| Retour

Fin de cet événement dans 3 mois - Date du 5 mai 2017 au 30 septembre 2017

Borderline, Philippe Pasqua

Borderline, Philippe Pasqua

Le Musée océanographique de Monaco présente l’exposition monographique Borderline, de l’artiste Philippe Pasqua. Ses oeuvres monumentales, pour la plupart créées sur mesure, vont côtoyer les collections mythiques du lieu pour faire naître un dialogue inédit.

PNG - 386.3 ko
Who should be scared ?, 2016 – Sculpture en inox. Longueur 9 mètres. Courtesy Philippe Pasqua & Galerie RX.

L’art de Philippe Pasqua expérimente la limite. Il flirte avec les bords, tutoie les bornes et s’en affranchit. Violente et impudique, son oeuvre bouscule autant qu’elle fascine, plaçant le visiteur face à un dilemme : dévorer du regard ou détourner les yeux, réflexe de défense plus qu’indifférence. « Philippe Pasqua questionne, interpelle, dérange, mais jamais n’indiffère. Le détonateur idéal pour provoquer une prise de conscience en faveur de la vie marine et terrestre  », évoque Robert Calcagno, Directeur général du Musée océanographique.

Charmé par l’architecture du Musée océanographique et sensible à son engagement, l’artiste propose une exposition à son image, sincère et plurielle. Douze oeuvres monumentales, dont sept réalisations inédites, investissent les lieux dans leur totalité – du parvis à la terrasse panoramique, en passant par la falaise du Rocher, en contrebas de l’édifice centenaire.

Bousculer l’homme dans sa relation avec la nature

Chez Philippe Pasqua, le goût du monumental s’oppose à son attirance pour ce qu’il y a de plus vulnérable et profond. Les failles et fêlures s’exposent en taille XXL. Instinctif, l’artiste ne théorise pas ses oeuvres et laisse aux visiteurs toute latitude pour les interpréter, estimant que l’art va au-delà des discours et du visuel. « Le beau, c’est
la puissance évocatrice », confie-t-il. L’oeuvre est belle par l’émotion qu’elle produit, le coup qu’elle porte au coeur.
Dans ce palais dédié à l’art et la science, l’artiste exprime toute sa sensibilité et questionne le public sur sa relation à la nature, à la mort et à la renaissance. « A partir de ces sujets de prédilection, il joue avec le rapport ambigu que l’homme entretient avec l’univers marin, entre peur et fascination, pour confronter le public aux enjeux actuels de protection de la biodiversité », complète Robert Calcagno.
Partie intégrante de l’ADN du musée depuis sa création, ces enjeux écologiques se retrouvent dans les réalisations « borderline » de Philippe Pasqua, à la frontière du poétique et de l’engagement.

Taba Naba (2016) dédiée à l’art aborigène et océanien.

Artiste(s)

Philippe PASQUA

Attiré dès l’âge de dix-ans par la peinture, Philippe Pasqua (né à Grasse en 1965) n’a cessé dès lors de travailler ce médium, de l’apprivoiser et de le réinventer, s’imposant ainsi comme l’un des artistes majeurs de sa génération. Depuis quelques années, c’est la sculpture qui a pris une place majeure (...)

pub pub