelle de présenter la mode contemporaine avec des modèles vêtus et non vêtus dans les diptyques était un thème qu’il avait déjà travaillé au milieu des années 70. Avec ses Big Nudes et les images de sa série Naked and Dressed (Nu et Habillé), Newton avait ouvert une nouvelle dimension de l’image photographique humaine. Cette dernière série a été réalisée en plein air au printemps 1981 pour le magazine Vogue italien, suivie de plans en studio pour Vogue France quelques mois plus tard.

Il y a aussi des extraits de ces séries au sein de l’exposition Icônes à Nice. Une partie de l’exposition est tirée de la rétrospective Newton Work, organisée à l’occasion de son 80ème anniversaire. Une autre partie, intitulée Private Property Suites, est composée de 45 photos célèbres en noir et blanc sélectionnées par Newton lui-même en 1984.

La photographie de mode a toujours été l’aspect le plus important du travail de Helmut Newton. Ces dernières années, elle s’est libérée des magazines et est considérée comme un média de premier plan à part entière. De nombreuses expositions muséales ont suivi cette tendance. Le marché de l’art et de la vente aux enchères a propulsé des tirages de quelques photographes de mode classiques et contemporains à des hauteurs imprévisibles. C’était encore très différent dans les années 60 et 70, quand Irving Penn, Richard Avedon, William Klein ou Helmut Newton travaillaient dans des éditoriaux de magazines. Certaines de leurs photographies sont devenues iconiques et certaines de ces icônes peuvent être vues dans cette exposition.

Photo de Une (détail) : Helmut Newton, Amica, Mailand, 1982 – © Helmut Newton Estate

Artiste(s)

Helmut NEWTON

De père juif allemand et de mère américaine, le jeune Helmut suit ses études au lycée Werner von Trotschke de Berlin, puis à l’École américaine de Berlin. Il s’intéresse très tôt à la photographie et, dès 1936, devient l’élève de la photographe allemande Else Simon, dite « Yva », à qui il doit son style de (...)

pub pub