| Retour

Fin de cet événement il y a 5 mois - Date du 5 février 2016 au 14 mars 2016

DRIFTING d'Olivier Valsecchi

DRIFTING d’Olivier Valsecchi

Du 5 février au 14 mars 2016, OPIOM Gallery présentera "Drifting", la dernière série inédite du photographe français Olivier Valsecchi.
La nouvelle série "Drifting" présente un jeu de paradoxes propre à Olivier Valsecchi, comme une médiation entre ses deux précédentes séries : le traitement pictural, tout en clair-obscur de "Dust" (2009), associé à l’architecture du corps poussée à l’extrême dans "Klecksography" (2012). Il s’agit d’une traversée de l’histoire de l’art, une invitation à revisiter les figures de la peinture classique tels le nu allongé ou la nature morte hollandaise du XVIIe siècle.

En donnant chair à la Vanité, Valsecchi s’affranchit de la multitude de motifs symboliques afin que le corps humain représente l’unique allégorie de la composition. Dans un style à la fois baroque par sa tonalité et épuré dans la composition, il décroche le nu couché de sa lascivité en le ranimant par un mouvement faisant écho au sable s’écoulant de la clepsydre. L’auteur crée ainsi un espace ténu entre immobilité et glissement, confrontant l’inertie à la latence d’un mouvement finalement nécessaire.

Conversation entre la table de dissection de la "Leçon d’anatomie du Docteur Tulp" de Rembrandt et le "Radeau de la méduse" de Géricault, Drifting offre le corps en pâture. Transit, enchevêtré pêle-mêle, repêché in extremis du naufrage, exorcisé, épileptique, parfois même mutilé tel un reptile coupé en deux qui continue de s’agiter, ce corps semble tantôt s’effondrer, tantôt vouloir s’échapper dans un courant, voire résister à une certaine paralysie ou encore s’abandonner à la transe.

En élaguant invariablement toute forme de luxe et d’opulence propre au genre, Valsecchi propose une représentation elliptique de l’eau à travers le corps et ce qui l’entoure. Ainsi la table est tour à tour radeau à la dérive ou buffet froid sur lequel les corps pâles et fluides se liquéfient et dégoulinent tels les montres molles de Dali, évoquant la vie fugitive et l’impermanence de chaque instant.

La blancheur cadavérique de leurs peaux veloutées, leurs visages sans expression, en relief avec leurs derniers efforts d’évasion vers un ailleurs, insinuent un flottement entre abandon extatique et instinct de survie : un ultime spasme, une petite mort.

"Memento mori" photographique, "Drifting" évoque de par son titre même un déplacement inexorable comme une transition d’un état à l’autre. Valsecchi relate avec justesse et poésie la fine passerelle reliant l’incarnation à la désincarnation. Il pointe sans détour aucun cet entre-deux proche de l’indicible expérience de mort imminente. Le spectateur se retrouve ainsi invité à se recueillir devant cet être énigmatique, plongé dans un état second, à la fois sublime et éphémère.

Photo de Une : © Olivier VALSECCHI, Drifting, 2014

Artiste(s)

Olivier VALSECCHI

Olivier Valsecchi est né à Paris en 1979 ; Il vit et travaille à Toulouse. Après quelques années passées à apprivoiser la photographie au travers d’autoportraits ou autres sujets destinés à illustrer les pochettes de ses incursions musicales, Olivier Valsecchi s’est consacré à la photographie de façon (...)

pub pub